Auteur Sujet: [Fanfics Fate stay night] Fate strange night  (Lu 572 fois)

Hors ligne chevkraken

[Fanfics Fate stay night] Fate strange night
« le: 11 mars 2013 à 19:56:43 »
Fate Strange Night

Qu'est ce que Fate Strange Night? Fate strange night est l'adaptation en fanfics d'un projet que j'ai mené avec des amis entre 2006 et 2008.

Jeu de rôle forum assez ambitieux avec un vrai scénario que j'avais conçu au vues des fiches des joueurs et avec leur collaboration. Il s'agit surement de ma plus grosse réussite en scénario de jeu de rôle avec des passages vraiment épiques, du mystère et une cohérence rare dans ce genre de projet.

Si le jeu de rôle a fini par être arrêté fin 2008 suite à un manque de motivation général (normal après plus de 2 ans de jeu) alors qu'il restait un quart du scénario à faire, j'avais depuis lors en projet de l'adapter en Fanfics pour ne pas le gacher. Cependant, jamais je n'avais eu la motivation de m'atteler à la tâche.

Mais la sortie de Fate Zero en anime est l'occasion où jamais de me lancer.


Voici donc le prologue de Fate Strange Night qui va présenter les différents personnages avant l'adaptation proprement dite de la partie.


Prologue

La guerre du saint graal, un rituel mis en place par trois grandes familles de magiciens il y a plusieurs générations, est sur le point de commencer.

Dans la ville de Fuyuki, théâtre de cette guerre, 7 magiciens se réuniront et s'affronteront à l'aide de servant, des âmes héroïques qu'ils invoqueront.

Cette guerre sera sans pitié, mais la récompense est à la hauteur des risques encourus, celui qui obtiendra le saint graal verra être exaucer son voeu le plus cher.

Si les trois grandes familles ayant mis en place ce rituel semblent s'être désintéressées du saint graal, encore maintenant, le rituel est actif et attire de nombreux magiciens de par le monde.

Cimetière de Fuyuki, 4 ans avant la guerre :

-Quel malheur, perdre son père si jeune, quelle tristesse !

-Elle n'a plus de famille, non ? Que va-t-il se passer, son empire financier risque d'être morcelé, à 17 ans, elle ne peut pas s'en occuper.

-Parlez moins fort ! ! Siffla Eri entre ses dents.

Eri Nishino en avait assez de ces mondanités, comme si la mort de son père ne suffisait pas, elle devait supporter tous ces vautours qui n'attendaient qu'une chose, entrer dans ses bonnes grâces et mettre la main sur une partie du pactole.

Il faut dire que Takamichi Nishino contrôlait un des plus grands empires financiers du Pays, seul la fondation Graad, le conglomérat Tohno, le Zaibatsu Mishima et l’entreprise montante Gilgamesh rivalisaient avec lui.

Mais Eri n'était pas prête à leur offrir une seule miette du gâteau, elle était décidée à prendre la suite de son père... Non elle le surpasserait même. Cela faisait longtemps que son père n'agissait plus que par excès de prudence, de peur de perdre ce qu'il avait. Eri n'était pas aussi lâche, elle fera prospérer sa fortune et écrasera ses derniers concurrents.

Comme tout le monde attendait qu'elle prenne la parole suite aux obsèques de son père, Eri exauça le voeu de l'assistance, cependant, ce qu'elle allait dire risquait de déplaire à celle-ci.

-Merci d'être venu ici ! Comme beaucoup d'entre vous le savent, je suis Eri Nishino, la fille de Takamichi Nishino que nous avons enterré aujourd'hui. Vous vous demandez sûrement qui va être désigné pour gérer ma fortune et que va devenir l'empire Nishino ?

A cette phrase la foule acquiesça, intérieurement, Eri jubila d'avance en imaginant comment ils allaient réagir à sa prochaine phrase.

-Soyez rassurés, toutes les dispositions ont déjà été prises, je vais moi-même gérer ma fortune et prendre les rênes de l'Empire Nishino. Merci d'être venus, mais vous pourrez rentrer chez vous, vous n'aurez rien de l'argent de mon père, non, de mon argent !

Alors que la foule restait sans voix suite à cette tirade enflammée, Eri décida de les abandonner et se dirigea vers la sortie du cimetière en direction de sa Limousine.

-Nous partons, Ryo !

Ryo Shinso, le majordome de la famille, ouvrit la porte de la voiture aux deux jeunes gens.

-Vous êtes sur de ce que vous faites, mademoiselle ?

-Plus que tout, Ryo. Il faut savoir prendre des risques pour avancer ; Et le premier à prendre est d'être prêt à passer pour un requin afin de leur faire comprendre qui je suis.

-Je vois, c'est très intelligent, je n'en attendais pas moins de vous.

Après qu'Eri soit montée dans la voiture, Ryo se mit au volant et pris le chemin de la demeure des Nishino.

Eri passa une bonne partie du trajet à observer sa main, suite à la mort de son père, des marques étaient apparues dessus et ça l'intriguait. Quand elle avait demandé à Ryo s'il savait quelque chose, celui-ci avait souri d'un air malicieux sans rien lui répondre.

Maintenant qu'elle y pensait, le majordome intriguait vraiment la jeune fille, il était le seul domestique de la famille et pourtant arrivait sans difficulté à exécuter toutes ses tâches, mais le plus étrange restait tout de même son âge depuis le plus loin qu'elle se rappelait, Ryo avait toujours été là et n'avait pas vieilli d'un poil, il restait un jeune homme d'une vingtaine d'années.

Une fois à la maison, elle comptait bien l'obliger à lui révéler son secret.

Demeure des Mishima, le même jour :

-Ha ha ha ! ! Elle est gonflée cette petite, j'aime ça. T'en penses quoi, Kai ?

Kai releva les yeux de son journal et regarda la télé pour voir de quoi son père parlait. Vraisemblablement, la fille d'une famille rivale avait fait une déclaration qui avait soufflé son entourage.

-Mouais...pas mal.

Contrairement à son père, Kai n'était pas particulièrement amusé par cette déclaration. Non pas que l'avenir du pays ne l'intéressait pas, mais les gros industriels comme son père et cette fille le dégoûtait. C'est pour ça qu'il se dirigeait vers une carrière politique. Il ne prendrait pas le contrôle du pays grâce à l'argent et à des techniques de requins. Il ferait ce qu'il faut pour l'améliorer grâce au soutien du peuple.

Son père ignorait son but, il le poussait dans cette voie afin qu'il soit bien placé pour reconstruire la ville suite à un événement qui aurait lieu dans cinq ans.

« La guerre du Saint Graal », une guerre entre magiciens qui embrasait la ville toutes les décennies depuis 50 ans. À la fin de chacune d'entre elles, plusieurs quartiers avaient été détruits et de nombreuses personnes étaient mortes.

En apprenant cela, son père avait vu une opportunité à saisir pour asseoir son pouvoir sur la ville, mais Kai avait d'autres projets. Il allait participer à cette guerre pour empêcher le drame qu'espérait son père, de plus, le Graal accorde un voeu à celui qui l'obtient, s'il y participait, Kai espérait utiliser le graal pour nettoyer le monde de ceux essayant de l'asservir pour leur profit personnel.

Il fallait être magicien pour cela, mais ce détail n'inquiétait pas Kai, on disait que la famille Mishima avait du sang de démon, ce serait surprenant qu'ils n'aient pas une prédisposition pour la magie.

Kai avait cinq ans pour se préparer et vu ses talents naturels, il ne s'inquiétait pas trop.

Manoir des Nishino, une semaine plus tard :

Plongée dans ses recherches depuis plusieurs jours, Eri n'en revenait toujours pas de ce que « Ryo » lui avait appris.

Son père était un magicien, il y a 25 ans, il avait participé à la guerre du saint Graal, un rituel ayant lieu tous les dix ans.

Lors de cette guerre, sept magiciens invoquent sept héros de légende pour se battre entre eux, des Servants. Ryo était en fait le servant de son père. Voyant que la guerre tournait au massacre, son père avait fui, mais n'ayant pas le courage d'aller jusqu'au bout de ses convictions, il avait utilisé ses pouvoirs pour sceller son servant dans un corps sans pouvoir en espérant, un jour se venger et récupérer le Graal.

En apprenant cela, Eri avait été outrée, comment son lâche de père avait osé humilier un héros de légende en le forçant à vivre des dizaines d'années une pauvre existence humaine au service d'un homme pitoyable comme lui.

Son sang ayant le pouvoir de briser le sceau, Eri pensa un moment libérer Ryo, mais après mure réflexion, elle avait décidé d'aller jusqu'au bout de ce que son père n'avait pas fait.

Ryo avait été appelé dans cette ville car il désirait le saint Graal, chose que son père avait été incapable de lui offrir. Et bien, cela, ce serait elle qui lui offrirait.

Temple de Ryudoji, 2 ans et demi avant la guerre :

-Fait chier ! ! ! ! !

La batte s'écrasa sur une des statues ornementales du temple, la pulvérisant.

Kenji avait la haine, la prédiction qu'il avait achetée au temple pour le nouvel an lui avait promis un bel avenir amoureux et pourtant, il n'avait fait qu'enchaîner les râteaux. Bien décidé à détruire ceux qui s'étaient moqués de lui, il était venu jusqu'au temple pour se déchaîner.

Alors qu'il défiait tout habitant des lieux de venir se battre en frappant sur les murs, il décela du mouvement du côté de l'autel.

« Ah, enfin, de l'action ! » Pensa Ken, n'attendant que quelqu'un se montre pour se déchaîner sur lui.

Kenji s'avança doucement vers l'autel, traînant la batte derrière lui et ricanant comme un dément. S'il arrivait à instaurer la peur chez ces minables petits moines, il serait heureux.

-Hé bien espèce de lâche, sort de ta cachette ! !

« Pas de réponse, tant pis, il sera bien obligé de se défendre quand j'aurais pulvérisé l'autel ! !» Pensa Kenji alors qu'il levait sa batte dans le but de l'abattre sur l'autel.

-Ça suffit ! fit une voix alors qu'on retenait son arme.

Kenji se retourna pour voir l'empêcheur de tourner en rond. Celui qui l'avait arrêté était un vieux, du moins du point de vue de Kenji.

Grand, sévère, portant des lunettes et habillé de son habituel costume, Kuzuki Souichirou, un des professeurs du jeune homme, le toisait du regard.

Ce dernier, se sentant méprisé essaya de libérer sa batte pour attaquer, sans succès, malheureusement. Voyant que la prise de son adversaire était d'acier, Kenji lâcha son arme pour recourir à ses poings pour remettre à sa place celui qui lui avait manqué de respect.

Mais à peine avait-il fait un pas en direction de l'homme qu'il volait en travers de la cour, projeté par un coup de poing qu'il n'avait pas vu venir.

-Cesse de perturber l'ordre, gamin. Fit l'homme d'un ton neutre.

Au sol et le souffle coupé, Kenji n'en revenait pas de ce qui venait de se passer. Lui, la terreur des voyous de la ville, avait été mise au tapis en un coup par un vieux. Il essaya de se lever, mais une douleur terrible l'en empêcha, vraisemblablement, il avait des côtes cassées. Comment un bête coup de poing l'avait mis dans cet état ?

Alors qu'il réfléchissait à tout cela, étendu sur le sol, les gens du temple sortir de leur cachette et constatèrent les dégâts faits par le délinquant.

Il y a pas mal de dégâts, on devrait peut-être prévenir la police ?

-Je ne pense pas que ce sera utile... Répondit l'homme. Il viendra réparer tous les dégâts qu'il a fait et je lui inculquerai les bonnes manières.

-Quoi ! ! Mais... protesta Kenji

En entendant les protestations du jeune homme, Kuzuki baissa les yeux sur le jeune homme et le regarda sévèrement.

Comprenant qu'il n'était pas de taille, Kenji se tut et obtempéra. La terreur de Fuyuki n'était plus, elle avait trouvé plus fort qu'elle.

Quelques mois plus tard :

Cela faisait des semaines que Kenji suppliait Kuzuki de l'entraîner, lui apprendre son art, sans succès.

Ce dernier ne faisait que lui infliger de violentes corrections à chacune de ses attaques. S'il avait gagné en endurance et en rapidité, il sentait tout de même que son professeur n'avait aucune intention de lui apprendre quelque chose et cherchait juste à le mater.

C'était donc amer d'un nouvel échec qu'il rentrait une nouvelle fois chez lui.

En quittant le temple, il vit Kojiro discuter avec Yuna, la petite fille de sept ans du professeur Kuzuki.

Kojiro était un type bizarre, fringué en samouraï, il restait tout le temps à l'entrée du temple et en était vraisemblablement le gardien.

Au vu de ce que Kenji entendait, il racontait des récits de sabre et de grands guerriers à la gamine qui semblait fascinée.

Était-ce bien avisé de raconter ce genre d'histoires à une gamine de cet âge, Kenji en doutait, mais l'histoire de ces combattants, cherchant à se surpasser le fascinait. Il resta donc jusqu'à ce que le samouraï ait fini son histoire.

Une fois celle-ci finie, la petite se leva et retourna dans le temple. Kojiro, remarquant Kenji, le salua.

-Gentille petite, n'est-ce pas ?

-Oui. Répondit le voyou. Quand je pense que j'ai faillit lui abattre une batte sur la tête le premier jour où je suis venu ici...

-Au moins, tu as appris de tes erreurs.

-Je ne sais pas, c'est ça le problème.

-Que veux-tu dire ?

-Pourquoi est-ce que je viens ici ? Kuzuki-sensei n'a vraisemblablement aucune envie de m'apprendre quelque chose et il a raison, je ne sais pas pourquoi je veux être fort. C'est l'histoire que tu as racontée à cette petite qui m'a fait me rendre compte de ça. Les personnages dans ton histoire semblent avoir un but, une raison de se surpasser et de se battre à mort.

-C'est donc d'une raison d'être que tu as besoin ?

-Oui, est-ce que tu en as une, toi ?

-Oui... Kojiro fit une pause et prit son souffle.

...Protéger ce lieu de toute mon âme afin de ressentir l'accomplissement ultime de me donner à fond dans ma tâche, de me sentir moi-même.

Le samouraï semblait fier de sa tâche et semblait être un homme accompli alors qu'il remplissait une fonction simple.

-La classe ! ! ! Fit Kenji, fasciné par la déclaration de Kojiro

Kojiro paru surpris par cette déclaration, il ne s'attendait pas à provoquer une telle admiration chez le jeune homme.

-Protéger quelque chose et me donner à fond dedans, c'est ça qu'il me manque. Vous m'avez vraiment inspiré, là, vous permettez que je porte ton nom en votre honneur ?

Du vouvoiement, maintenant ? De plus en plus surpris, Kojiro ne put qu'acquiescer.

-Euh, d'accord...Mais et le tiens, tu ne souhaites pas le garder ?

-Oh, notre nom de naissance n'a pas d'importance, je préfère porter un nom dont je suis fier et je serais fier de me battre en votre nom.

Kojiro, qui n'avait jamais porté la moindre importance à son nom fut alors pour la première fois fier de le porter et surtout de le transmettre.

-Soit, porte mon nom, je te le donne, bat toi en mon nom pour protéger ce qui t'es cher.

-Bien, à partir de maintenant, je serai Kenji Kojiro de la bande des Sasaki. Maintenant, permettez-moi de me retirer, s'il vous plait, Kojiro-san. Il faut que je retourne voir Kuzuki-sensei.

-Bien ! D’accord, vas-y !

Kenji couru vers l'intérieur du temple et se mit à genoux devant son professeur, attablé avec sa femme et sa fille.

-Je vous en supplie, Sensei, apprenez-moi à me battre.

Remarquant que quelque chose avait changé chez le garçon, Kuzuki lui demanda

-Pourquoi devrais-je t'apprendre à te battre ?

-Pour protéger les faibles, les innocents et faire respecter l'ordre et la justice ! Répondit Kenji sans hésiter une seconde.

-Je vois...

Kuzuki resta sans rien dire plusieurs secondes. Kenji, sentant le désespoir l'envahir, failli partir quand le professeur repris.

-Reviens demain à 18 heures et n'ait pas une minute de retard.

En entendant cela, le visage du voyou s'éclaira.

-Merci Sensei, je serais là !

-Laisse nous maintenant.

-Bien maître.

Kenji s'inclina respectueusement et quitta le temple.

-C'est un drôle d'élève que tu as là, Souichirou-sama, il est intéressant. Fit Caster une fois le jeune homme parti.

Le professeur Kuzuki leva un sourcil suite à la remarque de sa femme.

-Il a de la volonté et un certain potentiel magique latent, si cela ne te dérange pas, j'aimerais le former avec toi, il pourrait être notre successeur à tous les deux.

-Fait comme tu le souhaites, Médée.

-Ohh ! Souichirou-sama, tu es si adorable ! ! ! Fit Caster en reprenant le repas.
bien que ce soit surprenant, j'ai davantage touché à Korra qu'à Bayonetta, le fait que j'ai Korra dans mon lit le soir avant de dormir et Bayonetta non doit jouer.

Hors ligne ayun

Re : [Fanfics Fate stay night] Fate strange night
« Réponse #1 le: 11 mars 2013 à 21:13:17 »
J'ai juste lu le prologue (demain je lirai le reste) en faite tu fais TA version de la guerre si j'ai bien compris? Elle se situe avant, après ou pendant le scénario Fate?
Carpe diem

Hors ligne chevkraken

Re : [Fanfics Fate stay night] Fate strange night
« Réponse #2 le: 11 mars 2013 à 23:35:40 »
en fait, ça se passe 10 ans après la guerre, mais c'est plus une suite de l'univers de Hollow Ataraxia mais où Avenger n'aurait jamais montré son nez.

Par contre, il y aura surement quelques incohérences vu que la partie s'est déroulé avant le début de la publication de Fate Zero.

Autre chose, pour permettre aux joueurs de vraiment enquêter sur qui étaient les servant et les masters, j'ai modifié un petit détails. Les servant peuvent totalement dissimuler leur puissance si ils ne se battent pas.
La raison a cela est simple

Au cours de tout le début de la partie, chaque joueur ignorait qui était servant, master ou même un bête humain, ce qui les forcait à vraiment enquêter de façon discrète (chaque interaction entre 2 joueurs se faisant dans un forum privé que les autres joueurs ne voyaient pas).

 j'avais aussi dans ce but crée plus de personnages secondaire dont certains totalement inutiles que je jouais avec des comptes differents afin de semer le doute sur qui était joueur et qui ne l'était pas.
Quant aux joueurs incarnant un Servant, si leur apparence en civil était differente que celle sous forme de servant, je leur avait demandé de se créer 2 compte, un pour eux même et un autre pour leur identité de servant. Ainsi, ils pouvaient agir incognito.

Mais bon, le prologue étant incomplet, voilà la seconde partie de celui ci.

Prologue partie 2

Londres, tour de l'horloge, 2 ans avant le début de la guerre :

-Tohsaka-san, Tohsaka-san ! !

En entendant son nom, Rin se retourna et vu une de ses Kohai à l'association de magie courir vers elle.

-Qu'y a-t-il Sarah ?

-Allons prendre un Thé, je voudrais te parler.

-Pourquoi pas, je n'ai rien à faire immédiatement.

Une vingtaine de minute plus tard, à la terrasse d'un café au bord de la Tamise, les deux jeunes femmes reprirent leur discussion.

-J'ai pris ma décision !

-Ta décision, pourquoi ?

-La guerre du saint graal, je vais y participer.

Rin tiqua en entendant cela, 10 ans auparavant, elle-même avait participé à cette guerre ; Et même si tout s'était bien fini, la situation avait failli tourner au massacre.

-Tu es sûre de cela, crois-en mon expérience, la guerre du saint graal n'est pas une bonne chose.

-Oui, mais je voudrais aider Yume-sensei.

Yume, ce nom était connu à l'association de magie, il s'agissait d'un des plus fameux professeur y enseignant. De son vrai nom Ishamael Aybarra O'Renshei, c'était un mage vivant depuis des centaines d'années, on racontait qu'il était immortel.

-L'aider, mais pourquoi ?

-Il souffre de son immortalité, on en a discuté alors qu'il m'aidait dans mes recherches. Quand il a demandé au Graal de lui accorder la vie éternelle il y a 3000 ans, il ne s'attendait pas aux conséquences qu'aurait sa demande.

-Attend, qu'as-tu dis ? Fit Rin en arrêtant sa Kohai.

Les révélations allaient trop vite pour Rin, non seulement les rumeurs sur le professeur Yume étaient vraies, mais en plus, il était la plus ancienne personne connue à avoir mis la main sur le graal.

-Je sais que c'est difficile à croire, mais c'est la vérité, suite à une grande quantité d'acte de bravoure aux côtés d'une âme héroïque, la planète matérialisa le graal devant lui et exauça son désir d'être immortel.

-Bon admettons... Mais si l'immortalité lui pèse, pourquoi ne pas participer à la guerre lui-même ?

-Il était amoureux de l'âme héroïque qu'il avait invoquée, mais celle-ci est morte lors d'un combat peu après qu'il soit devenu immortel. Il m'a dit que jamais il ne pourrait trahir sa bien-aimée en invoquant un autre servant.

Rin comprenait bien cela, elle-même vivait une relation amoureuse complexe avec une âme héroïque...

« Non, pas une, deux » pensa-t-elle

En effet, sa relation avec Archer était souvent houleuse à cause de leurs caractères respectifs, il n'était donc pas rare que, lorsqu'elle voulait le faire enrager, elle passe du bon temps avec Lancer qui était typiquement son genre d'homme et était dans une situation similaire à la sienne avec son Master.

Dans tout les cas, si elle perdait son Archer, elle serait probablement détruite et ne voudrait jamais d'un autre servant.

-Bon, tu es décidée à ce je vois, mais je te préviens, la guerre du saint graal n'est pas un jeu et tu risques d'y mourir.

-Je sais, mais je dois bien ça à Yume-sensei, c'est lui qui s'est occupé de moi à la mort de mes Parents

Les parents de Sarah, les Fujiwara, étaient des vieux rivaux de la famille Tohsaka. Depuis des générations, leurs deux familles opposaient leurs apprentissages respectifs, la magie dimensionnelle de Zeltrech et celle druidique et d'espace temps d'Ishamael.

Rin n'avait pas été surprise qu'à la mort tragique de ces derniers, leur mentor recueille leur fille, même si personnellement, elle avait eu peur que Sarah devienne une psychopathe à son contact, le professeur Yume montrant encore moins d'émotions que Kotomine.

D'ailleurs, la relation qu'entretenaient Sarah et le professeur était un mystère pour Rin.

Aux yeux de tous, le professeur Yume était un personnage terrifiant, mais Sarah en parlait toujours comme étant quelqu'un de gentil, sensible, malheureux et timide.

Au bout de quelques instants de réflexion, Rin prit une décision, elle allait offrir tout le soutien possible à son amie.

-Bon, dans ce cas, vu qu'il reste un peu moins de deux ans avant le début de la guerre, je vais t'apprendre tout ce qu'il faut pour survivre à cette bataille. Ça ne va pas être facile vu ta naïveté, mais vu mon précédent élève, c'est un problème que je sais gérer.

-Oh merci Tohsaka-san.

-Ne me remercie pas, je vais te faire voir l'enfer et à partir de maintenant, c'est Tohsaka sensei.

-Bien Tohsaka-sensei.

Un train en route pour Fuyuki, 3 mois avant la guerre:

« Encore 10 minutes... » Pensa Ishamael en regardant sa montre.

Il rejoignait Sarah, son élève, à Fuyuki. Cette dernière était partie en avance afin de s'installer dans la maison que Rin Tohsaka lui prêtait et préparer sa couverture.

Obtenir le Graal semblait maintenant beaucoup plus complexe que par le passé. De son temps, il suffisait d'être un héros digne de la coupe sacrée, mais maintenant, cela impliquait espionnage, infiltration, trahisons et autres détails qui déplaisaient au vieux professeur de magie.

Lui-même s'était préparé un pseudonyme. Que ce soit Yume ou Ishamael, son nom était trop connu chez les magiciens. Sa pupille, au courant de cela l'appellerait en conséquence, normalement. À partir du moment où il quitterait ce train, il serait Fear O Riley, le tuteur de la jeune fille. Sarah étant à moitié anglaise, cela ne devrait surprendre personne que son tuteur soit occidental.

Fear mis fin à ses réflexions en remarquant que le train ralentissait. Il se leva donc et prépara ses bagages afin d'être prêt à sortir du train quand celui-ci s'arrêterait.

A la gare, Sarah attendait son mentor, depuis son arrivée en ville il y a deux mois, tout s'était bien déroulé. Elle avait trouvé un emploi comme infirmière dans le complexe scolaire de la ville et avait pu invoquer son servant sans problème.

Fear lui avait demandé de l'attendre pour cela, mais elle avait trop hâte de lui montrer le fameux guerrier qu'elle avait obtenu.

De plus, les servant étant capable de totalement dissimuler leur présence et identités aux autres s'ils le souhaitaient, il aurait été idiot de ne pas l'utiliser comme espion pour récolter des informations sur ses futurs adversaires.

Lorsque Fear sorti du train, Sarah l'accueillit et lui présenta son servant.

-Tu aurais dû m'attendre Sarah, qu'aurais-tu fait si quelqu'un avait repéré l'énergie magique libérée lors de l'invocation ?

-Ne vous inquiétez pas professeur, j'ai été prudente, avant l'invocation, j'avais placé trois barrières autour de la villa empêchant de ressentir toute énergie magique.

-Je vois... Et n'est-ce pas risqué de sortir accompagné de ton servant ? Tu n'as pas peur d'être repérée ?

-Aucun risque ! En vivant avec son servant, Tohsaka-san s'est rendu compte que les servants pouvaient totalement dissimuler leur énergie et se faire passer pour des humains normaux. J'ai donc décidé d'inscrire mon servant au complexe scolaire où je travaille, ainsi, il pourra s'infiltrer parmi les élèves et espionner pour nous.

-Bien, c'est une bonne idée. Et de quelle façon dois-je t'appeler ? Demanda-t-il au servant en se tournant vers lui.

-Shisui, Shisui Orimataru, c'est le nom que j'ai choisi comme pseudonyme.

-Enchanté de te rencontrer Shisui, je te fais confiance pour veiller sur Sarah.
« Modifié: 12 mars 2013 à 04:29:09 par chevkraken »
bien que ce soit surprenant, j'ai davantage touché à Korra qu'à Bayonetta, le fait que j'ai Korra dans mon lit le soir avant de dormir et Bayonetta non doit jouer.

Hors ligne ayun

Re : [Fanfics Fate stay night] Fate strange night
« Réponse #3 le: 12 mars 2013 à 14:31:36 »
Citer
Autre chose, pour permettre aux joueurs de vraiment enquêter sur qui étaient les servant et les masters, j'ai modifié un petit détails. Les servant peuvent totalement dissimuler leur puissance si ils ne se battent pas.
La raison a cela est simple

Au cours de tout le début de la partie, chaque joueur ignorait qui était servant, master ou même un bête humain, ce qui les forcait à vraiment enquêter de façon discrète (chaque interaction entre 2 joueurs se faisant dans un forum privé que les autres joueurs ne voyaient pas).

 j'avais aussi dans ce but crée plus de personnages secondaire dont certains totalement inutiles que je jouais avec des comptes differents afin de semer le doute sur qui était joueur et qui ne l'était pas.
Quant aux joueurs incarnant un Servant, si leur apparence en civil était differente que celle sous forme de servant, je leur avait demandé de se créer 2 compte, un pour eux même et un autre pour leur identité de servant. Ainsi, ils pouvaient agir incognito.

ça avait l'air bien votre jeux là  [:jump]
Carpe diem

Hors ligne chevkraken

Re : [Fanfics Fate stay night] Fate strange night
« Réponse #4 le: 13 mars 2013 à 20:48:08 »
Ce jeu de rôle fut une de mes meilleures expériences de jeu de rôle, internet me permettant de faire des chose qui en IRL aurait demandé des dizaine de personnes.

D'ailleurs, je suis deçu d'avoir trop patienté pour le mettre en fanfics, le forum où était hébergé la partie était Aceboard qui a fermé l'an dernier, résultat, je ne peut plus garder les dialogue tel qu'ils étaient et je doit me rappeller de tout passé le premier jour (que j'avais déjà fait) de tête.
bien que ce soit surprenant, j'ai davantage touché à Korra qu'à Bayonetta, le fait que j'ai Korra dans mon lit le soir avant de dormir et Bayonetta non doit jouer.

Hors ligne chevkraken

Re : [Fanfics Fate stay night] Fate strange night
« Réponse #5 le: 18 mars 2015 à 04:02:55 »
Bon, j'ai repris la fanfics dernièrement (j'ai enfin réussi à bien me rappeler le déroulement du second jour et à combler les trous efficacement).

J'ai aussi revu certains détails du prologue. La partie ayant été joué avant la parution de Fate Zero ou même la sortie de Stay night en anglais, il y avait quelques petites incohérences (comme par exemple la 3ème guerre saint se déroulant 10 ans avant la 4ème alors qu'elle a eu lieu 60 ans avant).
Dans ma première partie du prologue, j'avais volontairement gardé ces incohérences pour ne pas altérer le récit d'origine et garder une plus grand signification à certaines relations.

Mais je me demande si j'avais raison, je vous propose donc une version légèrement modifié du prologue pour les Origines d'Eri. Dites moi celle que vous préférez.

Ainsi, c'est maintenant l'arrière grand père d'Eri qui a participé à la guerre et non son père (qui a juste sciemment laissé un servant scellé sans pouvoir à son service dans un rôle de majordome et n'a prit par à aucune des 2 guerres suivante pour ne pas risquer sa vie)
C'est donc une relation moins forte qu'a Eri avec Ryo vu qu'elle ne connait pas celui qui l'a le plus humilié. Cependant, c'est maintenant cohérent avec Fate stay night et Fate Zero.
Que préférez vous? La cohérence ou une plus forte signification?

Voici donc le prologue revu et pour que ce ne soit pas trop redonnant, le début de la première journée.

J'attends vos avis sur les persos, l'histoire, vos théories sur l’identité des master et servant, sur les chances de chacun. bref, un peu sur tout.



Prologue

La guerre du saint graal, un rituel mis en place par trois grandes familles de magiciens il y a plusieurs générations, est sur le point de commencer.

Dans la ville de Fuyuki, théâtre de cette guerre, 7 magiciens se réuniront et s'affronteront à l'aide de servant, des âmes héroïques qu'ils invoqueront.

Cette guerre sera sans pitié, mais la récompense est à la hauteur des risques encourus, celui qui obtiendra le saint graal verra être exaucer son voeu le plus cher.

Si les trois grandes familles ayant mis en place ce rituel semblent s'être désintéressées du saint graal, encore maintenant, le rituel est actif et attire de nombreux magiciens de par le monde.

Cimetière de Fuyuki, 4 ans avant la guerre :

-Quel malheur, perdre son père si jeune, quelle tristesse !

-Elle n'a plus de familles, non ? Que va-t-il se passer, son empire financier risque d'être morcelé, à 17 ans, elle ne peut pas s'en occuper.

-Parlez moins fort ! ! Siffla Eri entre ses dents.

Eri Nishino en avait assez de ses mondanités, comme si la mort de son père ne suffisait pas, elle devait supporter tous ces vautours qui n'attendaient qu'une chose, entrer dans ses bonnes grâces et mettre la main sur une partie du pactole.

Il faut dire que Takamichi Nishino contrôlait un des plus grands empires financiers du Pays, seul la fondation Graad, le conglomérat Tohno, le Zaibatsu Mishima et l’entreprise montante Gilgamesh rivalisaient avec lui.

Mais Eri n'était pas prête à leur offrir une seule miette du gâteau, elle était décidée à prendre la suite de son père... Non elle le surpasserait même. Cela faisait longtemps que la famille Nishino n'agissait plus que par excès de prudence de peur de perdre ce qu'ils avaient. Du point de vue d’Eri, l’entreprise n’était que l’ombre d’elle-même. Malgré sa puissance, on riait d’elle tant l’entreprise vivait dans le passé et n’avait sut s’adapter. En 75 ans, tout ses concurrent direct, pourtant nés après elle l’avait dépassé.

Eri comptait bien changer ça, elle n'était pas aussi lâche. Elle fera prospérer sa fortune et écrasera ses derniers concurrents.

Comme tout le monde attendait qu'elle prenne la parole suite aux obsèques de son père, Eri exauça le voeu de l'assistance, cependant, ce qu'elle allait dire risquait de déplaire à celle-ci.

-Merci d'être venu ici ! Comme beaucoup d'entre vous le savent, je suis Eri Nishino, la fille de Takamichi Nishino que nous avons enterré aujourd'hui. Vous vous demandez sûrement qui va être désigné pour gérer ma fortune et que va devenir l'empire Nishino ?

A cette phrase la foule acquiesça, intérieurement, Eri jubila d'avance en imaginant comment ils allaient réagir à sa prochaine phrase.

-Soyez rassurés, toutes les dispositions ont déjà été prises, je vais moi-même gérer ma fortune et prendre les rênes de l'Empire Nishino. Merci d'être venus, mais vous pourrez rentrer chez vous, vous n'aurez rien de l'argent de mon père, non, de mon argent !

Alors que la foule restait sans voix suite à cette tirade enflammée, Eri décida de les abandonner et se dirigea vers la sortie du cimetière en direction de sa Limousine.

-Nous partons, Ryo !

Ryo Shinso, le majordome de la famille, ouvrit la porte de la voiture aux deux jeunes gens.

-Vous êtes sur de ce que vous faites, mademoiselle ?

-Plus que tout, Ryo. Il faut savoir prendre des risques pour avancer ; Et le premier à prendre est d'être prêt à passer pour un requin afin de leur faire comprendre qui je suis.

-Je vois, c'est très intelligent, je n'en attendais pas moins de vous.

Après qu'Eri soit montée dans la voiture, Ryo se mit au volant et pris le chemin de la demeure des Nishino.

Eri passa une bonne partie du trajet à observer sa main, suite à la mort de son père, des marques étaient apparues dessus et ça l'intriguait. Quand elle avait demandé à Ryo s'il savait quelque chose, celui-ci avait souri d'un air malicieux sans rien lui répondre.

Maintenant qu'elle y pensait, le majordome intriguait vraiment la jeune fille, il était le seul domestique de la famille et pourtant arrivait sans difficulté à exécuter toutes ses tâches, mais le plus étrange restait tout de même son âge depuis le plus loin qu'elle se rappelait, Ryo avait toujours été là et n'avait pas vieilli d'un poil, il restait un jeune homme d'une vingtaine d'années.

Une fois à la maison, elle comptait bien l'obliger à lui révéler son secret.

Demeure des Mishima, le même jour :

-Ha ha ha ! ! Elle est gonflée cette petite, j'aime ça. T'en penses quoi, Kai ?

Kai releva les yeux de son journal et regarda la télé pour voir de quoi son père parlait. Vraisemblablement, la fille d'une famille rivale avait fait une déclaration qui avait soufflé son entourage.

-Mouais...pas mal.

Contrairement à son père, Kai n'était pas particulièrement amusé par cette déclaration. Non pas que l'avenir du pays ne l'intéressait pas, mais les gros industriels comme son père et cette fille le dégoûtait. C'est pour ça qu'il se dirigeait vers une carrière politique. Il ne prendrait pas le contrôle du pays grâce à l'argent et à des techniques de requins. Il ferait ce qu'il faut pour l'améliorer grâce au soutien du peuple.

Son père ignorait son but, il le poussait dans cette voie afin qu'il soit bien placé pour reconstruire la ville suite à un événement qui aurait lieu dans cinq ans.

« La guerre du Saint Graal », une guerre entre magiciens qui embrasait la ville toutes les décennies depuis 200 ans. À la fin de chacune d'entre elles, plusieurs quartiers avaient été détruits et de nombreuses personnes étaient mortes.

En apprenant cela, son père avait vu une opportunité à saisir pour asseoir son pouvoir sur la ville, mais Kai avait d'autres projets. Il allait participer à cette guerre pour empêcher le drame qu'espérait son père, de plus, le Graal accorde un vœu à celui qui l'obtient, s'il y participait, Kai espérait utiliser le graal pour nettoyer le monde de ceux essayant de l'asservir pour leur profit personnel.

Il fallait être magicien pour cela, mais ce détail n'inquiétait pas Kai, on disait que la famille Mishima avait du sang de démon, ce serait surprenant qu'ils n'aient pas une prédisposition pour la magie.

Kai avait cinq ans pour se préparer et vu ses talents naturels, il ne s'inquiétait pas trop.

Manoir des Nishino, une semaine plus tard :

Plongée dans ses recherches depuis plusieurs jours, Eri n'en revenait toujours pas de ce que « Ryo » lui avait appris.

Elle faisait partie d’une lignée de magicien. Il y a 75 ans, son arrière grand père avait participé à la guerre du saint Graal, un rituel ayant lieu tous les dix ans.

Lors de cette guerre, sept magiciens invoquent sept héros de légende pour se battre entre eux, des Servants. Ryo était en fait le servant de sa famille. Voyant que la guerre tournait au massacre, son aïeul avait fuit, mais n'ayant pas le courage d'aller jusqu'au bout de ses convictions, il avait utilisé sa magie pour sceller son servant dans un corps sans pouvoir en espérant, un jour se venger et récupérer le Graal.

En apprenant cela, Eri avait été outrée, son lâche de père et son grand père étaient au courant de cette forfaiture et n’avait pas libéré le servant, pire, ils avaient osé humilier un héros de légende en le forçant à vivre des dizaines d'années une pauvre existence humaine au service d'hommes pitoyables comme eux sans même prendre part aux deux guerres qui avaient suivi.

Son sang ayant le pouvoir de briser le sceau, Eri pensa un moment libérer Ryo, mais après mure réflexion, elle avait décidé d'aller jusqu'au bout de ce que son père n'avait pas fait.

Ryo avait été appelé dans cette ville car il désirait le saint Graal, chose que ses ancêtres avaient été incapable de lui offrir. Et bien, cela, ce serait elle qui lui offrirait.

Temple de Ryudoji, 2 ans et demi avant la guerre :

-Fait chier ! ! ! ! !

La batte s'écrasa sur une des statues ornementales du temple, la pulvérisant.

Kenji avait la haine, la prédiction qu'il avait achetée au temple pour le nouvel an lui avait promis un bel avenir amoureux et pourtant, il n'avait fait qu'enchaîner les râteaux. Bien décidé à détruire ceux qui s'étaient moqués de lui, il était venu jusqu'au temple pour se déchaîner.

Alors qu'il défiait tout habitant des lieux de venir se battre en frappant sur les murs, il décela du mouvement du côté de l'autel.

« Ah, enfin, de l'action ! » Pensa Ken, n'attendant que quelqu'un se montre pour se déchaîner sur lui.

Kenji s'avança doucement vers l'autel, traînant la batte derrière lui et ricanant comme un dément. S'il arrivait à instaurer la peur chez ses minables petits moines, il serait heureux.

-Hé bien espèce de lâche, sort de ta cachette ! !

« Pas de réponse, tant pis, il sera bien obligé de se défendre quand j'aurais pulvérisé l'autel ! !» Pensa Kenji alors qu'il levait sa batte dans le but de l'abattre sur l'autel.

-Ça suffit ! fit une voix alors qu'on retenait son arme.

Kenji se retourna pour voir l'empêcheur de tourner en rond. Celui qui l'avait arrêté était un vieux, du moins du point de vue de Kenji.

Grand, sévère, portant des lunettes et habillé de son habituel costume, Kuzuki Souichirou, un des professeurs du jeune homme, le toisait du regard.

Ce dernier, se sentant méprisé essaya de libérer sa batte pour attaquer, sans succès, malheureusement. Voyant que la prise de son adversaire était d'acier, Kenji lâcha son arme pour recourir à ses poings pour remettre à ça place celui qui lui avait manqué de respect.

Mais à peine avait-il fait un pas en direction de l'homme qu'il volait en travers de la cour, projeté par un coup de poing qu'il n'avait pas vu venir.

-Cesse de perturber l'ordre, gamin. Fit l'homme d'un ton neutre.

Au sol et le souffle coupé, Kenji n'en revenait pas de ce qui venait de se passer. Lui, la terreur des voyous de la ville, avait été mise au tapis en un coup par un vieux. Il essaya de se lever, mais une douleur terrible l'en empêcha, vraisemblablement, il avait des côtes cassées. Comment un bête coup de poing l'avait mis dans cet état ?

Alors qu'il réfléchissait à tout cela, étendu sur le sol, les gens du temple sortir de leur cachette et constatèrent les dégâts faits par le délinquant.

-Il y a pas mal de dégâts, on devrait peut-être prévenir la police ?

-Je ne pense pas que ce sera utile, répondit l'homme, il viendra réparer tous les dégâts qu'il a faits et je lui inculquerai les bonnes manières.

-Quoi ! ! Mais... protesta Kenji

En entendant les protestations du jeune homme, Kuzuki baissa les yeux sur le jeune homme et le regarda sévèrement.

Comprenant qu'il n'était pas de taille, Kenji se tut et obtempéra. La terreur de Fuyuki n'était plus, elle avait trouvé plus fort qu'elle.

Quelques mois plus tard :

Cela faisait des semaines que Kenji suppliait Kuzuki de l'entraîner, lui apprendre son art, sans succès.

Ce dernier ne faisait que lui infliger de violentes corrections à chacune de ses attaques. S'il avait gagné en endurance et en rapidité, il sentait tout de même que son professeur n'avait aucune intention de lui apprendre quelque chose et cherchait juste à le mater.

C'était donc amer d'un nouvel échec qu'il rentrait une nouvelle fois chez lui.

En quittant le temple, il vit Kojiro discuter avec Yuna, la petite fille de sept ans du professeur Kuzuki.

Kojiro était un type bizarre, fringué en samouraï, il restait tout le temps à l'entrée du temple et en était vraisemblablement le gardien.

Au vu de ce que Kenji entendait, il racontait des récits de sabre et de grands guerriers à la gamine qui semblait fascinée.

Était-ce bien avisé de raconter ce genre d'histoires à une gamine de cet âge, Kenji en doutait, mais l'histoire de ces combattants, cherchant à se surpasser le fascinait. Il resta donc jusqu'à ce que le samouraï ait fini son histoire.

Une fois celle-ci finie, la petite se leva et retourna dans le temple. Kojiro, remarquant Kenji, le salua.

-Gentille petite, n'est-ce pas ?

-Oui, répondit le voyou. Quand je pense que j'ai faillit lui abattre une batte sur la tête le premier jour où je suis venu ici...

-Au moins, tu as appris de tes erreurs.

-Je ne sais pas, c'est ça le problème.

-Que veux-tu dire ?

-Pourquoi est-ce que je viens ici ? Kuzuki-sensei n'a vraisemblablement aucune envie de m'apprendre quelque chose et il a raison, je ne sais pas pourquoi je veux être fort. C'est l'histoire que tu as racontée à cette petite qui m'a fait me rendre compte de ça. Les personnages dans ton histoire semblent avoir un but, une raison de se surpasser et de se battre à mort.

-C'est donc d'une raison d'être que tu as besoin ?

-Oui, est-ce que tu en as une, toi ?

-Oui... Kojiro fit une pause et prit son souffle.

...Protéger ce lieu de toute mon âme afin de ressentir l'accomplissement ultime de me donner à fond dans ma tâche, de me sentir moi-même.

Le samouraï semblait fier de sa tâche et semblait être un homme accompli alors qu'il remplissait une fonction simple.

-La classe ! ! ! Fit Kenji, fasciné par la déclaration de Kojiro

Kojiro paru surpris par cette déclaration, il ne s'attendait pas à provoquer une telle admiration chez le jeune homme.

-Protéger quelque chose et me donner à fond dedans, c'est ça qu'il me manque. Vous m'avez vraiment inspiré, là, vous permettez que je porte ton nom en votre honneur ?

Du vouvoiement, maintenant ? De plus en plus surpris, Kojiro ne put qu'acquiescer.

-Euh, d'accord...Mais et le tien, tu ne souhaites pas le garder ?

-Oh, notre nom de naissance n'a pas d'importance, je préfère porter un nom dont je suis fier et je serais fier de me battre en votre nom.

Kojiro, qui n'avait jamais porté la moindre importance à son nom fut alors pour la première fois fier de le porter et surtout de le transmettre.

-Soit, porte mon nom, je te le donne, bat toi en mon nom pour protéger ce qui t'es cher.

-Bien, à partir de maintenant, je serai Kenji Kojiro de la bande des Sasaki. Maintenant, permettez-moi de me retirer, s'il vous plait, Kojiro-san. Il faut que je retourne voir Kuzuki-sensei.

-Bien ! D’accord, vas-y !

Kenji couru vers l'intérieur du temple et se mit à genoux devant son professeur, attablé avec sa femme et sa fille.

-Je vous en supplie, Sensei, apprenez-moi à me battre.

Remarquant que quelque chose avait changé chez le garçon, Kuzuki lui demanda

-Pourquoi devrais-je t'apprendre à te battre ?

-Pour protéger les faible, les innocent et faire respecter l'ordre et la justice ! Répondit Kenji sans hésiter une seconde.

-Je vois...

Kuzuki resta sans rien dire plusieurs secondes. Kenji, sentant le désespoir l'envahir, failli partir quand le professeur repris.

-Reviens demain à 18 heures et n'ait pas une minute de retard.

En entendant cela, le visage du voyou s'éclaira.

-Merci Sensei, je serais là !

- Laisse-nous maintenant.

-Bien maître.

Kenji s'inclina respectueusement et quitta le temple.

-C'est un drôle d'élève que tu as là, Souichirou-sama, il est intéressant. Fit Caster une fois le jeune homme parti.

Le professeur Kuzuki leva un sourcil suite à la remarque de sa femme.

-Il a de la volonté et un certain potentiel magique latent, si cela ne te dérange pas, j'aimerais le former avec toi, il pourrait être notre successeur à tous les deux.

-Fait comme tu le souhaites, Médée.

-Ohh ! Souichirou-sama, tu es si adorable ! ! ! Fit Caster en reprenant le repas.


Londres, tour de l'horloge, 2 ans avant le début de la guerre :


-Tohsaka-san, Tohsaka-san ! !

En entendant son nom, Rin se retourna et vu une de ses Kohai à l'association de magie courir vers elle.

-Qu'y a-t-il Sarah ?

-Allons prendre un Thé, je voudrais te parler.

-Pourquoi pas, je n'ai rien à faire immédiatement.

Une vingtaine de minute plus tard, à la terrasse d'un café au bord de la Tamise, les deux jeunes femmes reprirent leur discussion.

-J'ai pris ma décision !

-Ta décision, pourquoi ?

-La guerre du saint graal, je vais y participer.

Rin tiqua en entendant cela, 10 ans auparavant, elle-même avait participé à cette guerre ; Et même si tout s'était bien fini, la situation avait failli tourner au massacre.

-Tu es sûre de cela, crois-en mon expérience, la guerre du saint graal n'est pas une bonne chose.

-Oui, mais je voudrais aider Yume-sensei.

Yume, ce nom était connu à l'association de magie, il s'agissait d'un des plus fameux professeurs y enseignant. De son vrai nom Ishamael Aybarra O'Renshei, c'était un mage vivant depuis des centaines d'années, on racontait qu'il était immortel.

-L'aider, mais pourquoi ?

-Il souffre de son immortalité, on en a discuté alors qu'il m'aidait dans mes recherches. Quand il a demandé au Graal de lui accorder la vie éternelle il y a 3000 ans, il ne s'attendait pas aux conséquences qu'aurait sa demande.

-Attend, qu'as-tu dis ? Fit Rin en arrêtant sa Kohai.

Les révélations allaient trop vite pour Rin, non seulement les rumeurs sur le professeur Yume étaient vraies, mais en plus, il était la plus ancienne personne connue à avoir mis la main sur le graal.

-Je sais que c'est difficile à croire, mais c'est la vérité, suite à une grande quantité d'acte de bravoure aux côtés d'une âme héroïque, la planète matérialisa le graal devant lui et exauça son désir d'être immortel.

-Bon, admettons... Mais si l'immortalité lui pèse, pourquoi ne pas participer à la guerre lui-même ?

-Il était amoureux de l'âme héroïque qu'il avait invoquée, mais celle-ci est morte lors d'un combat peu après qu'il soit devenu immortel. Il m'a dit que jamais il ne pourrait trahir sa bien-aimée en invoquant un autre servant.

Rin comprenait bien cela, elle-même vivait une relation amoureuse complexe avec une âme héroïque...

« Non, pas une, deux » pensa-t-elle

En effet, sa relation avec Archer était souvent houleuse à cause de leurs caractères respectifs, il n'était donc pas rare que, lorsqu'elle voulait le faire enrager, elle passe du bon temps avec Lancer qui était typiquement son genre d'homme et était dans une situation similaire à la sienne avec son Master.

Dans tout les cas, si elle perdait son Archer, elle serait probablement détruite et ne voudrait jamais d'un autre servant.

-Bon, tu es décidée à ce je vois, mais je te préviens, la guerre du saint graal n'est pas un jeu et tu risques d'y mourir.

-Je sais, mais je dois bien ça à Yume-sensei, c'est lui qui s'est occupé de moi à la mort de mes Parents

Les parents de Sarah, les Fujiwara, étaient des vieux rivaux de la famille Tohsaka, depuis des générations, leurs deux familles opposaient leurs apprentissages respectifs, la magie dimensionnelle de Zeltrech et celle druidique et d'espace temps d'Ishamael.

Rin n'avait pas été surprise qu'à la mort tragique de ces derniers, leur mentor recueille leur fille, même si personnellement, elle avait eu peur que Sarah devienne une psychopathe à son contact, le professeur Yume montrant encore moins d'émotions que Kotomine.

D'ailleurs, la relation qu'entretenaient Sarah et le professeur était un mystère pour Rin.

Aux yeux de tous, le professeur Yume était un personnage terrifiant, mais Sarah en parlait toujours comme étant quelqu'un de gentil, sensible, malheureux et timide.

Au bout de quelques instants de réflexion, Rin prit une décision, elle allait offrir tout le soutien possible à son amie.

-Bon, dans ce cas, vu qu'il reste un peu moins de deux ans avant le début de la guerre, je vais t'apprendre tout ce qu'il faut pour survivre à cette bataille. Ça ne va pas être facile vu ta naïveté, mais vu mon précédent élève, c'est un problème que je sais gérer.

-Oh merci Tohsaka-san.

-Ne me remercie pas, je vais te faire voir l'enfer et à partir de maintenant, c'est Tohsaka sensei.

-Bien Tohsaka-sensei.

Un train en route pour Fuyuki, 3 mois avant la guerre:

« Encore 10 minutes... » Pensa Ishamael en regardant sa montre.

Il rejoignait Sarah, son élève, à Fuyuki. Cette dernière était partie en avance afin de s'installer dans la maison que Rin Tohsaka lui prêtait et préparer sa couverture.

Obtenir le Graal semblait maintenant beaucoup plus complexe que par le passé. De son temps, il suffisait d'être un héros digne de la coupe sacrée, mais maintenant, cela impliquait espionnage, infiltration, trahisons et autres détails qui déplaisaient au vieux professeur de magie.

Lui-même s'était préparé un pseudonyme. Que ce soit Yume ou Ishamael, son nom était trop connu chez les magiciens. Sa pupille, au courant de cela l'appellerait en conséquence, normalement. À partir du moment où il quitterait ce train, il serait Fear O Riley, le tuteur de la jeune fille. Sarah étant à moitié anglaise, cela ne devrait surprendre personne que son tuteur soit occidental.

Fear mis fin à ses réflexions en remarquant que le train ralentissait. Il se leva donc et prépara ses bagages afin d'être prêt à sortir du train quand celui-ci s'arrêterait.

A la gare, Sarah attendait son mentor, depuis son arrivée en ville il y a deux mois, tout s'était bien déroulé. Elle avait trouvé un emploi comme infirmière dans le complexe scolaire de la ville et avait pu invoquer son servant sans problème.

Fear lui avait demandé de l'attendre pour cela, mais elle avait trop hâte de lui montrer le fameux guerrier qu'elle avait obtenu.

De plus, les servants étant capables de totalement dissimuler leur présence et identités aux autres s'ils le souhaitaient, il aurait été idiot de ne pas l'utiliser comme espion pour récolter des informations sur ses futurs adversaires.

Lorsque Fear sorti du train, Sarah l'accueillit et lui présenta son servant.

-Tu aurais dû m'attendre Sarah. Qu'aurais-tu fait si quelqu'un avait repéré l'énergie magique libérée lors de l'invocation ?

-Ne vous inquiétez pas professeur, j'ai été prudente, avant l'invocation, j'avais placé trois barrières autour de la villa empêchant de ressentir toute énergie magique.

-Je vois... Et n'est-ce pas risqué de sortir accompagnée de ton servant ? Tu n'as pas peur d'être repérée ?

-Aucun risque ! En vivant avec son servant, Tohsaka-san s'est rendu compte que les servants pouvaient totalement dissimuler leur énergie et se faire passer pour des humains normaux. J'ai donc décidé d'inscrire mon servant au complexe scolaire où je travaille, ainsi, il pourra s'infiltrer parmi les élèves et espionner pour nous.

-Bien, c'est une bonne idée. Et de quelle façon dois-je t'appeler ? Demanda-t-il au servant en se tournant vers lui.

-Shisui, Shisui Orimataru, c'est le nom que j'ai choisi comme pseudonyme.

-Enchanté de te rencontrer Shisui, je te fais confiance pour veiller sur Sarah.

1er Jour, 9 novembre 2014: Premier contact


Partie 1:Insouciance

Si une ville du Japon a connu une extension rapide ces dernières années, c'est bien Fuyuki. Avec le siège de trois des plus grandes entreprises du pays installés en ville, la cité s'était développée comme un champignon et avait attiré des gens du monde entier.

Cela se ressentait à tous les niveaux, la ville avait grandi, gagné en modernité et il n'était maintenant plus rare de croiser des étrangers en ville.

Quant au lycée de la ville, comme tout le reste, il avait dû évoluer. Véritable complexe scolaire regroupant tous les niveaux d'études, il accueillait même de nombreux élèves étrangers dont les parents étaient venus travailler en ville.

C'est dans la section Faculté que commence notre histoire.

Fujimura Taiga, professeur d'anglais à Fuyuki depuis plus de dix ans se rendait vers sa classe accompagnée d'un élève venant d'Allemagne qui venait de s'inscrire.

Celui-ci devant assister à ses cours, on l'avait chargé de l'accompagner à la salle de classe.

-J'espère que tu te plairas dans notre ville, Sieg. Fit Taiga au jeune homme

-Oh ne vous inquiétez pas, Mademoiselle, je trouve déjà la ville charmante. Répondit-il avec un sourire charmeur.

Taiga, ayant eu honte de rougir à la remarque du jeune garçon détourna la tête et ne dit plus rien jusqu'à ce qu'ils arrivèrent à la salle de classe.

Une fois à l'intérieur, elle demanda silence et présenta Sieg.

-A partir d'Aujourd'hui, Sieg Heimburg, un nouvel élève venant d'Allemagne va assister à nos cours. J'espère que vous lui ferez un bon accueil.

Elle se tourna vers Sieg.

-Va te trouver une place, je vais commencer le cours.

Assis à côté de sa maîtresse, Ryo Shinso était soupçonneux à propos de ce nouvel élève.

-Je dois avouer, Mademoiselle Nishino, que ce nouvel élève ne m'inspire pas confiance, je n'aime pas son regard.

-T'inquiètes Ryo-kun ! Son regard, c'est juste celui d'un type qui s'y croit trop.

Le nouvel intervenant était Tony Wallace, un élève anglais de 20 ans arrivé en début d'année.

-N'empêche, il est mignon. Aaah, c'est mon genre ! !

Ryo sourit en entendant cette remarque de la bouche de Satsuki Arisawa, car cette dernière était comme à son habitude collée au jeune anglais. Voyant que Tony soupirait en l'entendant dire ça, Satsuki l'enlaça.

-Ne t'inquiètes pas, toi aussi tu es mon genre, Tony-kun ! !

-Ouais, ouais Satsuki-san... Ton genre à toi c'est les étrangers en général, c'est pour ça que tu me colles depuis que je suis arrivé. Répondit-il d'un ton las, ce qui fit rire tout le petit groupe.

Cependant, Ryo ne pouvait s'empêcher d'avoir des soupçons, il était de son devoir de protéger Eri .

Voyant que Ryo restait soupçonneux à l'égard du nouvel élève, Yuki Inoue, un voisin de Eri qu'elle considérait comme son petit frère essaya de calmer ses soupçons.

-Vous devriez être moins soupçonneux, Ryo-san. Essayez de vous mettre à sa place, il arrive dans une nouvelle ville, ça doit être dur.

Alors que le groupe discutait de lui, Sieg arriva à leur hauteur.

-Bienvenue à toi, Sieg ! ! Fit Tony en lui faisant un geste de bienvenue. Moi, c'est Tony Wallace, tu viens d'où exactement, si ce n'est pas indiscret ?

-Enchanté de vous rencontrer, je viens de l'extrême est de l'Allemagne, mais, j'ai beaucoup voyagé. Et toi, d'où viens-tu ?

-Je viens de Grande Bretagne, un petit village au nord de Londres.

-Je suis Ryo Shinso, le majordome de Mlle Eri Nishino. Fit Ryo en s'inclinant légèrement devant Sieg.

-Je suis Eri Nishino, si tu te demandais qui était cette fameuse Eri Nishino. Fit-elle en lui tendant la main pour le saluer.

Sieg serra la main de Eri et la remercia de son accueil.

-Tu n'as qu'à t'asseoir ici, fit Yuki en lui indiquant un siège libre entre lui et Satsuki.

Sieg acquiesça et alla s'asseoir à la place indiquée par le jeune garçon.

-Je suis Yuki Inoue et voici Satsuki Arisawa, enchanté de te rencontrer.

-BON, VOUS AVEZ FINI DE DISCUTER ! ! ! ! Rugit Taiga

-Euh...Oui, Taiga-sensei. Fit Tony, légèrement effrayé.

-Et bien tant mieux, on y va ! Etudions, Etudions !

Préférant éviter de mettre en colère leur tigre de professeur, les élèves se turent et se concentrèrent sur leurs études.

***


La journée passa sans emcombre, il était encore trop tôt pour agir et il valait mieux être prudent. Eri avait donc de prendre son temps. Elle quitta donc la salle de cours pour rejoindre une classe supérieure pour y retrouver sa meilleure amie, Ilyasvieil Von Einsberg.

Se connaissant depuis des années quand Fujimura sensei avait inscrit Ilya dans son collège, les deux jeunes filles avaient sympathisé et étaient devenues très proches.

Ce lien s'était encore renforcé quand Eri avait découvert la magie et les origines de la guerre du Saint Graal.

Ilya lui avait alors fourni toutes les informations dont elle avait besoin de savoir et l'avait mis en garde sur certains dangers de la guerre.

La famille Von Einsberg, tout comme les autres familles à l'origine du rituel, n'y participait plus, mais, d'une certaine façon, la famille Nishino en était son héritière.

Ilya sorti de la salle et vu son amie.

-Ah, Eri-chan, tu es là ?

-Oui, Ilya-chan, tu viens, les autres nous attendent !

Les autres, c'était toute la bande des élèves de sa classe, Eri avait beau être d'un tout autre niveau social qu'eux, elle adorait passer du temps avec eux.

De plus, sachant que le début de la guerre était imminent, elle voulait profiter à fond de ses moments de bonheur.

Ilya et Eri rejoignirent donc le groupe et se dirigèrent vers la sortie en rigolant de tout et de rien.

Alors qu'elles quittaient le bâtiment principal, un bras se mit autour des épaules d'Eri et de Ilya.

-Hé les filles, la journée a été si dure sans vous aujourd'hui. Ça ne vous dirait pas de passer un peu de temps avec moi ?

Le nouvel intervenant était Steve Summers, un élève de dernière année de lycée qui semblait s'intéresser aux filles plus âgées que lui, il venait souvent les draguer et s'incrustait même parfait dans les cours de facultés.

-Désolé, Steve, mon chauffeur m'attend ! Fit Ilya en montrant le colosse qui l'attendait à l'entrée, colosse qui, comme d'habitude, décourageait tous les garçons essayant de la draguer.

-Et toi Eri ? J'ai vu aux infos qu'il y avait eu des accidents divers, tu ne préférerais pas que je te ramène ?

« Des accidents ? » Pensa Eri « Peut être est ce lié à la guerre ? »

Alors qu'elle allait répondre à Steve, ce fut Ryo qui intervint.

-Non c'est bon, je pense que je peux m'en charger, nous sommes venus en voiture. Au fait de quels genre "d'accident divers " parles-tu ?

-T'es pas au courant, il y a une rumeur comme quoi un vampire serait en ville, on a trouvé des gens vidés de leur sang. Sans compter les gens que l'on retrouve dans une sorte de coma... Sûrement que le vampire a été interrompu avec elles. Mais mon oncle qui est journaliste m'a dit que la police cache encore d'autres éléments.

Des meurtres, des comas, C'était lié à la guerre du saint graal, Ryo en était certain, mais il valait mieux tenter de rassurer les autres, inutile de les alarmer, surtout que ça n'aurait fait que le faire paraître suspect aux yeux d'un éventuel master.

-Des Vampires ? Allons Monsieur Summer... Croyez-vous aux mythes et légendes ?

-Je pense qu'il y a une explication rationnelle à ces crimes, mais, par sécurité, nous ferions mieux de rester prudent et donc de ne pas sortir seul et encore moins le soir.

-Ben, la police parle de tueur en série en vérité, fit Steve en se frottant la tête d'un air gêné. C'est pas plus rassurant et au moins, les histoires de vampires dont parlent les journaux, ça plait aux filles !

Bien, maintenant que la guerre était commencée, lui et Eri feraient mieux de rentrer au plus vite pour préparer leur plan de bataille.

-Bon, étant donné qu'il y a des crimes, nous devrions y aller Mademoiselle Nishino, il vaudrait mieux rentrer avant la tombée de la nuit. Mademoiselle Arisawa, voulez-vous que l'on vous dépose chez vous ? Vu les circonstances, il n'est pas sûr qu'une jeune fille rentre seule.

-laissez, je vais rentrer avec Tony-kun. Fit Satsuki.

-Moi aussi, Onee-chan, je vais te laisser, fit Yuki, mon coloc doit m'attendre pour rentrer.

-Bien, alors, allons-y, Ryo. Dit Eri à l'adresse de son majordome.

En passant la barrière de l'école, le groupe d'amis passa à côté d'un bel homme d'une trentaine d'année au visage très fin et aux cheveux bleus, il semblait attendre quelqu'un.

Eri reconnu cet homme, Ilya lui en avait parlé. Il s'agissait de Sasaki Kojiro, le servant Assassin de la précédente guerre, que faisait-il ici ?

Alors que le groupe se séparait, elle susurra à son servant quelques instructions.

-Il s'agit du précédent Servant Assassin, je doute sa présence ici soit dû au hasard. Nous ferions mieux de l'observer de loin, nous pourrions apprendre quelque chose d'intéressant.

-Bien, Master.

Après avoir fait semblant de partir et avoir dissimulé la voiture dans une ruelle à quelques rues d'ici, Eri et Ryo revinrent discrètement à l'école et observèrent la situation.

« Modifié: 18 mars 2015 à 04:12:53 par chevkraken »
bien que ce soit surprenant, j'ai davantage touché à Korra qu'à Bayonetta, le fait que j'ai Korra dans mon lit le soir avant de dormir et Bayonetta non doit jouer.

Tags: