Auteur Sujet: Votre top des mangas méconnus  (Lu 16240 fois)

Hors ligne Damien

  • Seigneur du Stupre
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 9891
  • Total likes: 357
  • Un film qui vieillit a-t-il des pellicules ?
    • Voir le profil
Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #50 le: 16 mars 2014 à 15:56:08 »
Ah ??? J'ai rien vu tout ce temps passé en librairies :o

D's©

Life is theater, theater is everywhere...

Hors ligne 4evaheroesf

Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #51 le: 16 mars 2014 à 17:01:15 »
Un drôle de père : un manga émouvant.
Je l'ai lu il y a un moment mais la relation entre Daikichi et Rin était vraiment belle.
Par contre je fais partie de la deuxième catégorie : autant j'ai compris pour Rin autant pour Daikichi...
Limite s'il ne se résigne pas.

Hors ligne ShiroiRyu

Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #52 le: 19 mars 2014 à 02:24:42 »
Oh deux chouettes mangas !
Usagi est très bon ausi ... Très très bon !
Enfin, j'avais adoré l'animé même s'il finit pas ... (contrairement au manga)
Hakaiju ma fait penser à Parasite. Même auteur ?

Hors ligne Damien

  • Seigneur du Stupre
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 9891
  • Total likes: 357
  • Un film qui vieillit a-t-il des pellicules ?
    • Voir le profil
Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #53 le: 19 mars 2014 à 02:38:10 »
Usagi Drop est très plaisant en anime (choupinoukromeugnonetc.) mais là encore le manga se suffit amplement.

Concernant Hakaiju, il s'agit de l'oeuvre de Shingo Honda (et non Itoshi Iwaaki, auteur de Parasite/Eureka). C'est son second manga sorti en France. Le premier étant :



Jamais lu. En même temps, du ping-pong en coupe banane, ça m'émeut pas plus que ça :o

Tiens, puisqu'on cause Iwaaki, j'espère voir un jour sortir Historie sur la jeunesse d'Alexandre le Grand -Komikku ou Ki-Oon si possible- :o



D's©
 
Life is theater, theater is everywhere...

Hors ligne Eilyn

Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #54 le: 19 mars 2014 à 18:56:49 »
Je dis oui pour un nouveau manga historique  [:jump] , surtout que la jeunesse d'Alexandre le Grand pourrait être intéressant comme sujet.
"Comunque vada Πάντα ῥεῖ ... And singing in the rain ! "

Hors ligne Dizzy

Re : Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #55 le: 19 mars 2014 à 23:45:16 »
D'après le message d'un utilisateur en bas de cette page, il semblerait que les volumes épuisés soient réédités à partir de janvier 2014 :

http://www.manga-sanctuary.com/bdd/manga/1239-dorohedoro/
Non, ça n'a pas été le cas, vu que l'éditeur parle encore d'une possible réédition future.
Si c'est rond c'est point carré.

Hors ligne Damien

  • Seigneur du Stupre
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 9891
  • Total likes: 357
  • Un film qui vieillit a-t-il des pellicules ?
    • Voir le profil
Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #56 le: 27 mars 2014 à 11:13:37 »
Vu qu'il y a au moins deux autres membres qui suivent la série, voici mon ch'ti avis sur le dernier tome dispo en VF depuis un bon mois (lecture en retard).

Cliffhanger de porcinet !
Spoiler (click to show/hide)

Et bien sûr, ce tome ne déroge pas à la tradition de la "Viande Froide" :
Spoiler (click to show/hide)

Pour info, la série se termine au sixième tome. Propre, efficace, tout à fait à mon goût.

D's©
Life is theater, theater is everywhere...

Hors ligne Hedrick

Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #57 le: 27 mars 2014 à 12:23:05 »


Citer
Hope Emerson est fils du célèbre Peace Emerson un tireur de génie. Hériter de son arme, le Peacemaker, Hope se retrouve malgré lui entrainé par un parieur invétéré dans le monde des Duellistes et recueille une jeune fille, Nicola Crimson, Petite fille du marchant d'arme Phillip Crimson. Ce dernier, a la tête des Crimsons Executeurs, un groupe de mercenaires d'élite, dépèche ses alliés pour récupérer Nicola et les secret qu'elle détient...

GRos coup de coeur pour ce manga.  Ryuji MINAGAWA A réussi a produire une série vivant et energique avec un look far-west/1900 qui ne laisse pas indiférent. Malgré des visages parfois un peu particulier, peacemaker se défini surtout par la force de ses gunfights, très biren rythmés et de son univers admirablement dessiné. UN peu ovni au millieu des manga orienté "pouvoirs", c'est une série ( 10 tomes actuellement) que je conseille a tous.

Hors ligne Damien

  • Seigneur du Stupre
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 9891
  • Total likes: 357
  • Un film qui vieillit a-t-il des pellicules ?
    • Voir le profil
Life is theater, theater is everywhere...

Hors ligne Damien

  • Seigneur du Stupre
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 9891
  • Total likes: 357
  • Un film qui vieillit a-t-il des pellicules ?
    • Voir le profil
Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #59 le: 17 avril 2014 à 12:42:51 »
Tomes 1 à 7 en vue !

La couverture reptilienne et les pages couleurs sont dégagées, dommage :o

D's©
Life is theater, theater is everywhere...

Hors ligne Dizzy

Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #60 le: 18 avril 2014 à 11:16:22 »
Ah enfin!!!
Je vais pouvoir relire le chapitre de la Blue Night... [:jump]
Si c'est rond c'est point carré.

Hors ligne Damien

  • Seigneur du Stupre
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 9891
  • Total likes: 357
  • Un film qui vieillit a-t-il des pellicules ?
    • Voir le profil
Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #61 le: 02 mai 2014 à 13:40:58 »
Deux titres inspirés de faits réels.

D'abord du tragi-comique :

Citer
Lassé par la routine du dessinateur face à ses planches et écrasé par la pression inhérente à son travail et, Hideo Azuma, un " mangaka " célèbre, décide, du jour au lendemain, de quitter son boulot et de mettre fin à ses jours. Après l'échec de son suicide, il décide de vivre dans la rue en SDF. Son temps est dès lors consacré à trouver de quoi se nourrir afin d'améliorer son quotidien précaire...

L'histoire se déroule en 1989 : l'auteur fugue deux fois. A la première, il se met en mode "Survivant" dans un sous-bois près d'un lotissement avant d'être récupéré et ramené par sa femme. La seconde fois, il retourne en mode SDF avant d'être cueilli par des ouvriers qui vont l'intégrer dans une équipe de chantier. Il suivra une formation comme technicien du gaz et obtiendra un diplôme. Récupéré peu après par sa femme.

La lecture est déroutante mais l'histoire captive en présentant une facette sombre dans l'univers du mangaka : péter un câble, faire une dépression alcoolique ou encore penser au suicide à cause du travail engrangé et des pressions éditoriales.

Pour info, cet auteur méconnu dans notre royaume est une vraie "star" au Japon. Pour les vieux de la vieille, sachez qu'il a conçu la série suivante :

Il a ensuite édité son journal intime pour la période 2004-2005 où il parle de sa profonde dépression :

Citer
Six années se sont écoulées depuis la sortie d’Hideo Azuma du pavillon des alcooliques dont les aventures nous sont relatées dans Journal d’une disparition. Nous suivons donc l’auteur dans sa vie quotidienne, rythmée par ses lectures aussi diverses que nombreuses ainsi que par les différents projets sur lesquels le mangaka planche. Ceux-ci, recueillant plus ou moins de succès auprès des éditeurs ou du public, nous font cependant découvrir l’intimité d’un mangaka. Constamment ponctué d’anecdotes et de réactions à brûle-pourpoint, le récit d’Hideo Azuma n’en demeure pas moins empreint d’une véritable sincérité.
Pour le coup, la mise en page déconcerte car l'effet journal intime (horaires du lever, contenu des repas, livres du jour lus) présente moins d'impact que l'autre ouvrage. Achat fait, on verra bien...

Ensuite du tragique très très sombre :

Citer
Qui se soucie des enfants de la nuit, ceux qui tombent dans la drogue, la violence, la prostitution, négligés par leur famille ou se sacrifiant pour retarder leur désintégration ? Leur chute et leur destin se jouent le plus souvent dans la plus stricte indifférence de leur entourage, ou la cruauté de ceux qui y contribuent par leur violence. Ce sont ces vies sans espoir dont est souvent témoin Mizutani, professeur de cours du soir, lui-même héritier d’un passé assez sombre. Son inaction lui pèse et il tente un jour maladroitement d’aider un de ces enfants rencontré lors d’un des parcours nocturnes qu’il effectue dans la ville. Mais il arrive malheureusement bien trop tard pour Masashi et n’arrivera pas à le sauver… La responsabilité de cette tragédie pèse sur la conscience de Mizutani, qui décide de faire tout ce qu’il peut pour aider ces enfants qu’il croise chaque nuit. Une entreprise souvent désespérée et déchirante à chaque échec, bien plus nombreux que les quelques résultats positifs. Chaque nouvelle histoire recelant autant de potentielle laideur que d’espoir, chaque ronde de nuit est pour Mizutani un combat contre la fatalité.
10 volumes, série terminée.
Mon COUP DE POING du mois dernier : pas de pitié, pas de tendresse dans cet univers nocturne où la jeunesse est jetée en pâture aux drogues, au viol et aux vols. Des enfants survivent difficilement, d'autres meurent instantanément. Après chaque chapitre, le scénariste (qui est le personnage principal de la série) délivre des extraits de ses conférences/écrits où il parle de ces vies gâchées qu'il n'a pas pu sauver. Il est impensable de lire un tel titre sans avoir la gorge noué.

Petit bio de ce noble guetteur :
Citer
Osamu Mizutani est né en 1956. Au cours des années 1970, il suit des études de Philosophie qu'il finit par abandonner, pour partir un temps en Europe où il enchaine les petits boulots. Mais à la fin de la décennie, il revint sur les bancs de l'Université pour finalement devenir enseignant en Sciences Sociales, dans un collège de Yokohama. Au fil des ans, il se mit à donner des cours du soir pour des élèves en difficulté, scolaires comme sociales. Il décida également de patrouiller la nuit pour retrouver des jeunes gens en perdition et les aider dans leur réinsertion. L'enseignant diffuse également son message à plus large échelle : conférences, passages en télévision, ainsi que par le biais d'ouvrages spécialisés, dont font partie les volumes de Yomawari Sensei.
A la fin du mois de septembre 2004, Osamu Mizutani décide de quitter l'enseignement, pour se consacrer uniquement à ce combat qui anime son quotidien depuis une vingtaine d'années.


D's©
Life is theater, theater is everywhere...

Hors ligne Rincevent

Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #62 le: 02 mai 2014 à 16:31:20 »
Ah j'ai cette série à la bib, c'est clair que c'est pas la mélodie du bonheur. [:petrus]
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Hors ligne Damien

  • Seigneur du Stupre
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 9891
  • Total likes: 357
  • Un film qui vieillit a-t-il des pellicules ?
    • Voir le profil
Re : Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #63 le: 02 mai 2014 à 17:43:12 »
Ah j'ai cette série à la bib, c'est clair que c'est pas la mélodie du bonheur. [:petrus]
Et elle est beaucoup empruntée ?

D's©
Life is theater, theater is everywhere...

Hors ligne Rincevent

Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #64 le: 02 mai 2014 à 22:15:46 »
Pas des mâsses. C'est pas pour les dépressifs, en plus. Dans le même genre joyeux j'ai Ushijima l'usurier de l'ombre aussi. Ça respire bien la gaieté. Et pis Ikigami, c'est toujours fun des jeunes qui vont apprendre qu'ils vont mourir. Mais sinon je suis du genre joyeux, hein. [:aie]
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Hors ligne Damien

  • Seigneur du Stupre
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 9891
  • Total likes: 357
  • Un film qui vieillit a-t-il des pellicules ?
    • Voir le profil
Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #65 le: 06 mai 2014 à 18:38:41 »
Bonne nuit Punpun ! 10 et 11 : On savait qu'un happy end serait difficile mais on ignorait que la tournure allait devenir ultra-suffocante ! L'ambiance s'alourdit, l'impasse s'épaissit et les corps sont mis à très rude épreuve pour consolider des amours magnifiquement dramatiques... ! On est à deux tomes de la fin. Et j'ai peur du dénouement... Bravo à Asano et à son équipe qui ont réalisé un travail magistral sur cette série !  Du coup, je suis en train d'acheter toutes les séries précédentes de l'auteur (essentiellement des one-shots et des séries en 2 volumes) et après la lecture de Solanin 1 et 2, je confirme mon impression : ce jeune trentenaire est un mangaka de très haute qualité que je n'hésite pas à placer aux côtés de Tezuka et d'Urasawa pour son travail tant sur le fond que sur la forme. A ceci près qu'il lui manque un petit truc pour être encore meilleur : s'attaquer à de nouveaux sujets qui s'éloignent de ceux qu'il affectionne depuis ses débuts professionnels (tranche de vie, critique sociale du Japon contemporain).

READ IT BUY IT LOVE IT

D's©
Life is theater, theater is everywhere...

Hors ligne Rincevent

Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #66 le: 06 mai 2014 à 21:41:43 »
Ah Solanin aussi j'ai à la bib et j'avais bien aimé. Une chouette histoire de vie aigre-douce. Il m'a fallu me faire aux visages de grenouilles des persos, mais ça restait très agréables.
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Hors ligne Damien

  • Seigneur du Stupre
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 9891
  • Total likes: 357
  • Un film qui vieillit a-t-il des pellicules ?
    • Voir le profil
Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #67 le: 07 mai 2014 à 18:42:38 »
Tu te dois donc de lire Punpun : c'est tout aussi poignant que Solanin mais un cran au-dessus dans la dark-attitude où la réalité te frappe au coin de la rue depuis ton plus jeune âge :o

D's©
Life is theater, theater is everywhere...

Hors ligne Spadeas

Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #68 le: 07 mai 2014 à 20:01:13 »
Tiens je connaissai pas ce topic ^^. Alors, j'y vais de ma petite participation, vu que je ne l'ai pas vu présenter ici (a moins qu'il soit évoqué dans les paragraphes, mais j'ai juste lu en diagonale), je vais donc parler de
Beach Stars !


Manga en sept tome chez KuroKawa et traitant du beach volley. Grosso modo pour l'histoire :
Iruka Nanase, une petite souris d'1m et quelque pratiquait avec ses amis le volley en salle dans son lycée, mais suites au départ de plusieurs membres, le club à dut fermer. Malgré tous Iruka à la passion brulante pour ce sport et malgré l'aide de ses amis pour lui changer l'esprit, rien n'y fait elle veut jouer au volley. Alors qu'elle passe une après midi à la plage (traînée par ses deux copines), elle aperçoit des terrains de beach volley et en s'amusant dessus elle y rencontrera la terrifiante Hayakawa, futur star du beach volley. Après un match plus ou moins amicale et une cuisante défaite, Iruka sera plus que remonté et ce lancera à corps perdu dans ce sport.

Alors, pourqoi Beach Stars ! me direz vous, non ce n'est pas pour les jolies filles (même si ça flatte la rétine), mais surtout pour la narration. Et oui vous ne rêvez pas, je parle bien de la narration dans un manga sur le beach volley. L'auteur réussi à faire une bonne brochette de personnages aux personnalités et histoire intéressante (Kotomi par exemple), mais il réussi à très bien gérer son rythme, entre tension (lors des match) et moment de grandes rigolades (surtout grâce à Taki :)). C'est ce qui fait la force du manga, la narration et le rythme font qu'on lise les tomes sans s'en rendre compte. Alors, oui Iruka comme pas mal de personnage dans ce genre de manga, est un génie en devenir (une sorte d'Ippo du beach volley), mais son évolution fait que ça reste toujours agréable à suivre (comme Ippo au passage). Je rajouterai juste que le trait du dessinateur et ses compositions niveau planche, rende justice au manga et à l'action, en plus d'être agréable à regarder :
Spoiler (click to show/hide)

Alors voila pour ce premier essai, en espérant vous avoir donnez envie de découvrir, je vous le garantis, vous ne le regretterez pas.
Je m'applique volontiers à penser aux choses auxquelles je pense que les autres ne penseront pas.

Hors ligne Damien

  • Seigneur du Stupre
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 9891
  • Total likes: 357
  • Un film qui vieillit a-t-il des pellicules ?
    • Voir le profil
Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #69 le: 07 mai 2014 à 20:17:46 »
J'ai entendu très vaguement parler de ce titre mais je dois avouer que les planches donnent envie de s'y pencher. Pour le contenu, je vois ça comme une lecture de plage divertissante.

D's©
Life is theater, theater is everywhere...

Hors ligne Rincevent

Re : Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #70 le: 08 mai 2014 à 01:00:11 »
Tu te dois donc de lire Punpun : c'est tout aussi poignant que Solanin mais un cran au-dessus dans la dark-attitude où la réalité te frappe au coin de la rue depuis ton plus jeune âge :o
J'ai tout lu jusqu'à la fin. J'hésite entre te remercier et te maudire. [:beuh] [:delarue5] [:wtf0] [:homer1]
Purée, j'ai rarement autant eu envie de tabasser des personnages de manga avec une batte de base-ball. Quelle fournée de névrosés ! Mention spéciale pour Onodera et Aikooooo (mais les potes trainent aussi de sacrées casseroles)... Punaise, ce manga suinte l'angoisse, le malaise et l'échec à toutes ses pages. Ça m'a fortement fait penser à A lollipop or a bullet dont j'avais parlé en page 1. En plus long. [:mtears]
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Hors ligne Damien

  • Seigneur du Stupre
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 9891
  • Total likes: 357
  • Un film qui vieillit a-t-il des pellicules ?
    • Voir le profil
Re : Re : Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #71 le: 09 mai 2014 à 16:33:40 »
J'ai tout lu jusqu'à la fin. J'hésite entre te remercier et te maudire. [:beuh] [:delarue5] [:wtf0] [:homer1]

Citer
Purée, j'ai rarement autant eu envie de tabasser des personnages de manga avec une batte de base-ball.
J'ai versé ma petite larme dans le volume 10
Spoiler (click to show/hide)
Punpun ne me donne aucune envie de meurtre car il est le fruit d'une enfance ratée et d'une éducation sans conviction.

D's©
Life is theater, theater is everywhere...

Hors ligne Rincevent

Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #72 le: 09 mai 2014 à 16:52:19 »
Mais il aurait pu, comme tout le monde, apprendre de ses erreurs, réfléchir et surtout il aurait pu écouter un peu ce que les autres lui disaient. M'enfin bon, c'est vrai que ça reste un gamin paumé et mal aimé (et dont en plus la tantine a profité de manière très glauque) qui enchaîne les mauvaises décisions tout au long de sa vie. Nan sérieusement, j'ai eu envie de filer des baffes à ce "héros" tout au long de la lecture, et bien entendu ça devenait de plus en plus pressant au fil de l'histoire.

C'est hard quand même de voir des persos rater leur vie comme ça.
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Hors ligne Damien

  • Seigneur du Stupre
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 9891
  • Total likes: 357
  • Un film qui vieillit a-t-il des pellicules ?
    • Voir le profil
Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #73 le: 09 mai 2014 à 17:03:05 »
Et c'est là où Asano sort du lot : avec lui, tu as vraiment le droit à une vision critique du jeune tokyoïte moyen ! Et des "ratés" comme Punpun, il doit en exister pas mal...

D's©
Life is theater, theater is everywhere...

Hors ligne Rincevent

Re : Votre top des mangas méconnus
« Réponse #74 le: 09 mai 2014 à 17:23:18 »
Ce qui me frappe aussi dans les mangas, qu'ils soient léger comme Nisekoi ou sérieux comme celui-ci, c'est cette tradition insidieuse qui veut qu'un seul parent continue à s'occuper des enfants en cas de divorce et que l'autre refasse sa vie comme si de rien n'était. Ça fait déjà des dégâts chez nous, je vois pas pourquoi ça n'en ferait pas là-bas. Enfin bon, on sort un peu du sujet, mais je compte plus le nombre de héros dont les parents ont divorcé et dont celui qui est parti cesse juste d'exister.
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Tags: