Auteur Sujet: Shogûn de James Clavell  (Lu 150 fois)

Hors ligne Samantha Rosenwood

Shogûn de James Clavell
« le: 28 septembre 2020 à 15:14:29 »
Étant donné que ce roman a donné naissance à la série éponyme, j'ai décidé de créer un sujet qui lui soit dédié.

Ici, nous pourrons parler des différences entre le livre et la série, ainsi que des vérités historiques référencées, dans un cas comme dans l'autre. N'hésitez pas à partager ce que vous avez aimé, ce qui vous a ému, ou agacé.

John Blackthorne s'inspire de William Adams, véritable citoyen britannique devenu japonais. C'est Anjin-San.
Toranaga, lui, s'inspire de Ieyasu Togugawa, victorieux de la célèbre bataille de Sekigahara.
Et La troublante Mariko...

« Modifié: 11 octobre 2020 à 15:13:19 par Samantha Rosenwood »
"Yanagi Ni Kazé" - Proverbe Japonais
"Un ami non éprouvé est comme une noix non cassée. On ne sait ce qu'elle renferme" - Proverbe Russe

Hors ligne Jaxom

Re : Shogûn de James Clavell
« Réponse #1 le: 28 septembre 2020 à 23:59:12 »
Vu la série avec Richard Chamberlain il y a très très longtemps (quand j'étais gamin) et j'avais bien aimé. Il me semble en avoir revu qq épisodes de la fin sur M6 durant les années ou j'étais étudiant en métropole (vers 97).

Il  a 10-12 ans un collègue anglophone m'avait passé le bouquin en VO que j'avais fort apprécié aussi, le style étant assez fluide. J'avais été cependant été pas mal surpris par le coté plus sanglant du livre : on y tranche pas mal de tetes pour a peu près n'importe quelle raison (manque de respect, question d'honneur, etc.) mais au final ca parait assez raccord avec ce qu'on peut voir dans certaines series japonaises (cf : l'application de la peine de mort a tout va au Sanctuaire  [:lol]). D'autres details qui sont absents ou beaucoup plus édulcorés dans la série TV (dans mes souvenirs) m'avaient également interpelé tels que la bisexualité de Yabu ou la virilité forcenée de Toranaga ou encore le fait que Blackthorne déteste vraiment les portugais tout en vénérant la reine Elizabeth.
« Modifié: 29 septembre 2020 à 00:04:25 par Jaxom »
Grève des colos tant que The Lost Canvas continue à être de la daube !

Programming today is a race between software engineers striving to build bigger and better idiot-proof programs, and the universe trying to produce bigger and better idiots. So far, the universe is winning. ~ Rich Cook

Hors ligne Samantha Rosenwood

Re : Shogûn de James Clavell
« Réponse #2 le: 29 septembre 2020 à 14:51:03 »
Merci de ta réponse, @Jaxom!

Le côté plus sanglant du livre, par rapport à la série, s'explique déjà par le contexte historique de l'époque: celle du Shogunat, période féodale très troublée et parsemée de querelles intestines entre clans, pour prendre possession du pouvoir, c'est-à-dire pour devenir Shogun. À cette époque, on devait obéissance à celui que vous aviez choisi comme chef, et on devait marcher d'une seule tête, pour ainsi dire. Chaque acte de désobéissance était perçu comme un affront et une provocation, qui demandait réparation. En clair, vous deviez vous tenir à carreau! Cela peut sembler extrême, mais d'un aurtre côté, tout se tient.

Je suis toujours très marquée par la mort tragique de Mariko, suivie par ses funérailles. Cette séquence me brise le cœur, tout en sachant que Mariko était consciente de ce qui pouvait lui arriver. Le chagrin sincère de John Blackthorne à sa disparition est compris de tous, surtout de Toranaga, qui lui aussi, appréciait la jeune femme. Derrière l'inflexible Shogun en devenir, s'est révélé un homme très humain, très attaché à ses amis et alliés. Fort à l'extérieur, tendre à l'intérieur, résume très bien Toranaga. Et qui pourtant, n'hésite pas à saboter le bateau de John, afin de le garder au Japon à ses côtés...

Sur une note plus légère, je me souviens surtout de la leçon de danse du marin, demandée par Toranaga à John. Un moment d'échange, de joie partagée entre deux hommes, qui apprennent à se connaître. Le point d'orgue étant Toranaga dansant sur son balcon, avec le sourire d'un enfant.

Niveau lectures, voici quelques suggestions, tirées de ma bibliothèque personnelle:
- Samourai William, chez Libretto.
- Le Clan Des Takeda, Inoué, Picquier Poche.
- Le Château De Yodo, Inoué, Picquier Poche.
-Shogun, James Clavell, J'ai Lu.
- Sekigahara, La Plus Grande Bataille Des Samouraïs, Julien Peltier, Éditions Passé/Composé.

Et si vous passez par le quartier de Nihonbashi, à Tôkyô, vous pourrez voir une plaque commémorative, à l'emplacement de la maison de l'Anjin-San, aujourd'hui disparue...
« Modifié: 11 octobre 2020 à 15:13:52 par Samantha Rosenwood »
"Yanagi Ni Kazé" - Proverbe Japonais
"Un ami non éprouvé est comme une noix non cassée. On ne sait ce qu'elle renferme" - Proverbe Russe

Tags: