Auteur Sujet: [Fanfic] Asgard Golden Chapter  (Lu 612 fois)

Hors ligne ganonso

[Fanfic] Asgard Golden Chapter
« le: 10 septembre 2015 à 23:23:59 »
J'ai enfin décidé de commencer une fic  :D. Comme d'habitude les commentaires sont bienvenus et appréciés qu'ils soient positifs ou négatifs.
voilou, voilou, le prologue/présentation
...
On raconte qu’autrefois, quand Rome était à ses débuts, le roi Pyrrhus d’Epire se mit en tête de conquérir cette nation émergente. Il emmena avec lui une grande et imposante armée et se mit en devoir de gagner tous les engagements qui l’opposait à la jeune république. Cependant il subit tant de pertes que l’un de ses conseillers s’avança vers lui après une bataille particulièrement sanglante pour lui dire : « Si nous gagnons encore une bataille comme ça, nous perdrons la guerre ». Il ne faisait qu’énoncer une maxime claire de l’art de la guerre : Si une victoire vous laisse incapable de faire face à une nouvelle offensive, si elle rend inutilisable le terrain que vous vouliez conquérir, si elle vous coûte vos meilleures troupes alors que vous en avez encore besoin, alors elle est inutile. Par cette définition, la victoire d’Athéna lors de la guerre civile du Sanctuaire Sacré était une défaite en soi.

Cette guerre n’avait pas opposé des légions mais une poignée d’hommes, capables de fendre la terre avec leurs poings et déchirer le ciel de leurs pieds, capables de manier les éléments et de faire plier les lois de l’univers à leur volonté. Le Sanctuaire était de nouveau dirigé par sa déesse et quelque fut les projets de conquête que nourrissait Saga des Gémeaux, ils avaient péri avec lui. Cependant le prix avait été horrible pour toutes les castes de la chevalerie. Mort Masque de Mort du Cancer dans l’antichambre même du royaume d’Hadès abandonné par son armure qui avait pourtant    assisté sans broncher à tant de cruautés avant de perdre espoir dans la rédemption de son porteur, Mort Shura du Capricorne dans le feu de la haute atmosphère avec Shiryu du Dragon, lui dont le bras avait été l’épée de la justice du Sanctuaire payant de sa vie le moment où il avait porté la main sur le protecteur d’Athéna. Mort Camus du Verseau aux côtés de son élève Hyoga du Cygne dont les deux parfaites statues de glace éternelle se toisaient encore dans la onzième maison. Mort Aphrodite des Poissons toute beauté arrachée par le tourbillon vengeur de Shun d’Andromède. Shun qui gisait en face de son adversaire, son corps vierge de toute blessure sauf la rose rouge de son sang qui fleurissait dans son cœur. Mort le traître lui-même, Saga des Gémeaux qui avant de périr sous les yeux d’Athéna avait brisé sous ses poings les indomptables Phoenix et Pégase, Ikki dont les lambeaux devaient encore dériver le long de dimensions extérieures à la terre et Seiya dont la résistance légendaire s’était inclinée face à la furie du Gémeau.

Morte la quasi-intégralité des chevaliers d’argent. Un carnage si exemplaire que seule Marine de l’Aigle et Shaina du Serpentaire étaient encore vivantes. Tous leurs pairs, pour la plupart dupe sincères de Saga, croyant intervenir pour châtier le vol d’une des douze protections sacrées du zodiaque, morts de la main des chevaliers de bronze. Avec eux périssait une génération de maîtres. Pire si grande avait été la puissance nécessaire pour les défaire que leurs armures étaient mortes et devraient passer des années à se régénérer au sein de leurs Boites de Pandore. Pour être franc l’usurpateur du titre de Grand Pope avait tué autant de Chevaliers d’Argent pour avoir refusé de se plier à ses ordres que les Chevaliers de Bronze dans leur défense de l’armure du Sagittaire.

Les six chevaliers de Bronze qui avaient survécu à la guerre n’y avaient tout simplement pas participé. Il était d’ailleurs douteux que la Licorne, l’Hydre,le Loup, le Caméléon, le Lionnet et l’Ours aurait réussi l’épreuve des Douze Maisons. Peut-être qu’avec le temps et l’attention directe des chevaliers d’Or survivants ils pourraient être amenés à remplacer ceux qui avaient atteint le septième sens et accompli l’impossible. Cela prendrait du temps cependant, à supposer que ces chevaliers aient même le potentiel d’égaler leurs anciens pairs.

Cinq chevaliers d’Or, deux chevalières d’Argent, six chevaliers de Bronze. Ce n’était pas la pire situation que le sanctuaire ait connue, surtout comparé à la dernière guerre sainte où Dohko et Sion avaient dû rebâtir par eux-mêmes l’ordre de la chevalerie. Cependant le Bélier et la Balance avaient vaincu leur ennemi et pouvaient espérer ne subir qu’une seule guerre sainte dans leurs longues vies. Certes le Bélier et la Vierge, le seul chevalier capable de réparer les armures et peut-être le plus puissant membre de la garde dorée avaient survécu mais dans quelques années, certainement trop peu pour former d’autres chevaliers, Hadès serait libre de mettre en œuvre ses projets génocides et sans doute de les réussir. Quant aux autres ennemis d’Athéna, Poséidon et Arès, nul ne savait quand l’heure de leur libération sonnerait. Dans un an, dans un siècle ? Qu’importait la guerre arrivait et il était peu sûr que les forces d’Athéna soit en mesure d’y survivre.

La guerre devait venir plus tôt qu’aucun n’aurait pu le croire. En effet les corps des victimes de la Bataille du Sanctuaire n’avaient pas été préparé pour leur dernier voyage que dans les froides terres du nord, dans le sanctuaire d’Asgard, Hilda de Polaris grande prêtresse d’Odin succombait aux maléfices de l’anneau des Nibelungen. Dans d’autres circonstances elle aurait attaqué sur l’heure, persuadée d’avoir affaire à cinq pathétiques mais chanceux Chevaliers de Bronze. Cependant la survie des Chevaliers d’Or obligeait la souveraine d’Asgard à faire profil bas pour un temps. Elle avait obtenu le retour des Guerriers Divins mais savaient leur puissance bien inférieure à celle des Chevaliers d’Or. Pour l’instant ces guerriers légendaires suffisaient à protéger leur peuple dans l’exode massif qu’avait décréter la grande prêtresse, leur permettant de s’établir dans des contrées que le monde moderne jugeait invivable mais était un paradis pour ceux ayant vécu si près du nord du monde.

Hilda savait néanmoins qu’elle avait besoin de renforcer sa garde. Et quand l’anneau de pouvoir à son doigt lui murmurait les formules, les rites et les techniques qui permettraient un tel résultat, l’ainé des sœurs de Polaris souriait en s’abandonnant à la Discorde.
« Modifié: 12 septembre 2015 à 17:22:31 par ganonso »

Hors ligne ganonso

Re : [Fanfic] Asgard Golden Chapter
« Réponse #1 le: 15 septembre 2015 à 00:59:17 »
pas de comments, qu'est-ce qui ne va pas chez moi. :'(
………………………………………………………………………………………………..

Asgard
La salle où ils se trouvaient était nommée Hlidskjalf, « De là Toutes Choses Deviennent Claires ». Malgré son arrogance coutumière Alberic ne pouvait s’empêcher d’être nerveux. Ce n’était pas l’atmosphère de la salle, qui aurait pourtant plongé dans l’effroi de nombreux hommes. Le long des murs de pierre bleue, de la pièce aux dimensions de cathédrale, sur leurs trônes et dans leurs tenues d’apparat toute la succession des prêtres d’Odin toisaient le visiteur de leurs yeux de gemmes. Au grand regret d’Alberic le froid mordant des terres du nord n’empêchait nullement l’odeur sucrée de la décomposition mêlée à l’âcre parfum des fluides d’embaumement d’agresser ses narines. Pourtant ces dépouilles semblaient toutes prêtes à se dresser, entourées par le cosmos du Haut-Père. Sous les tissus précieux le guerrier divin de Delta pouvait distinguer des armures ouvragées, reste d’un temps où chaque prêtre pouvait avoir sa propre armure forgée selon ses spécifications.

 Entre les cadavres momifiés s’étalait un véritable trésor. Etagères de grimoires dont certains semblaient rayonner de leur propre aura. Amoncellement de richesse, d’épées enchantées, d’anneaux magiques, de brassards dorés capables de se reproduire à l’infini. Qu’une telle richesse soit ainsi affichée sans crainte ait été épargnée en disait long sur le secret qui entourait cette retraite. A moins que ce fut la peur. En effet on pouvait voir ça et là dans leurs entraves de plomb des objets légendaires dont Alberic pouvait sentir la soif de sang humain. Des épées noires buveuses d’âmes et tueuses de héros, des anneaux, qui comme celui qui brillait au doigt de sa souveraine ravageaient les esprits de désirs et de passions étrangères, ou encore des restes d’ennemis vaincus, monstres et géants qu’on avait préféré enterrer-là plutôt que de courir le risque de les voir se réveiller.

Sur le sol, s’affairait la princesse de Polaris en personne. Elle traçait sur la pierre nue des runes et des cercles à l’aide de ce qu’Alberic identifia bien vite comme un fémur humain brisé. La figure lui était familière, après des années passées à étudier la sorcellerie. Un hexagramme orné de runes de pouvoir entourant la source sacrée au centre de la salle. Encore un rituel, encore une tentative d’Hilda pour augmenter ses pouvoirs pourtant considérable. Après avoir appris qu’Athéna s’était réincarnée, et après avoir formulé ses projets d’exode, la grande prêtresse avait passé le plus clair de son temps dans cette salle à chercher un moyen de s’assurer que le Sanctuaire ne serait pas un danger pour Asgard. Pour l’instant ces recherches n’avaient pas été couronnées de succès mais l’héritier de Megrez avait été convoqué, non seulement pour rendre compte de l’avancée des choses, mais également pour « expérimenter » la nouvelle trouvaille de sa maîtresse.

Tout en pliant le genou, Alberic devança l’inévitable question :

« Syd est revenu du Sanctuaire. Nous ne sommes pas prêts. »

Hilda se releva en soupirant avant de s’asseoir sur le trône qu’elle avait préparé au centre de son cercle rituel. Alberic pensait qu’il y avait quelque chose de vaguement malsain à la voir assise à un endroit où elle aurait dû ne trôner que morte et embaumée, mais le sorcier en lui reconnaissait le pouvoir symbolique du geste. Hellheim, le terrifiant royaume des morts était de plus en plus présent dans l’esprit de l’ainée des sœurs de Polaris. Elle lui fit signe de continuer sans lui adresser la parole.

« Selon vos instructions Syd de Mizar et Bud d’Alcor se sont rendu au Sanctuaire. Ils confirment que cinq chevaliers d’Or gardent les douze temples du Zodiaque. D’après ce qu’ils ont pu sentir sans tenter l’ascension, la réincarnation d’Athéna est installée dans le palais du Grand Pope conformément à la tradition. Elle n’est pas descendue de la semaine où nos jumeaux étaient là et les rumeurs chez les gardes semblent indiquer qu’elle est toujours en deuil. Donc les chevaliers qui ont réussi à tuer quatre chevaliers d’Or dont Saga des Gémeaux sont bel et bien hors-jeu.

Cela est la seule bonne nouvelle que nous ayons.

Les cinq survivants de la bataille du Sanctuaire semblent s’être lancés dans un cycle d’entrainement sans précédent afin de compenser leur échec à s’apercevoir de quelque chose pendant treize ans. Ils ont mené, apparemment sans que leur déesse ne le remarque, une purge plutôt sauvage des anciens gardes du Pope. A ce que Bud a pu glaner ça a été particulièrement sanglant et c’est le Lion et le Scorpion qui se sont chargé du sale boulot. Maintenant ils passent leur temps dans leurs arènes où ils s’affrontent ou ils soumettent les deux chevalières d’Argent survivantes à un « entrainement » infernal. Nos jumeaux n’ont pas osé approcher le théâtre des combats mais après avoir analysé les auras présentes, ils pensent que l’Aigle et le Serpentaire atteindront le septième sens bientôt si elles ne l’ont pas déjà atteinte.

Les cinq chevaliers de Bronze survivants sont également à l’entrainement mais ils ont beaucoup moins de potentiel. Quand la bataille commencera, ils ne présenteront aucun danger à condition de frapper vite et mortellement dès les premières attaques. »

Le jeune noble déglutit bruyamment. Il savait que sa supplique resterait vaine mais il devait la tenter quand même.

« Ma Dame, je vous en prie, retardez vos projets. Dans l’état où ils sont les chevaliers d’Or prendront n’importe quelle occasion pour expier leurs fautes auprès de leur déesse. Ils ne s’attendent pas à une attaque de notre part certes mais toute intervention dans le monde des hommes sera considérée comme un acte de guerre. Et nous n’avons pas les forces pour nous opposer à eux. Nous n’avons aucun spécialiste en illusions, à part Hagen nous n’avons pas d’arcanes ésotériques à leur opposer. Ils ont un psychokinésiste et un être capable d’envoyer l’un des nôtres dans celui des Neuf Mondes qui lui conviendra. Ce serait du suicide ! »

A peine eu-t-il fini sa diatribe qu’il sentit le cosmos d’Hilda l’envelopper. Etrange que malgré tous ses changements elle conservât une aura si douce bien que glacée. Etrange aussi que sa souveraine, malgré son caractère plus affirmé ne se mette jamais en colère contre lui ou contre tout autre des Guerriers Divins qui plaidaient pour un changement de plan. Peut-être parce que l’Anneau des Nibelungen lui conférait une certaine connaissance du futur et que donc elle savait déjà que les évènements lui donneraient raison. Ou peut-être parce qu’elle était persuadée que ce qu’elle avait trouvé serait un atout déterminant dans la bataille à venir.

« Féal Alberic » commença-t-elle d’une voix conciliante « Je comprends tes peurs mais suis déçue de ton manque de foi. Le pouvoir des Chevaliers du Zodiaque n’est rien face à la puissance des Normes et d’Asgard. J’ai trouvé la solution à tes angoisses dans cette pièce même auprès des corps de mes prédécesseurs.

Par ma main les Robes Divines renaîtront et se réaligneront. Alberic de Megrez, Guerrier Divin de Delta protégé par les Nibelugen. Accepte-tu de te soumettre à l’épreuve du puits d’Urd et d’émerger Guerrier divin de Niddoghr le Dragon du Dessous ? »

Alberic ne pouvait pas en croire ses oreilles. Reforger les Robes des Guerriers Divins, rien que cela. Pourtant si c’était possible. Comme toute armure sacrée les Robes étaient des créatures vivantes capables d’enseigner à leurs porteurs des arcanes inédites. Et s’il était protégé par le dragon qui rongeait les racines du monde alors cela lui permettrait de gagner en puissance au-delà de toutes ses espérances. Sous le signe de Niddoghr ses compétences innées en nécromancie augmenteraient surement et c’était là une discipline absente chez les chevaliers d’Athéna depuis la mort du Chevalier du Cancer.

Le choix s’imposait de lui-même.
…………………………………………………………………………………………………….   

Tags: asgard fanfic