Auteur Sujet: Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)  (Lu 5089 fois)

Hors ligne Rincevent

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #100 le: 29 avril 2019 à 11:00:04 »
Il me semble que chez moi ça s'éteint vers 22h ou 23h, avant de se rallumer à 7h.
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

En ligne Benji

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #101 le: 29 avril 2019 à 11:08:44 »
Moi ça m'est arrivé de passer a 2-3h du mat sans éclairages et mon quartier j'ai jamais eu de problèmes mais c'etait pas un des plus sûr de ma ville natale... [:lol]
Mais oui ça surprends sacrément les premières fois et je suis pas sur que dans mon quartier actuel ils le fassent. [:aie] (remarque là paye tes p'tites ruelles que si tu croisais un youkai ou un yuurei tu serais même pas surpris. [:lol])
Now it's too late
Too late for me,
This town will eventually take me
Too late, too late for me
This town will win.

Hors ligne l_ecureuil

Re : Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #102 le: 29 avril 2019 à 11:22:13 »
(remarque là paye tes p'tites ruelles que si tu croisais un youkai ou un yuurei tu serais même pas surpris. [:lol])
Et une magical girl ? [:happy1]

En ligne Benji

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #103 le: 29 avril 2019 à 11:30:04 »
En vrai je vois surtout des mamies. [:lol]
Les seules créatures extravagantes que je croise, ce sont des maids qui font leur jobs a Akiba. Mais après ce pays je suis pas sûr qu'il fasse très attention a l'environnement. [:aie]
Now it's too late
Too late for me,
This town will eventually take me
Too late, too late for me
This town will win.

Hors ligne Rincevent

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #104 le: 10 mai 2019 à 12:41:44 »
You.... pi ? [:fufufu]
https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/05/10/pour-la-premiere-fois-en-quatre-ans-nette-baisse-des-emissions-de-co2-en-europe_5460296_3244.html
Citer
Ces bons résultats cachent toutefois de grandes disparités. Dans le détail, vingt des vingt-huit Etats membres enregistrent une diminution de leurs émissions, essentiellement le Portugal (− 9 % par rapport à 2017), la Bulgarie (− 8,1 %), l'Irlande (− 6,8 %), l'Allemagne (− 5,4 %) et les Pays-Bas (− 4,6 %). A contrario, huit pays voient leurs rejets augmenter, en particulier la Lettonie (+ 8,5 %), Malte (+ 6,7 %), l'Estonie (+ 4,5 %), le Luxembourg (+ 3,7 %) et la Pologne (+ 3,5 %).

La France se classe un peu au-dessus de la moyenne, avec une baisse de 3,5 %. Une inversion de tendance notable (les rejets avaient augmenté de 3,2 % en 2017) grâce à un recours plus important aux renouvelables et à une baisse de la consommation d'énergie. Elle pèse pour 10 % des émissions de CO2 de l'UE, de même que la Pologne et l'Italie, derrière le Royaume-Uni (11 %) et surtout l'Allemagne (22 %).

La Lettonie, malgré sa hausse record due à une consommation accrue de charbon et de gaz, n'a contribué qu'à hauteur de 0,2 % aux rejets. A noter que les chiffres d'Eurostat ne prennent pas en compte les émissions importées, liées aux produits fabriqués à l'étranger mais consommés sur le territoire européen; dans le cas français, cela minimise de plus d'un tiers l'empreinte carbone réelle.

« Grâce à cette baisse conséquente, les émissions sont revenues à leur niveau de 2014 , indique Corinne Le Quéré, climatologue à l'université d'East Anglia (Royaume-Uni). C'est encourageant, mais il est trop tôt pour savoir si la trajectoire est la bonne, car des facteurs peuvent jouer d'une année sur l'autre. » 2018 a ainsi connu des températures élevées, surtout l'hiver, limitant l'usage du chauffage; elle a également été marquée par un ralentissement de la croissance économique. Enfin, la production hydroélectrique s'était révélée particulièrement basse en 2017.
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

En ligne Bouloche Le Foufounet

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #105 le: 10 mai 2019 à 14:01:34 »
Disons que c'est toujours mieux que rien, mais il n'y a pas de quoi fanfaronner non plus...

Même le Ministre de l'Ecologie a relativisé ces chiffres :
- Les centrales nucléaires ont bien tournée (pas de grosse panne), donc moins de recours aux centrales à gaz ou charbon. Le nucléaire a sans aucun doute d'autres soucis, mais il ne rejette pas de CO2.
- Hiver assez doux, donc les chaudières ont moins tournée, donc moins de rejet de CO2.

Donc, c'est surtout du bol conjoncturel...
Tout problème a sa solution qui pose problème...

Hors ligne Rincevent

L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Hors ligne Rincevent

L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Hors ligne Alaiya

Re : Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #108 le: 16 mai 2019 à 07:31:04 »
Ah tiens, j'avais jamais pensé à ça. [:fufufu]
https://www.liberation.fr/france/2019/05/15/que-faire-de-la-terre-excavee-dans-les-chantiers_1726975
En IDF, avec le Grand Paris, les volumes de terres excavées sont colossaux et il faut effectivement trouver des débouchés parce que quand bien même une terre, à partir du moment où elle est excavée et où elle sort du site, devient un déchet (au sens de la réglementation déchet), on ne peut pas tout envoyer en ISDI (installation de stockage de déchets inertes) surtout dans le cas où c'est du terrain naturel qui de facto est banalisable et réutilisable sans risque pour l'environnement ou la santé.

A dire vrai, je traite le sujet quasi quotidiennement, lequel est vaste et subtil et je pourrais m'étendre jusqu'à plus soif. Quoi qu'il en soit, oui, le bon sens commande de réutiliser ces terres autant que possible, à partir du moment où elles ne présentent aucun danger.
http://archiveofourown.org/users/Alaiya

"When the fires, when the fires are consuming you
And your sacred stars won't be guiding you,
I've got blood, I've got blood - Blood on my name"

Hors ligne Rincevent

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #109 le: 16 mai 2019 à 08:40:58 »
A dire vrai, je traite le sujet quasi quotidiennement, lequel est vaste et subtil et je pourrais m'étendre jusqu'à plus soif. Quoi qu'il en soit, oui, le bon sens commande de réutiliser ces terres autant que possible, à partir du moment où elles ne présentent aucun danger.
Mais n'hésite pas à t'épancher, voyons, ne sois pas timide. :o
C'est une question à laquelle je n'avais réfléchi, mais du coup j'aurais cru que tout ce qui se trouvait sous du bâti (ou en tous cas du milieu urbain) était "pollué" par les écoulements d'eau, les restes de ciment / bitume / goudron / whatever et donc impropre à toute utilisation. Ou s'agit-il d'une autre filière que ce dont ils parlent ? Pareil pour les gravats, d'ailleurs, est-ce que ça peut resservir ou non ? Du coup, cette terre propre mais considérée polluée peut-elle être utilisée, par exemple, pour faire du polder ou des trucs comme ça ?
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Hors ligne marquise

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #110 le: 16 mai 2019 à 10:24:52 »
De même, il y a peu j'ai fait un gros tour de déchetterie. Par curiosité, j'ai demandé ce qu'il advenait des encombrants. Une partie est recyclée, le reste est enterré. Mais...  [:fufufu] Le volume ne cessant de croître, on peut continuer jusqu'à quand ?   [:chiyo1]

Hors ligne Nicodémüs

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #111 le: 16 mai 2019 à 18:47:41 »
Perso, je travaille aussi avec des entreprises de BTP, et notamment sur pas mal de projets liés au Grand Paris. Et, force est de constatée, que la politique actuelle des sociétés/administrations qui commandent ces travaux (de démolition et de reconstruction) est d'exiger le recyclage des matériaux (gravats, terres, métaux, etc.). Et les boîtes d'ingénierie qui se présentent pour effectuer ces travaux (ou, du moins, les piloter) suivent l'idée en créant tout un tas de protocoles pour qu'il y ait le plus possible de produits recyclés (parfois, dans le chantier lui-même, en utilisant les gravats du bâtiment démoli pour servir de fondations à la nouvelle construction, par exemple).

Alors, c'est peut-être que de l'effet de manche ou un coup de pub politique, mais j'ai la naïveté de croire que les nouveaux chantiers de BTP (qui sont de gros producteurs de déchets) tournent désormais le plus possible en circuit fermé.

J'ai d'ailleurs lu il n'y a pas très longtemps qu'une portion de route en France (je ne sais plus où par contre ^^; ) avait été refaite à partir de vieux bitume. Il suffisait de le refondre et c'était reparti, chose qui ne se faisait pas avant. Ce qui m'a rappelé qu'une équipe de recherche (néerlandaise dans mes souvenirs) avait démontré que du bitume fait à partir de bouteilles d'eau usagées tenait beaucoup plus longtemps que le bitume fait jusqu'à maintenant (l'idée d'origine étant ainsi d'aller ramasser toutes celles qui flottent à la surface de nos océans et de les reconvertir dans ces fameuses routes qu'on refait tous les cinq ans, parce que).

Bref, ça bouge. Il suffit seulement qu'on accorde des fonds à toutes ces initiatives pour qu'elles voient réellement le jour et qu'on arrête de voir les choses à court terme. Qu'on encourage (financièrement, notamment) les bons gestes, plutôt que de graisser la patte aux copains qui continuent à faire du neuf avec du neuf. 
L'Epervier réussit là où les pirates !

Hors ligne Alaiya

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #112 le: 16 mai 2019 à 20:23:27 »
Citer
Alors, c'est peut-être que de l'effet de manche ou un coup de pub politique, mais j'ai la naïveté de croire que les nouveaux chantiers de BTP (qui sont de gros producteurs de déchets) tournent désormais le plus possible en circuit fermé.

Non, c'est la réglementation et plus précisément la transposition d'une directive européenne, qui impose en 2020 de recycler jusqu'à 70 % des déchets du BTP.

Citer
C'est une question à laquelle je n'avais réfléchi, mais du coup j'aurais cru que tout ce qui se trouvait sous du bâti (ou en tous cas du milieu urbain) était "pollué" par les écoulements d'eau, les restes de ciment / bitume / goudron / whatever et donc impropre à toute utilisation.

Ouh là ! Non, pas du tout et heureusement, sinon on serait sacrément embêtés  [:lol] En fait, il faut distinguer plusieurs choses, la notion de pollution d'une part, et la notion de déchet d'autre part. A partir du moment où tu mets un coup de godet dans le sol, que tu en sors de la terre et que cette terre, tu la sors du site d'où elle est issue, elle devient un déchet. *Mais* cela ne veut pas dire qu'elle est polluée. Il existe plusieurs classes de déchets : inerte, non dangereux, dangereux. Pour les caractériser, on fait des analyses et les résultats permettent de les classer selon ces catégories, en fonction de seuils définis par la réglementation. Une terre peut être qualifiée comme inerte au sens de la réglementation déchets, mais être considérée comme polluée au sens de la réglementation des sites et sols pollués. Cependant la définition d'une terre polluée ou non polluée dépend de l'usage qu'on veut en faire, vis à vis des risques pour l'environnement et pour la santé.

La gestion des terres excavées est un problème car cela coûte cher (transport, stockage). Donc l'idée c'est d'en avoir le moins possible à gérer. A partir du moment où les sols en place sont compatibles sanitairement avec les usages qu'on prévoit (jardins privatifs, logements en rez-de-chaussée, aire de jeux pour enfants, espaces verts, etc) et ce, même si des polluants y sont retrouvés, on les laisse en place. En effet, on peut avoir des polluants dans les sols mais selon les concentrations, cette pollution ne pose pas de problème pour l'environnement où la santé. L'exception concerne les pollutions dites concentrées pour lesquelles la réglementation exige qu'elles soient supprimées, dans le cadre de la démarche d'amélioration des milieux. Mais dans le cas de pollutions diffuses - classiques en présence de remblais par exemple - on s'assure que sanitairement ça passe, et on laisse, moyennant le cas échéant des mesures de gestion particulières (confinement, limitation de certains usages, servitudes etc) pour assurer la compatibilité.

Après, on ne peut pas toujours éviter d'excaver. Par exemple, dans le cadre de la création d'un parking souterrain. Dans ce cas, soit on peut en réutiliser une partie sur site (si elles répondent aux exigences environnementales et sanitaires) avec  la création de merlons paysagers (j'ai de chouettes exemples en tête), niveler un terrain, etc. Et si vraiment ce n'est pas possible, eh bien on caractérise vis à vis de la réglementation déchets et on décide de la filière d'évacuation.

D'où l'intérêt du développement de l'économie circulaire du bâtiment notamment dans de grands secteurs d'aménagement. Tel maître d'ouvrage a de la terre en trop, tel autre est en déficit, ils peuvent s'arranger entre eux du moment que c'est encadré réglementairement pour assurer la traçabilité des mouvements de terres.
« Modifié: 17 mai 2019 à 06:26:33 par Alaiya »
http://archiveofourown.org/users/Alaiya

"When the fires, when the fires are consuming you
And your sacred stars won't be guiding you,
I've got blood, I've got blood - Blood on my name"

Hors ligne Rincevent

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #113 le: 16 mai 2019 à 20:43:19 »
Ah ok, c'est beaucoup plus clair, merci.  [:jap]
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Hors ligne 4evaheroesf

A dire vrai, je traite le sujet quasi quotidiennement, lequel est vaste et subtil et je pourrais m'étendre jusqu'à plus soif. Quoi qu'il en soit, oui, le bon sens commande de réutiliser ces terres autant que possible, à partir du moment où elles ne présentent aucun danger.

Perso, ça me rappelle certains amis qui en utilisent pour le jardinage. [:fufufu]

Hors ligne Pulsion73

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #115 le: 17 mai 2019 à 12:04:54 »
@Alaiya, merci. Avant j'avais 2 "ennemis" : le BTP et le BHL. Aujourd'hui grâce au 1er j'ai un bagage supplémentaire.  Et pour le 2e...ben faut faire avec. ^^ 
« Modifié: 18 mai 2019 à 08:55:13 par Pulsion73 »
"Monsieur le Comte voudrait savoir si l'assassin prendra aussi du café"

Hors ligne Volcano

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #116 le: 17 mai 2019 à 12:17:44 »
@Pulsion73 : pour ton deuxième et désormais unique ennemi il y a aussi quelque chose à faire, c'est d'appeler Noël Godin. BHL est sa cible préférée.  [:aloy] [:aie]
Ne réveillez pas le volcan qui dort...

Les humains n'ont jamais pu résister à la tentation d'utiliser une nouvelle arme.
Michael Liberty

Hors ligne Pulsion73

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #117 le: 17 mai 2019 à 21:51:16 »
Je n'avais pas de connaissances particulièrement aiguisées dans le secteur du BTP et Cie et j'ai appris des choses presque en mode télechargement à la Matrix.  [:dawa] . Par contre il y a des pollutions intellectuelles difficiles à ignorer.  [:lol] . Godin une tarte à la crème pour un clown,  normal.... :D . C'est un autre sujet.

Pour raccrocher au côté nature, au passage,  allez hop,  j'aime beaucoup les Jardins de Versailles (très agréable,  côté petit Trianon ou grand Trianon, le Parc, visuellement un enchantement et une sensation de bien être), entre autre  :D . Rien avoir avec le BTP à priori....
« Modifié: 18 mai 2019 à 17:02:01 par Pulsion73 »
"Monsieur le Comte voudrait savoir si l'assassin prendra aussi du café"

Hors ligne Volcano

Ne réveillez pas le volcan qui dort...

Les humains n'ont jamais pu résister à la tentation d'utiliser une nouvelle arme.
Michael Liberty

En ligne Bouloche Le Foufounet

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #119 le: 21 mai 2019 à 21:27:13 »
La Méditerranée, elle est dégueu, c'est loin d'être une nouveauté...
Tout problème a sa solution qui pose problème...

Hors ligne Rincevent

L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Hors ligne Rincevent

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #121 le: 31 mai 2019 à 12:16:42 »
Mais qu'allons-nous devenir si on ne peut plus envoyer nos déchets chez les autres ? :o
https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/05/31/les-philippines-renvoient-au-canada-des-tonnes-de-dechets_5469752_3244.html
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Hors ligne Rincevent

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #122 le: 11 juin 2019 à 12:31:22 »
Ça donne confiance, tiens.
Citer
Entre 1947 et 2001, près de 250 gisements d’uranium ont été exploités dans l’Hexagone, pour la fabrication de l’arme atomique puis l’alimentation en combustible des réacteurs nucléaires.

Ils ont laissé comme héritage 51 millions de tonnes (environ 40 millions de mètres cubes) de résidus stockés dans les enclaves minières, mais aussi 170 millions de tonnes (plus de 100 millions de mètres cubes) de stériles : des roches extraites pour accéder au minerai, qui contiennent des métaux lourds radioactifs. Ces stériles ont été entassés çà et là en « verses », lorsqu’ils n’ont pas été réutilisés, sans autre précaution, pour remblayer des chemins, aménager des terrains de sport, voire servir de soubassement à des habitations.

De ces montagnes de résidus, il n’y a pourtant pas trace dans les documents d’information mis à la disposition du public, dans le cadre du débat en cours sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR). Du moins pas dans les documents les plus accessibles, comme la synthèse du dossier coproduit par le ministère de la transition écologique et solidaire et par l’Autorité de sûreté nucléaire. On y lit qu’ « à la fin 2017, toutes catégories confondues, le stock de déchets radioactifs est d’environ 1,6 million de mètres cubes » . Un chiffre tiré de l’inventaire établi par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) et repris dans toutes les publications officielles.

« Contrairement à ce qu’affirme le dossier, le stock n’est pas de 1,6 million, mais de l’ordre de 200 millions de mètres cubes » , s’étrangle Corinne Castanier, responsable de la réglementation et de la radioprotection à la Criirad. Laquelle a décidé de boycotter le débat public, pour protester contre « des informations tronquées et tendancieuses » .

Parmi les déchets radioactifs « oubliés » figurent donc les rebuts des activités minières et les stériles uranifères. S’ajoutent 50 millions de mètres cubes de déchets à radioactivité naturelle élevée : des substances contenant des radionucléides et générées par de multiples activités, comme la production d’engrais ou d’alumine, la combustion de charbon dans les centrales thermiques, ou encore l’industrie du zirconium (utilisé dans la métallurgie, la pétrochimie, la cimenterie ou la fonderie). S’ajoutent encore 282 000 mètres cubes de déchets produits par l’usine de purification du minerai d’uranium d’Orano, à Malvési (Aude) : des résidus de traitement entreposés dans des bassins de décantation.

[...]

Comment justifier une omission aussi massive ?

L'inventaire de l'Andra précise en réalité que le chiffre de 1,6 million correspond aux « volumes de déchets déjà stockés ou destinés à être pris en charge par l'Andra » . Si l'on prend la peine de le lire de façon exhaustive, on y trouve bien le recensement détaillé - catégories, volumes, localisations - de tous les autres déchets, présentés comme des « cas particuliers » ou des « situations historiques » .

« La mission que la loi a confiée à l'Andra est d'une part d'inventorier l'ensemble des déchets radioactifs présents sur le territoire national, d'autre part de gérer les déchets de haute et moyenne activité à vie longue [les plus dangereux, destinés à rejoindre le centre de stockage géologique de Bure dans la Meuse] et ceux en cours de production. Pas les déchets historiques déjà stockés sur des sites qui font tous l'objet de surveillance et de contrôles » , explique Soraya Thabet, chargée de cet inventaire.

[...]

 Récupérer les quelque 200 millions de mètres cubes de résidus radioactifs qui échappent aux filières de gestion de l'Andra, les conditionner et les transférer vers des centres de stockage dédiés, qu'il faudrait construire à grande échelle, serait un chantier colossal au coût faramineux. Le résultat - on le constate en superposant les cartes de tous les dépôts - est que la quasi-totalité de l'Hexagone est contaminée par un poison lent.

Ces déchets sont, en effet, de très faible ou de faible activité, mais à vie longue, et même très longue : on trouve par exemple, dans les résidus de traitement de l'uranium, du thorium 230 qui n'aura disparu, par désintégration, qu'au bout de 750 000 ans
https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/06/11/la-contamination-sans-fin-des-dechets-radioactifs-oublies_5474470_3244.html
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Hors ligne Alaiya

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #123 le: 12 juin 2019 à 07:36:22 »
On se rappellera le très bon reportage fait par Elise Lucet il y a pas mal d'années maintenant, qui mettait clairement en évidence non seulement les dépôts sauvages faits par certaines entreprises sans scrupules de déchets miniers divers en pleine campagne mais aussi, en effet, la réutilisation de ces stériles en fond de forme pour les voiries par exemple, ou par des particuliers qui n'en connaissaient pas la provenance.

Certaines pratiques ont été très discutables, c'est vrai. Après, la radioactivité naturelle, ce n'est pas une vue de l'esprit, ça existe et pour certains d'entre nous, on y est plus exposés que d'autres, comme en Corse ou en Bretagne par exemple du fait du socle géologique. On trouvera également de la RN dans les argiles (il arrive qu'on détecte une activité radio au droit d'anciennes faïenceries par exemple), voire dans certains végétaux (i.e. les cendres de chaudière à biomasse qui, selon les combustibles utilisés, présentent une réponse radiologique). Il existe pléthore de "déchets" radiologiquement impactés, dans de faibles à très faibles proportions, issus d'activités incroyablement diverses et l'Andra ne peut pas les gérer car ce serait économiquement et matériellement impossible, et elle se concentre sur des déchets présentant des risques importants. L'Andra n'est cependant pas une fin en soi et il existe des filières dument agréées pour recevoir ces déchets présentant une réponse radiologique, je pense au site de stockage de Bellegarde dans le Gard par exemple. Mais il n'y en a pas beaucoup en France.

Le problème est... un problème. Mais quand on songe aux déchets de l'activité strictement nucléaire en France, ça permet de relativiser...
http://archiveofourown.org/users/Alaiya

"When the fires, when the fires are consuming you
And your sacred stars won't be guiding you,
I've got blood, I've got blood - Blood on my name"

Hors ligne Rincevent

Re : Nature, environnement et jardinage (le coin de verdure du fofo)
« Réponse #124 le: 12 juin 2019 à 08:58:51 »
T'es déjà tombée sur des surprises comme ça, toi ? Genre un site à aménager et oh tiens, c'est un peu plus radioactif que la normale ?
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

Tags: