Auteur Sujet: Herbert : le Cycle de Dune  (Lu 174 fois)

Hors ligne cacaman

  • Victime du médiator
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5486
  • Total likes: 155
  • Chuck lives on.
    • Voir le profil
Herbert : le Cycle de Dune
« le: 22 janvier 2018 à 17:37:08 »
Après avoir vu au cinéma le contemplatif (et superbe) Blade Runner 2049, et su que Dune allait aussi passer par les mêmes mains, il me fallait le lire avant et c'est chose faite. Je viens de finir ce méga-classique de la SF qui m'était simplement connu de nom jusqu'alors. J'arrive 50 ans après la guerre oui je sais :p

[garanti sans spoil majeur, s'il reste du monde à spoiler]
Globalement c'est une très bonne histoire. Du complot, du coup-fourré, de l'assassin, de la géo-politique, du combat, sur fond de planète inhospitalière à dompter (to tame a land). Enorme trame mystique également, avec une vue globalisée d'une religion fictive qui implante ses légendes dans le coeur des hommes très loin en amont, afin d'optimiser l'arrivée d'un messie hypothétique. Tout le livre s'articule autour du thème de la prophétie auto-réalisatrice : agit-on parce que l'on nous a inculqué que ça allait se produire? Et comment convaincre les autres que l'on en est inconscient? La conception intellectuelle du livre force le respect ; bravo Mr Herbert pour avoir imaginé cette Missionaria Protectiva et l'ordre des Bene Gesserit.

Par contre je trouve que la narration pêche un peu parfois en termes de longueurs : après un 1er tiers haletant et habile, un gros second tiers s'ensable un peu dans des descriptions d'us et coutumes pour illustrer un voyage initiatique, celui du personnage principal parmi les autochtones. Un petit dernier tiers enfin relance les hostilités, et le livre se termine sur une magnifique ouverture vers une intrigue interplanétaire. Car si le roman livre quelques aspects des enjeux à grande échelle, il s'articule malgré tout à 95% autour de la planète Arrakis (la pré-Tatooine de SW).

Donc classique de la SF indubitablement, surtout pour cette vision globale, inter-mondes, où chaque planète mentionnée semble jouer un rôle sur l'échiquier, les cases centrales étant Arrakis et son commerce de l'épice. De nombreux développements ont été écrits par le même auteur et je ne sais pas s'ils valent le coup ou non. Toujours est-il qu'il me faudra les lire si je désire comparer ce Cycle de Dune au Cycle de Fondation d'Asimov (devant lequel je prie tous les matins).
En ce moment au bureau : plein de sorties 2017. Grand récapitulatif à venir.

"Je veux une bonne fois tenter l'épreuve qui fera voir jusqu'à quel point nos semblables, si fiers de leur liberté de pensée, supportent de libres pensées" Nietzsche

Hors ligne Rincevent

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #1 le: 22 janvier 2018 à 17:44:40 »
Oh, cool ! Les Dune je les ai lus quand j'avais... douze ou treize ans ? [:fufufu] En tous cas j'avais absolument accroché et me suis farci toute la suite écrite par Herbert. Un univers littéralement poussiéreux, usé et sans pitié pour les faibles, franchement dévoyé au point d'être inhumain. J'avais vraiment aimé. [:sparta1]

L'adaptation avec Kyle McLachlan et Sting péchait un peu sur certains trucs mais était pas mal sur bien des points, notamment le baron Harkonnen dégueu à souhait, les vers et les Fremen. [:aloy]

Par contre, les autres cycles fait par le fils Herbert... je les ai lus partiellement et il y a dix ans ou peu s'en faut. Et là... c'était pas la même qualité, ai-je trouvé. Ça m'a fait plus penser à des préquelles qu'on aurait confié à Bernard Werber... [:beuh]
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

En ligne Sergorn

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #2 le: 23 janvier 2018 à 22:31:23 »
Alors Dune comme beaucoup j'ai découvert via le film de David Lynch et ce fut une véritable claque dans la gueule qui m'a marqué à vie.  [:love] Ce fut suivi de peu par le jeu vidéo Dune sur Amiga de Cryo... je crois même en fait que c'est l'acquisition de ce jeu par mon frangin qui m'avait amené à vouloir voir le film (que je connaissais déjà de réputation, tout comme les bouquins)  avant d'y jouer. :))

Après ça j'ai connu le jeu Dune 2, son remake et sa suite par Westwood que j'avais adoré mais sans pour autant m'être penché sur les bouquins, n'étant pas trop branché SF à l'écrit.

Puis j'ai découvert la très chouette - bien qu'un peu cheap - mini série de John Arrison qui m'a surtout permis de découvrir le "vrai Dune" et de voir à quel point Lynch avait changé le scénario, et surtout la formidable suite Children of Dune avec son casting de malade (James McAvoy  [:love]) qui m'avait copieusement troué le cul.

Du coup les bouquins je m'y suis mis y a peut être 5-6 ans de cela.

Histoire de pas faire comme tout le monde, j'ai commencé par lire la trilogie de Anderson/Herbert Jr sur le Jihad Bultérien et ce sans regret tant j'ai trouvé cette trilogie absolument formidable dans son scénario, ses thématiques et ses personnages.

J'ai par contre enchaîné directement sur le cycle de Herbert, et les 6 bouquins ont été un putain de plaisir, y compris le très décrié Empereur Dieu de Dune. Intéressant aussi de voir l'évolution.

J'ai par contre été moins convaincu par la dyptique final écrit par la fils malheureusement. Au contraire de la trilogie que le Jihad dont le sujet semblait maîtrisé, le duo semble avoir été écrasé par le poids de la tache - du coup la caractérisation a du mal (difficile de bien reconnaître les personnages par moment) et surtout le style d'écriture devient lourd et fait très très mal enchaîné directement avec Herbert Sr.  [:aie] Mais bon pas que : car là encore leur trilogie était bien mieux écrite. Après tout n'est pas à jeter : c'est du très bon dans le fond, on sent que les idées viennent de Herbert à la base (malgré les théories complotistes des Bashers -sic-) et ça permet au moins d'offrit une conclusion à Dune au lieu du cliffhanger à se tirer des balles du précédent tome... mais bon ça pèche totalement dans la forme. Dommage.

Pour le reste par contre je ne suis pas trop intéressé par les autre bouquins du duo - l'idée d'autres histoires autour des bouquins originaux n'est guère attirante en soi en fait, par contre je compte lire à l'occasion la trilogie faisant suite à Jihad Butlerien.

-Sergorn

Hors ligne Rincevent

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #3 le: 23 janvier 2018 à 22:45:06 »
Tain, du coup je découvre que le fiston continue à en pondre de nouveaux ! [:chiyo1] Alors voyons voir les cycles...
Avant Dune : littéralement avant le premier opus, on découvre l'univers et les grandes familles, la jeunesse de Leto Atréides, le père de Paul. Cycle très proche des originaux, j'ai trouvé.
Dune, la genèse : l'origine de l'univers, avec l'humanité déjà très ancienne mais dominée par les machines et les très cruels humains cybernétisés. Correct, mais il m'a déjà moins emballé. Je sais plus si j'ai lu le troisième tome, d'ailleurs.

Les autres cycles je les ai pas lu et j'ignorais leur existence au-delà du premier.
Après Dune : on enchaine directement après la maison des mères. J'imagine que le fiston a raccroché ça à ses propres histoires de machines...
Légendes de Dune : s'insère entre Dune et L'empereur-dieu.
Dune, les origines : se situe entre Dune la genèse et le cycle du père. J'imagine qu'on découvre l'univers et la mise en place des institutions : l'empire, les maisons, la guilde, le Bene gesserit, etc.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_de_Dune
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

En ligne Sergorn

Re : Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #4 le: 23 janvier 2018 à 23:07:51 »
Après Dune : on enchaine directement après la maison des mères. J'imagine que le fiston a raccroché ça à ses propres histoires de machines...

C'est ça et du coup c'est assez mal amené parce que si tu n'as pas lu "La génèse" (mon dieu les titres français des cycles :))), tu serais complètement paumé au terme du premier tome. C'est sans doute mon principal reproche à cette suite & fin : il n'a pas été écrit pour être lu indépendamment du reste comme "simple" suite aux 6 bouquins de Herbert.

Légendes de Dune : s'insère entre Dune et L'empereur-dieu.

En fait c'et pas du tout à fait ça : chaque Tome devrait s'inscrire entre deux tomes du cycle du Herbert afin de "combler les trous". Le premier se situe entre Dune et Dune Messiah, le second entre Dune Messiah et Children of Dune. La suite n'est jamais sortie car faute de gros succès ils ont lancé "Les Origines"

Dune, les origines : se situe entre Dune la genèse et le cycle du père. J'imagine qu'on découvre l'univers et la mise en place des institutions : l'empire, les maisons, la guilde, le Bene gesserit, etc.

C'est ça mai en fait c'est aussi la suite directe de la genèse avec (entre autre) le retour de Vorian Atréides .

-Sergorn

Hors ligne pippoletsu

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #5 le: 24 janvier 2018 à 17:31:34 »
Il a été décrié "L'Empereur-Dieu de Dune" ?
Pourquoi ?

Ah Dune, j'ai bien évidemment découvert les livres en même temps que le jeu de Cryo... Mais j'ai mis qq années à arriver à "la maison des mères", qui demeure aujourd'hui mon favori avec le recul. Mais celui qui m'avait le plus secoué pendant sa lecture c'est le "Messie de Dune". J'étais même allé faire chier mon prof de français de 5e parce que j'avais trouvé ça tellement fort que je ne comprenais pas pourquoi on ne le faisait pas étudier à l'école...
L'amitié entre les peuples

Hors ligne Rincevent

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #6 le: 24 janvier 2018 à 19:59:28 »
L'empereur-dieu a peut-être déplu parce que Léto qui se change en streumon c'est un peu too much ? [:what]
L'important n'est pas de savoir vers où on s'enfuit, mais de savoir ce qu'on fuit.

En ligne Sergorn

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #7 le: 24 janvier 2018 à 20:49:53 »
Ben faut dire que le bouquin est très particulier dans sa narration. Il se passe des choses mais c'est globalement 600 pages de discussion entre Leto et Duncan. :))

-Sergorn

Hors ligne pippoletsu

Re : Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #8 le: 25 janvier 2018 à 11:05:49 »
L'empereur-dieu a peut-être déplu parce que Léto qui se change en streumon c'est un peu too much ? [:what]
Attends, c'est Dune, faut marcher désynchronisé pour pas attirer les vers, Paul Muad'Dib voit le présent et le futur en même temps, sa petite soeur a la mémoire de toute son ascendance, on va pas se stresser pour un être humain qui se transforme en vers et quelques truites des sables  8)

Ben faut dire que le bouquin est très particulier dans sa narration. Il se passe des choses mais c'est globalement 600 pages de discussion entre Leto et Duncan. :))

-Sergorn

Oui, c'est vrai ça. Mais bon si tu es un peu lecteur de Herbert et que tu connais l'étoile et le fouet par exemple, paru en 1973 et qui est de bout en bout une discussion entre 2 "personnes", t'es pas choqué par 600 pages de discussion en 1982.
Mais je conçois que ça puisse fatiguer, surtout que l'étoile et le fouet était plutôt court comme roman.
L'amitié entre les peuples

En ligne Sergorn

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #9 le: 25 janvier 2018 à 12:42:31 »
Disons que les premiers Dune ont quand même une narration tout à fait "normale" et abordable (pour tout dire j'ai même trouvé que globalement que le style de Herbert se "simplifie" de tome en tome), si tu connais que ça de lui, l'Empereur Dieu a sans doute de quoi dérouter. ..

-Sergorn

Hors ligne pippoletsu

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #10 le: 25 janvier 2018 à 13:57:46 »
Il s'allège on dira, mais je suis globalement d'accord avec toi.
L'amitié entre les peuples

En ligne Sergorn

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #11 le: 25 janvier 2018 à 14:34:02 »
Le truc qui m'a frappé d'ailleurs par rapport à une narration "moderne" c'est que Herbert ne perd pas son temps en descriptions inutiles et en recontextualisation constante, même si ce sont des aspects qui sont plus présents dans les deux derniers tomes.

C'est aussi en ça que la suite du fiston contraste à mort car c'est tout le contraire prenant deux pages pour nous dire ce que le papa aurait fait en un paragraphe. Et c'est pas du tout un mieux. :))

-Sergorn

Hors ligne pippoletsu

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #12 le: 25 janvier 2018 à 14:40:34 »
D'ailleurs le fait de te balancer des pavés dans la mare en explicitant parfois assez peu fait que souvent les lecteurs de SF que je connais ont eu beaucoup de mal à lire les livres de la saga.
Ca leur apparait comme beaucoup trop complexe, voire carrément abscons.
L'amitié entre les peuples

En ligne Sergorn

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #13 le: 25 janvier 2018 à 14:57:36 »
Ah ça...les gens ils leur faut de l'infodump.:o

Honnêtement j'ai eu du mal à voir ce qu'il y avait de si complexe à ma lecture de Dune comparé à ce qu'on m'avait vendu. En plus j'ai lu tout le bousin en VO quoi...  [:aie]

-Sergorn

Hors ligne pippoletsu

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #14 le: 25 janvier 2018 à 15:03:53 »
C'est pas tjs évident à l'écrit le concept de la VOIX ou le Gom Jabbar et tout...
Ou les non-vaisseaux tiens ^^

Après c'est pas un style fluide et efficace à la Asimov non plus.
L'amitié entre les peuples

En ligne Sergorn

Re : Herbert : le Cycle de Dune
« Réponse #15 le: 25 janvier 2018 à 15:54:26 »
Disons que les concepts peuvent paraître complexes oui, mais le style d'écriture en soi ça va je trouve. :o

-Sergorn

Tags: