Auteur Sujet: Les acteurs/trices et réalisateurs/trices les plus surestimés ou sous-estimés  (Lu 6999 fois)

Hors ligne Pulsion73

Peut-être continuer la discussion sur le topic SW, ce serait plus judicieux.  [:dawa]

Acteur sous estimé je trouve : L'inquiétant Joe Pesci:D. Aussi flippant dans les films de Scorcese ( cela en est même hallucinant) qu'amusant et plutôt efficace dans un registre comique, quoique agaçant ( maman j'ai raté l'avion, Arme Fatale). On ne le voit pas si souvent que cela, il aurait mérité davantage de rôles marquants.


En ligne Sergorn

En fait ça fait 20 ans que Joe Pesci est à le retraite, c'est pour ça qu'on ne le voit plus. Il n'a fait que quelques rares apparition depuis, généralement par copinage comme The Good Shepard pour Robert de Niro et The Irishman pour Scorcese.

-Sergorn

Hors ligne Pulsion73

Même si ça fait une vingtaine d'années qu'il s'était plus ou moins mis à la retraite ( ce que j'ignorais parce que je n'y avais malheureusement pas prêté attention plus que cela), il n'empêche qu'il est assez regrettable qu'à l'époque où il tournait davantage, on ne l'ait pas vu plus souvent à l'écran et dans des rôles à la mesure de son talent, et registre dramatique ou comique.
Dans les Arme fatale il était d'une certaine manière méconnaissable, car j'avais du mal à réaliser ( ou à l'intégrer totalement ) que cet acteur en Leo Getz, personnage parfois agaçant, tout sauf intimidant, avait incarné des personnages impitoyables et dérangés, malsain ( ce regard qu'il avait souvent, surtout en gros plan) dans d'autres films.


« Modifié: 21 avril 2020 à 11:30:13 par Pulsion73 »

Hors ligne sharivan


Joe Pesci est malheureusement resté trop cantonné au rôle de mafieux qu'il jouait à la perfection et qui lui ont permis de remporter deux "Oscars". Il est étonnant dans son rôle des "Affranchis" et de "Casino" mais ces rôles de mafieux l'ont peut-être freiné dans sa carrière et l'ont quelque peu lassé.
Je le trouvais assez bon dans le registre comique dans "Maman j'ai raté et l'avion" et sa suite, un peu moins dans la série de "l'Arme Fatale". Ça passe encore dans l'opus 2 où il prend une bonne place dans le déroulement de l'histoire. Par contre, il est totalement sous-exploité dans le 3 et le 4 où il joue le rôle de bouffon qui ne fait vraiment pas honneur à son talent.
Dans le genre "on m'a collé un rôle à la peau et j'ai galéré pour en sortir", il y a le regretté Luke Perry qui a montré qu'il pouvait jouer autre chose que le ténébreux Dylan. J'avais adoré sa prestation totalement à contre-emploi du révérend Cloutier dans la série "Oz".
"Décidément, les temps comme les œufs sont durs et la bêtise humaine n’a pas de limites"

Hors ligne Pulsion73

Perry également présent dans le dernier de Tarantino, un p'tit rôle. Je ne connais pas sa carrière, en dehors de la série beverly hills que je ne regardais pas ( je détestais ce genre de séries) ou alors en tombant dessus quand je zappais. J'ai dû le voir dans quelques téléfilms certainement. 
« Modifié: 21 avril 2020 à 15:51:42 par Pulsion73 »

Hors ligne Ras-Al-Ghul

Aziz ! Lumiere !
Son meilleur rôle  [:trollface]
Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi !

Hors ligne sharivan

Il a tourné dans d'autres séries, films, téléfilms et théâtre mais il était souvent réduit à son rôle de Dylan. C'est arrivé à d'autres acteurs, Matt LeBlanc (Friends), Patrick Neil Harris (HIMYM) pour ne citer qu'eux.
"Décidément, les temps comme les œufs sont durs et la bêtise humaine n’a pas de limites"

En ligne Sergorn

Luke Perry était excellent aussi dans la série Jeremiah de J. Michael Straczynski (Babylon 5). D'ailleurs il y a eu un épisode de cette série avec Jason Priestley (Brandon de Beverly Hills) dans le rôle d'un chef militaire déjanté où il était absolument génial et c'est un peu là que je me suis rendu compte à quel point le rôle, l'écriture et le direction était important vis à vis du jeu d'un acteur.  [:jap]

-Sergorn

Hors ligne sharivan

Luke Perry était excellent aussi dans la série Jeremiah de J. Michael Straczynski (Babylon 5). D'ailleurs il y a eu un épisode de cette série avec Jason Priestley (Brandon de Beverly Hills) dans le rôle d'un chef militaire déjanté où il était absolument génial
J'avais seulement regardé les deux premiers épisodes de la série Jeremiah, non pas que j'avais trouvé ça mauvais, au contraire j'avais bien aimé mais je n'avais pas pu continuer par manque de temps à l'époque et je suis reparti sur d'autres choses après mais je compte bien la regarder.
c'est un peu là que je me suis rendu compte à quel point le rôle, l'écriture et le direction était important vis à vis du jeu d'un acteur. [:jap]
Je te rejoins totalement même si, avec certains acteurs, ce n'est pas gagné tellement on part de loin. Je ne citerai aucun nom pour ne froisser personne. :D
"Décidément, les temps comme les œufs sont durs et la bêtise humaine n’a pas de limites"

Hors ligne Pulsion73

Siiiii, des noms ! Des noms !  :D

Hors ligne hanzo

Alain Delon est un bon exemple d'acteur qui a perdu de son jeu avec le temps, je pense à cause de son tempérament qui s'affirmait au fur et à mesure que son statut qui grandissait. On sent bien qu'avec le temps et en plus de devenir producteur, il devenait bien moins malléable par le réalisateur.

Il suffit de le voir à ses débuts dans Rocco, le Guépard, Plein soleil ou le très bon Mélodie en sous-sol et même dans La veuve Courderc et Les Granges Brûlées (71-73) dans lesquels il joue bien et reste assez sobre et comparer avec ses rôles d'après 75 où il tombe dans la caricature du personnage monolithique.
On voit bien qu'il est meilleur quand il joue avec un acteur qui est son aîné et qu'il respecte comme avec Gabin, Lancaster ou Signoret plutôt qu'avec d'autres ou il semble vouloir s'imposer avec l'âge.
Ecouter Mozart ne rendrait pas plus intelligent.
Rassurée, TF1 envisage de l'utiliser comme générique.

Hors ligne Pulsion73

"L'homme pressé", excellent. 1977. A la fin, j'étais à bout de souffle.  :D
Mais oui dans certains de ses rôles dès les années 80 ça part un peu dans la caricature Delon, comme Belmondo à certaines occasions. Mais ça reste un très bon acteur pour faire simple. Il n'a jamais montré autant ses qualités d'acteur puisées dans une forte personnalité après les années 80. Il manquait peut-être son petit monde de réalisateurs et d'acteurs qu'il affectionnaient tant, des personnes au caractère bien affirmé pour la plupart.
Je retiens aussi que 2 rôles sur 3, à une époque, Delon meurt. Arrrgg.  :D
« Modifié: 01 mai 2020 à 19:51:51 par Pulsion73 »

Hors ligne sharivan

Siiiii, des noms ! Des noms !  :D
Aïe ! Je suis en train de me dire, qu’avec ce topic, je risque peut-être de ne pas me faire que des amis. :D 
Chuck Norris est le premier nom qui me vient à l’esprit car, non content de nous avoir bombardés de navets dans les années 80, assez puants pour certains, il a fallu qu’il vienne en remettre une couche avec sa série qui aura, quand même, duré la bagatelle de 9 saisons en s’étirant sur les deux autres décennies et qui aura bien pourri mes dimanche après midi car mon père en était un grand fan. [:homer1]
L’ami Chuck aura quand même réussi l’exploit de ne pas faire évoluer son jeu monolithique et inexpressif d’un iota durant quasiment quarante ans de carrière et, ça, c’est un exploit qui pourrait presque frôler l’admiration si au fond ce n’était pas si pathétique.
Allez, un petit exemple de la profondeur de l’une de ses répliques les plus célèbres : "Je mets les pieds où je veux et c’est souvent dans la gueule". [:facepalm]
"Décidément, les temps comme les œufs sont durs et la bêtise humaine n’a pas de limites"

Hors ligne Pulsion73

Cette réplique a un côté mi consternant-mi marrant.  [:lol]

Je suis plutôt d'accord avec toi pour tout le reste. Je me souviens de Invasion USA blindée de répliques qui tue comme "toi tu commences à me baver sur les rouleaux" ou en reconnectant des fils servant à faire exploser un paquet de dynamite que les mercenaires n'arrivaient pas à faire sauter, devant une église : " ça déconne hien ? Maintenant ça va marcher."  [:lol] . Et le tout avec une totale inexpressivité sidérante mais là pour le coup en mode chuck terminator ça fonctionnait plutôt bien.  :D

J'ai détesté sa série Walker Texas Ranger.  [:homer1] . Et à partir de cette période c'est le regard figé quasiment tout le temps.

Dans le film "Héros" il livre une prestation plus convaincante, plus sensible, une fragilité et une peur face à un adversaire malsain et psychopathe qui le déstabilise complètement.

Bon alors finalement, que décide-t-on, Sharivan ? Allez, c'est décidé ( c'est du rapide):

"Monsieur Chuck Norris...après délibération du Jury, vous êtes déclaré Surestimé. " .  :D
« Modifié: 03 mai 2020 à 17:55:47 par Pulsion73 »

Hors ligne sharivan

Bon alors finalement, que décide-t-on, Sharivan ? Allez, c'est décidé ( c'est du rapide):

"Monsieur Chuck Norris...après délibération du Jury, vous êtes déclaré Surestimé. " .  :D
Personnellement, je l'aurais plus mis dans la catégorie "personne qui n'aurait jamais dû devenir acteur !" [:lol] 
"Décidément, les temps comme les œufs sont durs et la bêtise humaine n’a pas de limites"

Hors ligne Pulsion73

oui mais c'est plus long.  :D

Hors ligne The Endoktrinator

Chuck Norris en se rasant et en perdant du poids, il ne dépareillerait pas chez Robert Bresson.
Shit still Happens, so deal with it - psychanalysm

Hors ligne sharivan

oui mais c'est plus long.  :D
Les acteurs les plus irrationnels ?
Chuck Norris en se rasant et en perdant du poids, il ne dépareillerait pas chez Robert Bresson.
Effectivement, il y a un petit quelque chose.
"Décidément, les temps comme les œufs sont durs et la bêtise humaine n’a pas de limites"

Hors ligne Pulsion73

il ne se rase plus chuck, ça va avec l'expression faciale figée. :D

Irrationnels. Ah il y a déjà un côté paranormal là. Pour certains c'est raccord effectivement. 

Hors ligne mime1990

J'ai détesté sa série Walker Texas Ranger.  [:homer1] .
Faut croire que 9 saisons n'était pas suffisant. Un reboot de la série est évoqué. Si ça se fait, Chuck Norris va sûrement venir faire un cameo en distribuant des coups de tatane à tout le casting.
"Ne crains pas l'échec. Ce n'est pas l'échec, mais le manque d'ambition qui est un crime. Avec des objectifs élevés, l'échec peut être glorieux."

Hors ligne Pulsion73

Je sens qu'il va se donner à fond s'il fait un cameo.  :D
Il arrive plus à lever la jambe depuis un bon moment. Quelques coups de poings tout au plus.

Hors ligne The Endoktrinator

Il n'arrivait déjà pas à le faire contre Bruce Lee...
Shit still Happens, so deal with it - psychanalysm

Hors ligne Pulsion73

ah t'es dur là.  :D



Bon, les cables ont été effacés.  [:lol]

Hors ligne sharivan

Je rejoins @The Endoktrinator , face à Bruce Lee, il a du mal à lever la jambe, ce qui est assez bizarre pour ce film car il deviendra beaucoup plus souple dans ses films suivants. Or, à l'époque du film, il est âgé de 32 ans et a déjà ses sept titres de champion du monde. Pour la petite histoire, le choix numéro un de Bruce Lee était Joe Lewis mais ce dernier declina la proposition car "il refusait de se faire battre par un mec qui n'avait jamais fait de compétition".
"Décidément, les temps comme les œufs sont durs et la bêtise humaine n’a pas de limites"

Hors ligne Pulsion73

Disons que le style empoyé dans ce combat face à Bruce Lee ne nécessitait pas de lever la jambe particulièrement. Comme Scott Adkins qui selon les films a un style plus ou moins acrobatique, les "Un seul deviendra invincible" à partir du 2 par exemple avec des chrographies de folie mais c'est plus souvent de l'acrobatie avec des figures compliquées, que des arts martiaux avec coups secs, rapides et simples.

Chuck a l'air effectivement plus rapide, vif, plus souple, plus aérien dans les films suivants, plus mince peut-être. Je dis bien peut-être. 
De Joe Lewis à Dominique Valéra il n'y a qu'un pas, j'imagine ce dernier face à Bruce.  :D . Un Bruce Lee ( caricaturé) qui se prend une branlée par Brad Pitt dans Once Upon a time...inoubliable !  [:lol]

« Modifié: 05 mai 2020 à 17:31:02 par Pulsion73 »

Tags: