Auteur Sujet: Résumés des chapitres de TLC  (Lu 1385 fois)

Hors ligne Archange

Résumés des chapitres de TLC
« le: 11 juillet 2009 à 11:54:37 »
Pour ce qui est de la rédaction des résumés eux même, il faut se rapporter au topic épinglé qui explique les normes à suivre. La liste ci dessous décrit ce qui reste à faire sur chaque chapitre et qui s'y colle. Pour vous inscrire il suffit de faire savoir sur le topic ce que vous voulez faire.

Si vous avez déjà les droits d'édition sur le wiki et que ce que vous avez fait est déjà prêt ou rapide à faire (par exemple quelques corrections orthographiques ou ajout de notes/images), vous pouvez aussi éditer directement le wiki puis le signaler ici sans forcément commencer par déclarer que vous allez bosser sur telle ou telle partie. Dans le cas de rédaction de résumé en revanche il vaut mieux "s'inscrire" sur cette liste au préalable afin d'éviter que plusieurs personnes ne perdent leur temps à rédiger la même chose.

Les chapitres seront retirés des listes au fur et à mesure que les tâches correspondantes seront considérées comme complètes.


Liste des chapitres de TLC http://saintseiyapedia.com/wiki/Cat%C3%A9gorie:MangaChapter_TLC




TODO list



Résumé à écrire
53
54
55
56
57
58
59
60
61: lobo
62: lobo
63: lobo
64: lobo
65: lobo
66: lobo
67: lobo
68: lobo
69: lobo
70: aquila18
71: aquila18
72: aquila18
73: aquila18
74: aquila18
75: aquila18
76: aquila18
77: aquila18
78: aquila18

88
89
90
91
92
93
94
95
96

101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114

124
125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140

142
143
144
145
146
147
148
149
150

160
161
162
163
164
165
166
167
168
169
170
171
172
173
174
175




Images pertinentes (1 seule sur un chapitre court, 2 sur un chapitre dont le résumé est long)

52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78


88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107
108
109
110
111
112
113
114


124
125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
142
143
144
145
146
147
148
149
150
151
152
153
154
155
156
157
158
159
160
161
162
163
164
165
166
167
168
169
170
171
172
173
« Modifié: 31 mars 2010 à 11:49:26 par Archange »

Hors ligne Galac

Résumés des chapitres de TLC
« Réponse #1 le: 03 mars 2010 à 17:02:21 »
Eh bien écoute, je veux bien me charger des résumés des OAV en parallèle de ceux du Kurumanga.
Peut-être bien également de ceux des chapitres de TLC mais pour ceux-ci, ça ne se fera pas tout de suite étant donné que jusqu'à présent, je n'ai suivi que la parution française et que j'ai donc accumulé un retard conséquent sur les scans.
Milo : Mon Armure ! Elle est gelée ! Mais alors... ? Hyôga ! Avant qu'Antarès ne le touche, il a atteint le Septième Sens, esquivé mon coup, trouvé un angle d'attaque, gelé un à un mes points vitaux, et s'est ensuite replacé devant moi pour recevoir ma piqûre et éviter de me vexer !

Hors ligne Aquila

Résumés des chapitres de TLC
« Réponse #2 le: 03 mars 2010 à 19:16:31 »
ah oui c'est vrai que j'ai le tome 9 a faire moi  [:lol]
je m'y mets dès que possible ;)
- En hommage à mon prof de philo' "je vais dire une vérité universelle : Les gens sont cons !!"

Hors ligne Lobo

Résumés des chapitres de TLC
« Réponse #3 le: 03 mars 2010 à 19:34:37 »
Je peux m'occuper du résumé du volume 10, à moins que quelqu'un ait déjà commencé à le faire ?
Out of order.

Hors ligne Archange

Résumés des chapitres de TLC
« Réponse #4 le: 04 mars 2010 à 02:43:39 »
galac: tu vas te tuer à la tache, finissons d'abord les chapitres normaux de sts :D

aquila18: allez hop au travail :o

lobo: ok pour le 10  [:jump]

Pour rappel, les consignes de rédaction
http://forum.saintseiyapedia.com/index.php/topic,390.0.html

Exemples de résumés pour se faire une idée:
http://saintseiyapedia.com/wiki/Next_Dimension_Volume_02 (moi)
http://saintseiyapedia.com/wiki/Saint_Seiya_Volume_01 (galac)

Hors ligne Neko-no-Phantasos

Résumés des chapitres de TLC
« Réponse #5 le: 13 mars 2010 à 10:51:39 »
Bonjour !

Bon eh bien... Comme me l'a proposé Archange, je vais m'occuper des résumés du tome 14 de "The Lost Canvas", c'est à dire des chapitres 115 à 123. Lorsque les scans que j'ai deviendront plus ou moins incompréhensibles, et bien je me référerais aux traductions originales d'Archange ! ^^
Sinon, je ne le ferais peut-être pas dans la journée, mais j'essayerais, je ferais peut-être aussi les résumés des tomes 13, 14 et 15 de "Saint Seiya Episode G" (je pourrais m'occuper de ceux d'avant, mais je devrais déjà déjà les télécharger).
Enfin voila, quoi... bon petit boulot à faire !

Au revoir !

Post Merge: 14 mars 2010 à 01:04:26
Bonsoir !

Bon bah... maintenant je vais poster les résumés des chapitre 115 à 123, comme demandé par Archange. Par contre, il n'y aucune image pour les illustrer, et je vous laisserais donc vous en occuper. J'espère que cela répond bien à vos attentes ! ;)
Aussi, à la toute fin, j'ai mit en quelque sorte une "problématique", une question d'intrigue pour le prochain tome. Je ne sais pas si ça ira, vous me direz ça demain matin ! Je poste tout de même le tout ici ! J'espère donc que tout cela conviendra, mais je ne suis pas sûr surtout au niveau de la grammaire, conjugaison, et autre. Enfin bon... vous jugerez ! ^^

Citer
Chapitre 115 - Réparations

Sanctuaire, Grèce.
Tenma, Bronze Saint de Pégase, fait part à Athéna de son envie de prendre part à l’expédition du Vaisseau de l’Espoir pour s’envoler vers le Lost Canvas. Pour cela, ils doivent tout d’abord se rendre à Jamir pour y apporter l’orichalque qui permettra de redonner ses fonctions au vieux navire. Il explique à Athéna être devenu plus fort dans le but de pouvoir arrêter Alone, et lui rendre la monnaie de sa pièce. Alors qu’il se laisse emporté dans son enthousiasme, allant même jusqu’à affirmer que plus personne de sera capable de l’arrêter, Sysiphe, Gold Saint du Sagittaire, récemment réveillé de son coma par Athéna, Tenma et El Cid du Capricorne, lui dit de se retenir un peu. Il part, en s’excusant auprès de la déesse, pour s’occuper des préparatifs de leur voyage. Il se dit emplit de joie à sa collaboration prochaine avec Pégase.
Athéna et Tenma, seuls, discutent. Le jeune homme résume à Sasha les faits récents dont il fut l’objet, comme son départ pour l’île Kanon, où il s’entraîna dur en rencontrant « le démon de l’île Kanon ». Il s’excuse d’être ainsi partit sans prévenir personne, mais se dit frustré de son impuissance totale à protéger les êtres qui lui étaient chères, comme Dohko de la Balance, mort au combat contre Hadès, dans sa cathédrale, pour leur permettre de fuir. Il pense également au jeune Alone, aux enfants de l’orphelinat où il a grandit, à Asmita de la Vierge, à El Cid du Capricorne, à Manigoldo du Cancer, au grand Pope Sage, au maître de Jamir… à tous les morts qu’il a vu, fruit de son impuissance dans cette Guerre Sainte. Il dit continuer de les entendre, sans arrêt, et décide de faire quelque chose pour eux : mettre un terme à la Guerre Sainte, et pour cela, aller le plus vite possible au Lost Canvas pour vaincre Hadès. Il ne veut pas renier la promesse faite sur les bracelets de fleur. Bientôt, ils retrouveront le Seigneur des Enfers…

Jamir, à la frontière entre l’Himalaya et le Tibet.
Des Bronze Saints et des gardes du Sanctuaire s’affairent pour remettre en état le Navire de l’Espoir, qu’ils ont retrouvé, abandonné dans une crevasse, plein de fissures et cassé de toute part. Les cinq Bronze Saints charpentiers font des remarques aux gardes, ou à d’autres, comme Yato, en leur faisant rectifier les erreurs qu’ils commettent, à grands coups de critiques. Pendant ce temps, Regulus, Chevalier d’Or du Lion, commente, enthousiasmé, l’avancé des travaux, qu’il pense pouvoir être finis avant même l’arrivée de l’orichalque. Il dit être venu avant le Sagittaire pour protéger le bateau d’une éventuelle attaque des troupe d’Hadès, en pensant et espérant qu’il n’y ai rien de tel. Alors qu’il tripote un outil trouvé non-loin, Junkers, Bronze Saint du Loup, débarque pour lui faire des remontrances quand à la manière d’utiliser ces objets, qui, selon lui, ne feront pas de bon travail si on ne les touche pas bien. Bleriot du Lionnet, présent également, rougit à la remarque du Lion concernant la perfection de leur travail. Junkers explique que ce navire contient les mémoires et les Cosmos de toutes les personnes ayant participé à ses nombreuses reconstructions au fil des âges, et que ce navire représente donc l’espoir de générations et de génération de personnes, pour pouvoir surmonter toutes les guerres et toutes les batailles. La volonté de tous ceux qui s’en sont servit subsiste en lui, rajoute-t-il. Il les compare aux Cloths, qui, même après la mort de leur porteur, doivent être réparées pour les générations futures qui, elles aussi, en auront grand besoin, et qu’il faut donc en prendre grand soin. Ce que semble totalement ignorer Regulus, au grand désarroi du Loup, qui va même jusqu’à lui demander s’il n’est un génie qu’en combattant, et s’il n’est pas totalement idiot.
Et Sisyphe, Gold Saint du Sagittaire, depuis le Sanctuaire, en Grèce, à une pensée pour le Lion qu’il doit rejoindre d’ici peu, quand au fait qu’il soit trop jeune pour comprendre tout cela, que pour être un bon combattant, il n’y a pas que les techniques et la Cloth qui comptent… Tout cela n’est pas aussi simple, pense-t-il, avec un brin de mélancolie. Et, dans l’ombre de Regulus, un mauvais présage, une silhouette bien reconnaissable : Violate du Béhémoth, accroupie.

Plus loin d’ici, dans le ciel, à l’intérieur d’un bateau volant lui aussi, avec une forme monstrueuse, il y a un grand trône, avec quelqu’un dessus. Tout autour, de simple gardes squelettes, et, juste devant lui, quelqu’un d’accroupis, comme pour faire un rapport. Une nouvelle fois, on voit le Spectre de l’Etoile Céleste de la Solitude de Béhémoth, Violate, qui fait un compte-rendu de la situation, sur la position d’une partie des troupes d’Athéna, à savoir en plein cœur des terres de Jamir. Alors que celui qui est sur le trône décide de partir à la rencontre des Saints en Himalaya, une créature immonde tenue par l’un des gardes s’échappe et fonce vers le Spectre, qui l’abat de sang froid, d’un seul coup. L’autre, toujours assis, tranquillement, rigole en disant qu’il est maintenant temps pour lui de boire le champagne, car il pense la Guerre Sainte bien avancée pour eux, s’ils tuent tout les Chevaliers rassemblés, portant ainsi un coup à la déesse de la Justice guerrière. De bonne humeur, et toujours souriant, celui sur le trône se présente : Eaque du Garuda, Spectre de l’Etoile Céleste de la Supériorité, également Juge des Enfers. Il s’apprête à partir pour Jamir, dans le but de détruire le navire de l’Espoir.

Citer
Chapitre 116 – L’avant-garde

Le Spectre du Béhémoth est assis dans un bain plein de vapeur, quand un garde vient l’interpeller pour lui faire savoir qu’elle doit achever les préparatifs de l’expédition. Le Spectre Céleste aux longs cheveux sombres et au corps couvert de cicatrices, se révèle alors être une femme, qui se dit excitée de partir sur le champ de bataille, en sentant frémir ses blessures de guerre, qui sont sa fierté. Elle se déplace dans le navire et enfile des morceaux de son Surplis, recouvrant ainsi partiellement sa nudité. Elle se dit heureuse de partir, seule, en avant-garde de l’armée, pour pouvoir impressionner celui qu’elle nomme « cette illustre personne », le Garuda. Elle s’avance parmi de simples servants, qui se demandent comment se fait-il que son corps soit ainsi couvert de cicatrices, et se dit la seule capable de servir d’éclaireur pour offrir un massacre sanglant au Juge. Celui-ci, souriant, lui dit qu’il commençait presque à s’impatienter, pendant que d’autres Spectres constatent sans surprise que Violate formera à lui-seul (personne hormis le Juge n’est au courant de la féminité du Spectre) l’avant-garde des Enfers, car il est le seul à pouvoir contenir la puissance de Garuda… ce qui nous en dit long sur sa force !
Plus tard, sur la proue, représentant une énorme tête d’oiseaux monstrueuse, un Garuda, le Juge dialogue avec le Spectre Céleste. Il lui dit de se relever, et de sentir l’agréable fraîcheur de l’air des hautes altitudes, et d’admirer l’immensité du paysage nocturne, en précisant que, pour lui, tous ceux qui restent à marcher au sol sont des idiots, purement et simplement, car ils ne peuvent contempler la beauté du monde vu d’en haut. Il dit à Violate que ce territoire leur appartiendra désormais. En souriant, il confie à l’Etoile de la Solitude qu’elle est l’une de ses ailes. A ce moment-là, il attrape le Béhémoth par la taille, et la serrant, la relève pour lui montrer la vue devant eux, en lui ordonnant de démontrer aux Saints qu’ils ne sont que poussière, une poussière sur laquelle marcheront l’armée des Enfers, tel le crépuscule obscurcissant l’horizon. Tel est son privilège, à lui, le « Roi Garuda ». Demandant ensuite à Violate de lui offrir un spectacle divertissant, une nouvelle fois, il la porte avec sa main gauche, et la propulse vers le sol avec un puissant Garuda Flap, l’Envol du Garuda.
Yuzuriha, Silver Saint de la Grue, ressent un Cosmos surpuissant et démonique se rapprocher de l’endroit où se trouvent les gardes, les Chevaliers et le Navire de l’Espoir, elle cours donc aussi rapidement qu’elle le peut pour les prévenir de l’arrivée de ce qu’elle croit être une troupe de Spectres. Le Béhémoth arrive, faisant littéralement exploser le sol, en une forme de croix immense, sous elle, abîmant par la même occasion le vaisseau. A terre, Yato de la Licorne se demande si l’armée d’Hadès est arrivé, et Junkers lui répond qu’en réalité, il n’y a là, malgré l’ampleur de l’explosion, qu’un seul et même Spectre, qui se dresse fièrement au centre de la croix dont elle vient de marquer le sol. Violate commence un discours, où elle critique la faiblesse des Chevaliers, et jure de les tuer tous et d’anéantir leurs espoirs par la destruction du navire, en l’honneur de celui dont elle est le bras droit, le Juge du Garuda, dont l’immense bateau fait son apparition à l’horizon, son ombre menaçante et la forme monstrueuse du démon-oiseau qui lui sert de figure de proue montrant bien que son dirigeant n’est autre que le Garuda évoqué par Béhémoth.

Je n'ai pas trouvé le nom du chapitre 117...
Citer
Chapitre 117 –

Joignant le geste à la parole, le Béhémoth frappe violemment le sol et créé un tremblement de terre d’un seul coup de pied, faisant grandir la stupeur chez les Saints et les gardes présents, qui disent d’ailleurs que Violate, qu’ils prennent toujours pour un homme, est un véritable monstre. Ce à quoi elle répond en accusant d’un ton méprisant les Chevaliers de faire preuve de fragilité.
De son navire, Eaque s’esclaffe du spectacle que son Spectre lui offre déjà, en attendant impatiemment la suite, qu’il espère être excellente. Il se demande ce que ce sera d’ailleurs, et pense aux corps mutilés des membres de l’armée d’Athéna, en réitérant sa question à celle qu’il nomma « grande fleur cramoisie ».
Sur la terre-ferme, observant les gardes du Sanctuaire, le Spectre se dit que les plus charmants sont ceux qui la regardent avec des yeux apeurés, et qui affichent une expression de terreur pure. Mais elle ajoute qu’il y a autre chose qu’elle préfère en eux, et c’est leur incapacité à protéger des choses ! Elle s’apprête à détruire le vaisseau, quand quatre hommes s’accrochent à elle pour l’en empêcher. Ceux sont les Bronze Saints du Loup, du Lionnet, de l’Hydre et de l’Ours, les charpentiers qui ont tant fait pour la réparation du bateau. Ils disent qu’ils ne permettront à personne de détruire ce navire, ou de toucher au moindre clou, car ils renferment la mémoire de leurs prédécesseurs, et de tous les souvenirs de leur époque. Ce à quoi elle répond, sur un ton parfaitement neutre, en se disant encore plus enthousiasmée et résolue à détruire le Navire de l’Espoir et à anéantir les armées d’Athéna, car elle aura alors la possibilité de détruire une énorme quantité de souvenirs ancestraux. Elle envoie donc valser plus loin les autres Chevaliers, et se rapproche du bateau, sous les cris de ceux qui la supplie de ne pas y toucher. Alors elle agrippe la construction de ses deux bras, faisant craquer la structure en bois par la même occasion, et le soulève, sans grands efforts apparents. Elle s’apprête à le lancer quand une main dorée s’accroche à son poignet, la faisant lâcher le bateau, qui retombe bruyamment au sol. La personne à qui appartient cette main s’adresse à Violate, lui disant que ce bateau ne saurait être détruit à main nue. Elle y répond avec un sourire sadique en ajoutant qu’il n’a sans doute pas bien regarder, car ce bateau n’est, pour elle, rien d’autre qu’un vieux tas d’ordure, qu’elle pourrait briser comme elle le veut. Alors, les yeux plein de fureur, son interlocuteur relève la tête, et cri haut et fort que ce n’est pas un vieux tas d’ordure, car il renferme les souvenirs de tous leurs prédécesseurs, qui vivent encore par lui. Cet interlocuteur, recouvert d’une Gold Cloth scintillante, se révèle, sans surprise, être le jeune Regulus du Lion.
Junkers, lui, est impressionné par la profondeur des paroles du Chevalier d’Or et de ce qu’elles renferment. Béhémoth, toujours souriante, dit que voir un morveux aussi obstiné et qui tente d’être courageux la rend encore plus déterminée à se battre et à offrir à son seigneur un grand et beau massacre. Alors celui-ci répond qu’il n’a plus d’autre option que de se battre contre Violate, qu’il nomme « un idiot à la force surhumaine ». Elle s’étonne que le jeune homme, avec un corps si petit et si frêle, veuille mesurer leur force, mais elle ne rechigne pas, et, tel deux lutteurs professionnels démarrant un combat, ils se tiennent les mains, tête contre tête. Un féroce duel est sur le point de s’engager entre un Spectre céleste et un Gold Saint !

Citer
Chapitre 118 – Le choc des bêtes sauvages !

Les deux combattants sont clairement enthousiasmés, chacun de leur côté, par cette bataille violente qui va s’engager entre eux. Et le Lion d’Or n’a absolument pas peur de se confronter au Spectre, malgré sa précédente et fulgurante démonstration de force. Les deux, toujours l’un contre l’autre dans la même position de lutte, font exploser leur Cosmos, laissant apparaître une immense aura autour d’eux, qui suffisent à elle-seules à briser les roches alentours, sous les regards stupéfaits de nombreux autres guerriers, qui se demandent si, l’un comme l’autre, les deux adversaires ne sont pas tout simplement de vrais monstres !
Violate reconnaît tout de même la puissance de son ennemi, malgré sa jeunesse, mais lui dit qu’il ne pourra pas tenir bien longtemps avec une force d’amateur comme celle-là. Regulus lui dit que, malgré qu’il soit un Gold Saint, il reste encore immature et inexpérimenté, mais il ajoute qu’il n’aura aucun mal à surpasser quelqu’un comme le Béhémoth. Elle sourit donc, une nouvelle fois, et, d’une seule poussée spectaculaire, laissant voir un peu plus son immense force, elle fait ployer le jeune homme. Sous lui, le sol s’affaisse et se brise en éclats qui sautent partout. Il est donc par terre, et le Spectre continu encore d’appuyer puissamment avec la seule force de ses bras. Néanmoins, le jeune homme à l’Armure d’Or sourit, en balançant à Violate que, comme il s’en doutait, sa puissance est en réalité vide et basée uniquement sur la force physique.
Alors le Saint raconte qu’une fois, un homme grand homme qu’il admirait lui avait dit que le plus grand pouvoir des Chevaliers était celui de protéger et non de détruire, phrase qui devint la favorite de l’adolescent, il se relève en prononçant le nom de cet homme : Aldébaran du Taureau, et en jurant d’adopter sa manière de penser et de se battre pour la Justice. Béhémoth pense rapidement à ce Gold Saint du Taureau, qu’elle avait déjà affronté une fois par le passé, lorsqu’Hadès attaqua le Sanctuaire, quelques semaines plus tôt. Alors qu’elle est repoussée, dans un grand cri féroce, par son jeune adversaire et sous les encouragements de plusieurs personnes, dont Yato de la Licorne, s’élève une voix, celle de Junkers du Loup, qui prévient Regulus des dégâts que la comparaison de leurs forces a causés, en le traitant d’imbécile. En effet, une partie du bateau renfermant leurs espoirs et leurs rêves ainsi que le sol autour d’eux est détruit, ce qui énerve fortement le Bronze Saint qui s’exclame que cela ne sert à rien d’être un génie si c’est pour faire cela.
Le Lion d’Or répond par l’affirmative, et utilise la grande force de poussée de l’Etoile Céleste de la Solitude pour la jeter en l’air, et la propulser quelques dizaines de mètres plus loin d’un seul coup de pied dans le ventre, qui brise une partie du poitrail sombre du Surplis du Béhémoth. Il la rejoint d’un bond, et, tout sourire, lui montre bien qu’il l’a clairement surpassée. Et elle se moque presque de lui, en lui montrant qu’il a également subit de lourds dégâts, car les deux poings de sa Gold Cloth sont tout fissurés et les phalanges brisées, ce qui est sans doute plus ou moins le même état que ses os. Mais il lui répond que ce n’est là rien de bien grave, comme il le pensait. Soulagé, il lui dit aussi que, maintenant, ils pourront se battre à pleine puissance, sans peur de détruire quoi que ce soit. Il est heureux, et l’affiche clairement, qu’ils puissent enfin régler leurs comptes, sous le regard de nombreux « spectateurs », que ceux soient les gardes squelettes ou Eaque dans leur vaisseau, ou encore les Saints et les gardes du Sanctuaire.

Citer
Chapitre 119 – Le jeune Lion

Regulus, sans se soucier le moins du monde de l’état de ses poings, dit qu’il ne craint maintenant plus de détruire le bateau avec la forces de ses attaques, et précise que Junkers et les autres du Sanctuaire n’auront pas à s’en inquiéter. Il montre donc sa détermination à gagner ce combat, et, sans le dire clairement, laisse entendre qu’il n’a donné là qu’une partie de son potentiel de Gold Saint. Il décide donc, en tendant le poing gauche en avant, de mettre un terme à ce combat. Violate critique l’enthousiasme apparent du jeune homme et, sans doute gênée par des morceaux de son Armure, elle fait sauter le reste du torse de celle-ci, découvrant ainsi sa poitrine et son ventre couvert de cicatrices qui ne font qu’enlaidir sa peau, dans une nouvelle version incomplète du Surplis de l’Etoile Céleste de la Solitude. Elle rajoute que ce combat ne durera plus très longtemps, car elle compte cette fois y aller en montrant sa vraie force. Regulus est étonné de découvrir que son adversaire à la force si bestiale n’est en réalité qu’une femme, une Spectre féminin, chose unique. Il se demande ce qu’elle fait sur le champ de bataille, car il n’est sans doute pas très habitué à voir des femmes se battre ainsi avec tant de violence. Mais, sous le terrible regard chargé de haine et de fureur qu’elle lui jette, il se résout à ne pas se préoccuper du fait que son ennemi soit une femme, pour se concentrer uniquement sur le fait qu’elle soit, justement, un adversaire à abattre, un puissant adversaire, même, un simple guerrier qui se tient devant lui. Il se stimule en se basant sur la force qu’elle dégage, et en abandonnant totalement le fait qu’elle soit une femme.
Elle se jette alors sur lui au moment où il se met en garde, le poing en avant, avec une intention non-cachée de l’anéantir purement et simplement. Elle brise la falaise qui faisait dos au Lion d’Or, et rit de lui, en lui demandant ironiquement si c’était là le maximum de sa force et de sa vitesse. Mais, lorsque le nuage de poussière qui s’était formé suite à la destruction de la roche devant elle se dissipa, elle ouvrit de grand yeux étonné en constatant que son adversaire était loin d’avoir encaissé un coup et de s’être trouvé écrasé contre la parois, mais qu’il se trouvait posé sur son bras toujours tendu droit devant elle, suite à son coup. Le resplendissant Gold Saint reconnaît encore la puissance immense de Violate, et celle-ci, cynique, lui demanda si c’était son incapacité à attaquer de front qui l’obligeait à ne faire qu’esquiver. Ignorant le ton qu’avait prit la femme, l’adolescent prétexte qu’il a en réalité profité de ce coup pour assimilé tout ce qu’il pouvait comprendre sur cette ennemie : son style de combat, le flot de sa force, etc. Le prenant sans doute pour un prétentieux, elle lui somme alors d’éviter un nouveau coup, qu’elle lance en puissance après avoir éjecter le jeune homme de son bras. Et alors, au grand étonnement de Béhémoth, Regulus arrête son poing avec un doigt. Il lui explique que tout ses coups son vain car, en observant e flot de sa puissance, il lui suffit de concentrer sa Cosmo-énergie dans un seul doigt pour la stopper. Et, une nouvelle fois, il lui dit qu’il lui a suffit d’un rien de temps pour la surpasser aisément, ce qu’elle constate bien évidemment, choquée, et qu’elle comprend pourquoi, en dépit de sa jeunesse et de son immaturité, il est devenu un Gold Saint : grâce à son sens inné du combat, et sa détermination naturelle aux combats. Et, avec un sourire énigmatique, elle le regarde en se disant que, malgré qu’il soit un jeune lion, il ne reste qu’un gamin.

Pendant ce temps, un peu plus bas, Yato se prend un violent coup qui l’envoya quelques mètres plus loin. Junkers constate lamentablement leur problème, et déplore le fait que, malgré que le Lion venait de les débarrasser du Béhémoth, en s’éloignant, pour leur permettre de finir la rénovation du bateau, d’autres ennemis venaient d’arriver. En effet, un géant recouvert d’un Surplis, tout deux exprimant la laideur, s’énerve contre Yato en le serrant par la taille, et voit qu’il reste au moins un « chien capable de hurler », en la personne du Bronze Saint du Loup. Il se présente donc comme étant venu à la suite de Béhémoth pour détruire ce navire, et qu’il se nomme Stand du Deadly Beetle, Spectre de l’Etoile Céleste de la Laideur, qui lui correspond plutôt bien. En s’adressant ensuite à la Licorne, il lui dit qu’il est temps pour lui de se venger de la fois où Yato s’est échappé des Enfers, en compagnie de Tenma et de Yuzuriha. Pendant qu’il demande à sa proie de tenir un peu, histoire de le distraire, il leur explique que l’armée principale, jusqu’alors contenue sur le navire d’Eaque, va s’occuper des Saints et des gardes qui restent. Horrifié, le Loup regarde le ciel, en voyant arriver vers eux le Vaisseau Garuda, ainsi qu’une centaine de garde squelette, certes faibles un par un, mais puissant en masse, comme là.

Prit d’un mauvais pressentiment, Regulus regarde dans la direction où se trouve le Navire de l’Espoir, et aperçois, se dirigeant vers le bas, un autre bateau, bien plus monstrueux. Il demande à Violate si c’est son bateau, ce à quoi elle répond par l’affirmative, en lui précisant qu’elle ne formait que l’avant-garde de l’armée des Enfers, chargée de s’occuper des Gold Saints comme lui. Elle lui précise que le corps principal de leurs troupes à pour rôle de détruire l’épave en reconstruction et d’annihiler l’armée d’Athéna, et qu’il est sans doute déjà arrivé sur place. Le Lion insulte son ennemie, et comprend que le seul moyen qu’il a d’aider Junkers, Yato et tous les autres est de vaincre son adversaire ici et maintenant, le plus vite possible. Il se jette donc sur elle, mais elle n’esquisse pas un seul mouvement, en soufflant simplement et en faisant remarquer au jeune homme qu’il n’est qu’un débutant. A ce moment-là, le Gold Saint de Leo se retrouve totalement immobilisé. Lorsqu’il regarde le sol, il voit une énorme ombre à la forme démoniaque, qui s’étend du Spectre à lui-même. Elle lui explique qu’il se trompait en croyant que ses pouvoirs ne se limitaient qu’à sa force physique, car elle possédait aussi cette ombre, qui a scellé tous les mouvements du jeune Chevalier. Celui-ci, tétanisé et révolté, voit Violate s’approcher et lui attraper le menton entre ses doigts, d’une manière un peu sensuelle, et lui dit, le forçant à lever la tête, qu’il seront, à ce tarif là, bien vite tous massacrés. Elle le nargue, car il pensait l’avoir déjà surpassée, et elle lui ordonne d’écouter les hurlements de ses compagnons, tandis qu’elle, elle préfèrerait écouter le bruit des os du jeune Lion en train de se briser, comme elle le montre en le frappant sous le menton.

Citer
Chapitre 120 – Talents naturels

Sanctuaire, en Grèce.
Sisyphe, Gold Saint du Sagittaire, écoute les sons parcourant la colline où il se trouve, de laquelle la vue sur la statue géante d’Athéna est sublime, et se dit que ces sont ne pouvaient venir que d’une personne, qu’il aperçoit, les bras couvert de sang, après en avoir aspergé de nombreuses Cloths qu’il doit réparer. Cette personne tient également deux outils, utiles pour redonner vie aux Armures. Et cette personne aux longs cheveux blonds, et au corps recouvert d’une Cloth dorée n’est autre que Shion, le Gold Saint d’Aries, le Bélier. Sisyphe demande au Bélier pourquoi a-t-il versé autant de sang sur ces Armures endommagées, alors que leurs propriétaires sont morts. Celui-ci répond que, lorsqu’elles ne sont pas mortes, elles peuvent se régénérer d’elles-mêmes mais que, la bataille finale approchant, il avait jugé utile de les réparer toutes. Shion dit que les Cloths désirent se battre pour leurs porteurs, même s’ils sont morts, pour attendre les prochains. Il explique même au Sagittarius que, s’il y prêtait attention, il pourrait entendre leurs voix qui lui parlent. Alors l’aîné des Gold Saints se rend compte que les Cloths obéissent au moindre désir du Bélier, et comprend que c’est cela, ce don inné, qui a valut que le Seigneur Hakurei, maître de Jamir,  s’intéresse à Shion. En un sens, pense-t-il, le Bélier est un génie, en son domaine, la réparation des Armures, tout comme le Gold Saint du Lion dans les arts martiaux. Il pense que c’est un don très important, qui ne doit pas mourir, et qui doit perdurer… Shion demande au Sagittaire s’il est venu le chercher pour partir, ce à quoi Sisyphe répond par l’affirmative, en disant que c’est actuellement Regulus qui monte la garde à Jamir. Aries se demande si confier au Saint du Lion était un choix très judicieux, et si la charge n’était pas trop lourde pour lui. L’aîné des Gold Saint répond qu’il pensait ce choix juste, car Regulus, même s’il n’est arrivé au Sanctuaire que depuis cinq ans, a énormément progressé tout au long de ces cinq années. Il explique aussi que, même s’il n’était qu’un gamin en arrivant, comprendre et maîtriser le Cosmos était pour lui un simple jeu. Il dit aussi que, de combats en combats, son don de guerrier né s’était développé jusqu’à atteindre un stade et une vitesse de progression nettement supérieur à la moyenne. Enfin, il le pense clairement : Regulus surpasse TOUT.

Vers Jamir, entre le Tibet et l’Himalaya.
Violate balance son ennemi immobilisé en l’air, d’un seul coup de poing surpuissant, montrant encore sa force physique énorme. Celle-ci pense à son Seigneur, Eaque, en lui lançant une prière silencieuse, lui demandant s’il entend le son des os du Lion en train de craquer, s’il aperçoit le maquillage sanglant issue de Regulus, et espérant que ce sang quittera la Terre pour s’envoler dans les cieux majestueux, jusqu’au vaisseau du Garuda, car elle lui dédit tout ceci. Elle dit que c’est pour, et rien que pour lui, qu’elle danse ainsi, pour lui offrir de macabres spectacles lui apportant une totale réjouissance. Pendant ce temps, elle ne cesse de frapper le Lion d’Or, l’envoyant valdinguer dans tous les coins. A un moment, elle s’arrête et, en léchant son sang qui s’était déposé partout sur son visage, regarde le jeune homme, et lui adresse quelques mots sur un ton moqueur. Elle lui demande si c’est frustrant de ne pouvoir bouger comme on le désire. Elle lui explique aussi que personne, absolument personne, n’a jamais réussit à se défaire de l’emprise de cette technique, et que ce n’est pas parce qu’il lui jette un regard rebelle et enjoué qu’elle y changera quoi que ce soit. Elle met un terme à cette conversation entre sa voix et le regard de son adversaire en ajoutant qu’elle va maintenant le transpercer de son poing, Gold Cloth comprise.
Alors qu’elle s’apprête à le frapper d’un ultime coup, elle s’arrête et remarque qu’elle ne peut plus se mouvoir. Elle constate que l’ombre monstrueuse qui enserrait Regulus, en forme de tête de Béhémoth, prend maintenant une silhouette de tête de lion, avec sa grosse crinière et sa gueule pleine de  crocs. Alors le Gold Saint se redresse, en sang, et lève son bras gauche, en disant à son ennemie qu’une fois encore, il a réussit à la surpasser, en contrant même sa technique d’ombre. Il sourit et saute vers Violate, le poing près à frapper, et il lui fait judicieusement remarqué que, maintenant, la situation c’est inversée entre eux deux. Alors, la mâchoire serrée par la frustration de ne pouvoir rien faire, l’Etoile Céleste de la Solitude se dit que, décidemment, ce n’est pas son sens du combat qui propulse le Lion dans de tels progrès et évolutions, mais que c’est un talent inné pour le combat. Regulus abat violemment son poing sur la joue gauche du Béhémoth, faisant tomber son casque.

Citer
Chapitre 121 – Surpasser

Violate se rend compte avec rage du talent de son adversaire qui a non seulement surpassé et maîtrisé sa force physique, mais a également sut contrer sa technique, et la retourner contre elle-même ! Le Spectre est en réalité emprisonné, tenue par des morts qui la maintiennent bloquée dans l’impossibilité totale de se mouvoir. Le Gold Saint de Leo lui explique qu’il a tout compris de sa technique, qui consiste à faire appel à des morts « vivants » aux Enfers, et à les dissimuler dans un goudron issu de la Septième Prison Infernale, et à modifier le tout grâce à sa Cosmo-énergie, pour le faire ressembler à une ombre monstrueuse. Elle lui dit qu’elle ne comprend pas comment a-t-il put voir tout cela, alors que les humains ne peuvent voir ce qui vient des profondeurs de l’au-delà. Ce à quoi il répond, tout simplement, qu’il a utilisé ses yeux, avec lesquels il devine tout sur son adversaire : ses habitudes, ses failles, son flot de force, etc., et qu’il a fait de même avec sa technique d’ombre, la solution étant seulement d’augmenter son Cosmos en conséquence, pour surpasser celui de l’ennemi pour pouvoir manipuler ces morts. Il lui montre une nouvelle fois qu’il l’a totalement surpassée. Et elle répond qu’indéniablement, il paraît un tout autre homme que quelques minutes auparavant, lorsqu’elle le frappait de ses poings. Elle lui dit qu’il deviendra sans doute un guerrier à la puissance effrayante, et qu’il est incontestablement un génie.
Mais, et malgré cela, la jeune femme ne pas accepter une telle chose, accepter de décevoir son Seigneur, le Garuda, par une défaite, alors elle fait exploser son Cosmos, renvoyant les morts dans le néant infernal, arrachant la quasi-totalité de son Surplis, pour ne garder que le bas du corps. Elle lui dit que la force est tout ce qui lui a permis de devenir ce qu’elle est, et que contrairement aux autres, elle a certes rampé mais tous les coups qu’elle a reçut lui ont servit pour bâtir une telle puissance. Elle repense aux paroles d’Eaque « tu es l’une de mes ailes », et dit à son adversaire du moment qu’elle ne peut se permettre d’être battue par lui, et ne peut pas se permettre de montrer sa défaite au grand homme qu’est, pour elle, le Garuda, celui qui lui a permit de s’extirper du sol où elle ne faisait que ramper pour lui permettre de s’élever et de devenir ce qu’elle était. Elle dit à Regulus qu’à lui, un génie, tout a été accordé dès la naissance : la force, la lumière, etc., et qu’il ne pouvait donc la comprendre, comprendre ce qu’elle ressentait et ce qui la blessait. Elle fonce donc sur lui, en lui disant qu’elle n’a plus rien d’autre à lui opposer que sa force brute, et qu’elle va donc réduire son corps en poussière, à la simple puissance de ses poings.
Mais l’adolescent, presque triste, compatie pour le Béhémoth, en lui disant qu’effectivement, il n’avait jamais rien put comprendre aux sentiments des autres, à cause de son talent qu’il avait depuis la naissance, ce don inné, mais il ne permettrait pas pour autant au Spectre de le vaincre car, malgré son talent, la seule chose qu’il puisse faire, dans un combat, c’est de détruire son ennemi, pour avancer et pour progresser encore. Alors il saute et fonce sur l’Etoile Céleste, le poing levé, en lui lançant un Lightening Plasma, des coups à la vitesse de la lumière, soit plus d’un million de coups de poings à la seconde. Dans un terrible choc, les deux ennemis se rencontrent, la roche se fendant sous eux à cause de l’immense puissance de leurs deux Cosmo-énergie réunies. Deux derniers mots s’échappent de la bouche entrouverte, des mots qui évoquent quelqu’un : « Seigneur Eaque ». Ainsi s’éteint, sous les yeux attristés de Regulus du Lion d’ Or, Violate du Béhémoth, Spectre de l’Etoile Céleste de la Solitude. Le jeune homme, dans une dernière pensée pour elle, lui dit qu’effectivement, il n’est qu’un gamin immature devenu Gold Saint, et qu’il n’a jamais put, malgré tous ses efforts et ses observations, comprendre le cœur des gens autour de lui, donc, que tout ce qu’il peut faire avec ses yeux perçants, s’est de surpasser ses adversaires en plein combat.

Citer
Chapitre 122 – Détermination

Regulus, accroupis en face de son ennemie défunte, qui elle est immobilisée à jamais, un genou à terre et le poing levé, près à frapper, lui parle, en lui demandant si c’était pour protéger quelque chose, ou quelqu’un, que son poing renfermait tant de puissance et de détermination. Il n’y a bien sûr aucune réponse, tout étant silencieux, parfaitement silencieux, autour des deux lutteurs, l’une morte, et l’autre triste d’une amère victoire. Il se relève, et, les yeux baissés vers son ennemi à terre, il se dit qu’il doit, maintenant, continuer sa route pour progresser encore et toujours, et pour protéger ceux qu’il doit protéger. Soudain, derrière lui, un genre de croix blanche, provenant d’un impact extra-puissant. Il se retourne et est atteint par cet impact alors qu’il se demandait quelle pouvait être cette technique.

Plus loin, Stand du Deadly Beetle rit très bruyamment, en disant aux Saints et aux gardes que, désormais, ils sont tous encerclés par l’armée d’Hadès, ce que constatent aisément Yato, à terre, voyant le surnombre des Spectres et des gardes squelettes. Stand continue son monologue, en méprisant le bateau avec lequel l’armée d’Athéna espérait atteindre le Lost Canvas, dans le ciel, et il hurle qu’ils vont brûler ce navire pour le remettre, calciné, à la déesse, réduisant ainsi à néant ses espoirs. Il rajouté que c’est à cause de la naïveté de la jeune fille est la cause de la destruction du vaisseau. Yato se relève d’un seul coup, offensé par les paroles blessantes du Spectre à l’écart de la déesse, et l’insulte, en le sommant de retirer ces mots. Il lui ordonne de retirer ses mains du Navire de l’Espoir partiellement détruit, et dit qu’il reste encore de l’espoir aux Saints pour gagner la Guerre Sainte ainsi débutée. Stand, toujours moqueur, lui dit que cet espoir est sur le point d’être anéantit, en même que la destruction du vaisseau, et qu’ils peuvent donc l’oublier. Il explique aux Chevaliers présents que la mission de Violate était de retenir les Gold Saints, en l’occurrence Regulus du Lion, et que, par conséquent, il n’en reviendra pas, ou pas avant longtemps, car il devait être mort à l’heure qu’il est. Il dit aussi que tous les guerriers d’Athéna présent ne sont que des larves, de misérables insectes, en comparaison aux Gold Saints, ou d’eux-mêmes. Alors que les gardes des Enfers sautent pour arriver au niveau de Yato et des autres Bronze Saints présents, le Chevalier de la Licorne constate qu’ils sont bien trop nombreux. Alors, les quatre autres Saints de Bronze présents se relève et se mettent devant Yato, et devant le Navire de l’Espoir, tel une barrière vivante. Junkers dit qu’ils ne s’avoueront pas vaincu, pas encore, pas maintenant, même face à des ennemis en surnombre, et que, même s’ils sont infiniment moins puissants que les Gold ou Silver Saints, ils le savaient depuis longtemps, mais que leur volonté, elle, est toujours indéfectible ! Il hurle à tous les autres à terre de se relever, et de protéger ce bateau de toute leur force, car, sans cela, ils ne seraient réellement que des moins que rien. Tous, alors, se mirent debout, en chaîne, et s’attachèrent ensemble tel un mur solide, qui, jusqu’au bout, se dresserait et ne tomberait pas, pou empêcher quiconque de toucher au Navire de l’Espoir.
Stand, énervé au possible par cette barrière humaine, s’apprête à la frapper de toute sa puissance pour les anéantir définitivement, mais son poing est stoppé par un mur invisible. Souriant, Junkers et les autres, sûr de ce qu’ils ont à faire, résistent du mieux qu’ils peuvent face à la puissance du Spectre de l’Etoile Céleste de la Laideur.
Soudain, une voix s’élève, appelant Stand par son propre nom. Cette voix résulte d’un puissant Cosmos, qui s’élève soudain. Le Deadly Beetle comprend directement à qui appartient cette voix et, craintif, il demande pourquoi cet homme s’est-il déplacé jusqu’ici en personne. La voix reprend, en demandant au Spectre Céleste comment cela se fait-il que des adversaires aussi faibles que les Bronze Saints présents leur prennent autant de temps. Il s’en étonne et demande également si s’occuper d’un tel « menu fretin » se révèlerait-il si plaisant. Yato de la Licorne lève alors les yeux, effaré, en voyant quelque chose de gigantesque s’approcher par les airs. Il se demande ce qu’est cette immense forme lorsqu’elle atterrit bruyamment non loin d’eux. C’est le gros navire à figure de proue en forme d’oiseaux monstrueux qu’ils avaient précédemment aperçut dans le ciel. Du bateau descend alors un homme recouvert d’un Surplis, qui porte avec lui un corps inanimé, qu’il désigne comme son aile, et qu’il prétend souillée. Il annonce qu’il va se débarrasser de cette saleté avec le sang de ses ennemis. Cette silhouette n’est autre que… le troisième Juge des Enfers, Eaque de Garuda !

Citer
Chapitre 123 – Liens

A peine arrivé, le Juge sourit en portant le corps de Violate du Béhémoth, inanimé. La jeune femme est morte quelques minutes plus tôt, et Garuda est allé récupérer son cadavre auprès de Regulus, en laissant le Gold Saint dans un piteux état. Il contemple maintenant le reste des troupes d’Athéna, ainsi que ses propres troupes. Devant les Saints et les gardes du Sanctuaire présent, et la détermination dont ils font preuve rien que pour sauver une vieille épave fortement abîmée par le temps, ou par ses Spectres, il ne cesse de sourire. Il constate la puissance des ces « liens de détermination », de cet union, qui force ainsi l’armée d’Athéna à protéger au péril de leur vie à tous le Navire de l’Espoir. Il s’extasie même devant cette résistance, bizarrement, une union qui permet aux Saints d’oublier et de faire diminuer le désespoir. Puis, d’une manière assez cynique, il rajouta que ces liens allaient tôt ou tard être brisés et pulvérisés. Les nombreux Spectres et gardes formant les troupes du Juge l’acclame en scandant son nom, et Junkers comprend qu’ils sont mal, car Eaque est l’un des trois Juges des Enfers, les plus puissant guerriers d’Hadès. Il est le Spectre de l’Etoile Céleste de la Vaillance, et il s’est malheureusement déplacé en personne jusqu’ici, ce qui est loin d’être un bon présage pour eux.
Eaque prend la parole et s’adresse au Bronze Saints présents. Il leur demande tout d’abord s’ils sont bien en train de protéger le vaisseau qui se trouve derrière eux et, d’après eux, quels sont les liens les plus forts qui existent au monde. Pendant ses brèves paroles, il caresse quelques mèches cheveux de Violate, telle la fourrure d’un animal domestique qui vient de mourir et auquel il tenait. Il intime à Junkers de lui répondre, et l’autre s’exécute, en disant que, pour lui, il n’y a rien de plus important que d’être entouré par ceux qu’il nomme des idiots qui ne prennent par leurs jambes à leurs cou dans une telle situation, quand ces mêmes personnes restent, car elles ont une même chose à protéger ou à partager. Quand elles ont un même désir commun, une même volonté ardente. Et c’est ce lien précisément qui les unis ici, en ce lieu et à ce moment, alors qu’ils se tiennent encore debout pour faire une barrière vivante entre le vaisseau et les assaillants. Le Juge y répond par le dégout, en comprenant que ces liens auxquels il s’intéressait ne sont que de simples liens d’amitié qui le consternent et le répugnent au plus haut point. Puis il lâche le corps du Spectre de l’Etoile Céleste de la Solitude, en lui caressant une dernière fois la joue, et avance vers les Saints d’Athéna, mais en restant toujours sur son navire. De loin, il balance son Garuda Flap, une technique qui créée un choque apparaissant en forme de croix, que tous les hommes se prennent en pleine tête.
Stand prend alors la parole, en hurlant et en rigolant, comme à son habitude, que les liens n’existent pas, et que ce ne sont que des rêves, de simples rêves, et insulte encore les troupes d’Athéna de n’être que des larves. Il demande ensuite à son seigneur Eaque s’il ne pense pas la même chose. Et le seul résultat est un puissant coup venant du Juge qui pulvérise littéralement le Spectre de l’Etoile Céleste de la Laideur, sous des exclamations étonnées venant des Bronze Saints présents. Le Garuda, qui se rapproche de nouveau de Béhémoth, se dit offusqué des paroles de Stand, et dit également que, malgré ce que pensent les troupes d’Athéna, il compte leur montrer ce qu’il nomme les « vrais liens », le plus puissant des liens de ce monde, rajoute-t-il en écrasant sa main sur le visage de Violate, en éparpillant le sang sur sa tête. Ces liens qu’il jugeait les plus puissants du monde, ceux sont les liens de servitude, entre le maître et le serviteur. Il dit que rien ne peut unir les gens de ce monde plus que la possession et la peur, et aussi que toutes les traces d’amitié, ou de volonté, il les briserait lui-même. Malgré qu’il soit au sol, il fait bouger son navire en le dirigeant vers les troupes d’Athéna, pour les pulvériser tous, jusqu’au dernier. Il affiche un sourire sadique à l’idée de ce futur massacre.
Alors que la chaîne humaine qui s’était établie pour protéger le Navire de l’Espoir s’effrite et que tous tombent au sol, un seul reste debout, les bras tendus : c’est Junkers du Loup, obstiné comme jamais à résister et à empêcher Eaque de détruire le bateau, dernier espoir d’Athéna. Il préfère encore succomber que de partir et de laisser à l’abandon le vaisseau qui serait de toute évidence détruit par le Garuda. Comme le Loup, ayant finit par fermer les yeux, de peur, sans doute, n’entend plus et ne sent plus avancer le bateau. Il rouvre les yeux, et voit effectivement le Navire du Juge des Enfers stoppé à quelques mètres seulement de lui et de ce qu’il protège. Et, entre les deux vaisseaux, une silhouette dorée. Ce n’est pas la silhouette qui est dorée, en réalité, mais l’Armure qui la recouvre. Une Gold Cloth, une Armure d’Or, avec des grandes ailes dans le dos. La forme tient un arc dans sa main, et s’adresse à Junkers, en lui disant qu’il a raison, et que la cause qu’il défend depuis tout à l’heure, la protection du Navire de l’Espoir pour lequel il était prêt à mourir, et juste et loyale. Il lui répète, pour l’encourager et le réconforter, qu’il avait parfaitement raison dans sa démarche. Le Bronze Saint du Loup reconnaît celui qui se dresse devant lui et qui lui parle : Sisyphe, Gold Saint du Sagittaire, tout juste arrivé du Sanctuaire. Et il n’est pas seul, car il est accompagné de Tenma, le Saint de Pégase, qui lui dit qu’Eaque ne devrait pas mépriser ainsi les liens qui unissent tous les Chevaliers entre eux. Souriant à son tour, Tenma dit qu’il aurait honte s’il était un Spectre, mais dit qu’il ne leurs laisseraient plus faire ce qu’ils voudraient, maintenant. Le Juge des Enfers regarde la scène et l’arrivée des deux Saints, en caressant doucement les cheveux de la défunte Violate près de sa bouche, et en jugeant les liens qui unissent donc les Chevaliers intéressants.

Maintenant que les renforts sont arrivés pour les armées d’Athéna, la situation est-elle sur le point de se renverser ?

Voila, finit ! Les textes paraissent beaucoup plus petits, une fois postés, que sur "Word"... Enfin bon, ce n'est pas (trop ?) la taille qui compte ! ^^
 J'espère, une nouvelle fois, que tout cela conviendra, et que je ne me suis pas trompé d'endroit où poster !! :D
Bonne nuit à tous !
« Modifié: 14 mars 2010 à 01:04:26 par Neko-no-Phantasos »
"Le concept de dieu unique et son contenu implicite constituent la plus surprenante aberration produite par les miroirs de l'esprit sous la 5è race humaine. Car il faut être au moins deux pour créer, et cela vaut pour tout dieu, quel qu'il soit."
Maurice Druon - "Les Mémoires de Zeus"

Hors ligne Archange

Résumés des chapitres de TLC
« Réponse #6 le: 31 mars 2010 à 13:13:26 »
http://saintseiyapedia.com/wiki/The_Lost_Canvas_Volume_14

Volume 14 fini, résumés de Neko-no-Phantasos (hormis les 120 et 121 que j'avais deja). Préface traduite, ajout d'une note intéressante dans le chapitre 117.


http://saintseiyapedia.com/wiki/The_Lost_Canvas_Volume_10

Volume 10 fini, résumés par Lobo. J'ai aussi ajouté un note sur le chapitre 82 et traduit la préface.

Concernant la préface, justement, ne vous fatiguez pas à réécrire la préface des volumes fr, car je retraduis systématiquement, pour deux raisons.

1. Histoire de ne pas avoir de texte copyrightés kana/kurokawa si possible (autant faire du libre)

2. Comme je n'ai pas de moyen de pouvoir consulter les versions fr, je ne peux pas vérifier les trads des préfaces, donc dans le doute autant tout refaire.

comme Lobo avait réécrit celle du 10, voici les deux versions:

Kurokawa
Citer
Lorsque j'ai commencé à travailler sur le projet ''Lost Canvas'', je pensais en avoir pour deux volumes et voilà que j'en suis déjà à dix. Plus je travaille dessus et plus je suis heureuse de le faire. Merci de tout cœur de m'avoir offert cette chance !

Alors que je dessinais ce volume, j'ai été au mariage d'une amie. La photo montre les guitares que possède son père. Le mariage m'a permis de retrouver des amis de longue date. On s'est remémoré des souvenirs d'école, on a parlé de notre vie actuelle. À l'époque nous n'avions peur de rien. On pensait tous sans honte être de vrais génies.

Aujoud'hui, j'ai perdu de vue de nombreuses personnes, mais je suis certaine qu'elles font de leur mieux, chaque jour que Dieu fait. Tel est le secret du bonheur.

À bientôt dans le volume 11 !

retraduit
Citer
Lorsque l'on m'a parlé pour la première fois de ce travail, seuls 2 volumes étaient prévus, et pourtant nous voici déjà arrivés au dixième ! A chaque fois que j'écris ça j'ai l'impression de me répéter, mais... c'est vraiment incroyable ! Je vous en suis si reconnaissante ! Merci beaucoup !


A l'époque où j'écrivais les chapitres de ce volume, je suis allée au mariage d'une amie. La photo de l'encadré montre une guitare de mon père, au domicile familial. J'ai aussi eu l'occasion de discuter avec plusieurs amies que je n'avais pas revu depuis longtemps. Autrefois nous étions des collégiennes toutes excitées, toujours en train de piailler "wai wai !! kyaah !", mais comme je m'y attendais, maintenant nous avons maintenant toutes des vies différentes. On pourrait dire qu'à cette époque là, je n'avais peur de rien. Je pensais, sans raisons particulières, être un génie. Mais même si rétrospectivement c'est assez embarrassant d'avoir été ainsi, je suis aussi un peu envieuse de cette ancienne Teshirogi.

Il y a beaucoup d'anciennes connaissances que j'ai complètement perdu de vue, mais je suis persuadée que tous ces gens font de leur mieux. Et c'est pareil pour tous, je pense que si on fait beaucoup d'efforts, on doit pouvoir atteindre le bonheur.

Sur ce, rendez-vous au volume 11 !

Shiori Teshirogi.

Il y eu quelques détails zappés ou changés dans la version officielle. Par exemple, en japonais Teshi fait mention de 実家の父 (jikka no chichi), or 実家 s'emploie en général lorsque l'on parle de son propre domicile familial, et le 父 prononcé en "chichi" indique clairement qu'elle nous parle de son père à elle. Elle emploierait des tournures différentes pour le père de quelqu'un d'autre.

Tags: