Auteur Sujet: Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique  (Lu 775 fois)

Hors ligne Samantha Rosenwood

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5187
  • Total likes: 327
  • Japon/Sanctuaire/Russie/Hogwarts/Coruscant
    • Voir le profil
Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« le: 10 août 2022 à 16:43:15 »
Mieux vaut tard que jamais.

Ce sujet est dédié aux passionnés de l'œuvre de Stephen King, dont votre humble servante fait désormais partie.
Pourtant, ce n'était pas gagné d'avance. Ayant été fortement marquée par mon introduction visuelle de son œuvre à travers l'adaptation de Christine, mon sport à consister la majorité du temps à l'éviter sur les étagères des magasins. Jusqu'à aujourd'hui. Car entre-temps, j'ai appris à mieux connaître l'auteur, au fil du temps, à travers des interviews et plus récemment, son compte Twitter. Un sacré gaillard, avec un caractère bien trempé, et terriblement attachant. Maintenant, quand j'entends parler de Stephen King, je me dit: "Chouette! À quand le prochain livre?"

Ici, vous pourrez parler de votre livre préféré, dans quelles circonstances vous avez été introduits à son œuvre, etc...ne vous cassez pas la tête. Il y a cinquante livres jusqu'à présent, faites votre choix. Si vous en avez plusieurs, allez y.

À vous de jouer!
« Modifié: 10 août 2022 à 16:48:45 par Samantha Rosenwood »
"Yanagi Ni Kazé" - Proverbe Japonais
"Un ami non éprouvé est comme une noix non cassée. On ne sait ce qu'elle renferme" - Proverbe Russe
"Draco Dormiens Nunquam Titillandus" - Devise d'Hogwarts, School Of Witchcraft And Wizardry
"May the Force be with you...Always" - Devise et bénédiction Jedi

Hors ligne Telescopium

  • Astronome du Mont Etoilé
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4571
  • Total likes: 852
  • Membre du CJDMP
    • Voir le profil
Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #1 le: 10 août 2022 à 16:52:34 »
Misery était un avant-goût de ce qu'on peut voir sur de nombreuses licences, dont StS, surtout avec la loupe des réseaux sociaux.

Hors ligne megrez alberich

Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #2 le: 10 août 2022 à 18:58:54 »
J'ai commencé à lire du King très jeune, vers 12 ou 13 ans. En fait, c'est ma mère qui en lisait beaucoup, et ensuite elle me refilait ses livres.

Je crois que le premier que j'ai lu, c'était Carrie, et c'est encore l'un de mes préférés à ce jour. J'ai lu la plupart des classiques (Simetierre, Misery, Cujo, Ça, Salem's Lot, Jessie, La ligne verte, Needful Things, Shawshank redemption...), et deux titres que j'adore particulièrement, c'est Dolores Claiborne et The long walk.

Je n'ai en revanche jamais lu The Shining. J'adore tellement le film de Kubrick -que King n'a pas du tout aimé- que j'ai peur d'être déçu par le livre.
« Modifié: 10 août 2022 à 19:07:59 par megrez alberich »
Agitant ses grelots
Elle avança
Et prononça ce mot :
"Almería" !

Hors ligne sharivan

Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #3 le: 11 août 2022 à 10:49:08 »
Pour ma part, j'ai découvert Stephen King au milieu des années 2000 par l’intermédiaire d'un couple d'amis. Mon premier livre fut Le Fléau que j'ai trouvé globalement bon mais un peu longuet et ennuyeux par moment. J'avais enchaîné ensuite sur Misery, Carrie, La part des ténèbres, Christine, La ligne verte, Simetierre, Dead Zone et l'année du loup-garou... Je les ai tous adorés avec une très légère préférence pour Christine, Carrie et Misery.
"Décidément, les temps comme les œufs sont durs et la bêtise humaine n’a pas de limites"

Hors ligne AZB

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Banned!
  • Messages: 36225
  • Total likes: 3143
  • ...Et son orchestre, bien sûr
    • Voir le profil
Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #4 le: 11 août 2022 à 13:09:36 »
Perso c'était pendant les années 90 que j'ai commencé à lire du King, donc pendant l'adolescence, j'ai encore tous mes bouquins de poche de l'époque, les J'ai Lu avec une tranche noire et des illustrations de couv' souvent pas mal du tout  [:miam] ( surtout comparées à celles de maintenant  [:beuh] )

Mon préféré c'est Simetierre, j'ai dû le lire mille fois celui-là, c'est simple, efficace et la thématique ( la douleur éprouvée suite à la mort d'un proche ) parle à tout le monde: si vous aviez la possibilité de ramener un être cher à la vie, sachant que d'une part c'est pas bien et que d'autre part la personne en question risque de revenir quelque peu "changée", vous feriez quoi?  [:shinobu1]
Hé, chuis ptet moche et rongé par la haine mais je... euh... c'était quoi la troisième chose? [:aie]

Hors ligne sharivan

Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #5 le: 12 août 2022 à 11:18:26 »
Effectivement Simetierre est un excellent livre ! Apparemment, l’adaptation cinématographique n'est pas géniale. [:pfff]  J'avais dû regarder un bout de film quand j'étais gamin mais je n'en ai gardé aucun souvenir.
"Décidément, les temps comme les œufs sont durs et la bêtise humaine n’a pas de limites"

Hors ligne Samantha Rosenwood

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5187
  • Total likes: 327
  • Japon/Sanctuaire/Russie/Hogwarts/Coruscant
    • Voir le profil
Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #6 le: 12 août 2022 à 14:47:41 »
Je me souviens des couvertures publiées dans les années 90, en particulier de celle pour Danse Macabre, figurant La Faucheuse, que lisait une camarade de chambrée à l'internat. Ainsi que de celles publiées pour Ça, terrifiantes et sanglantes à souhait, qu m'ont convaincues d'en faire l'impasse!

Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce sont les nouvelles couvertures, explosant de couleurs, qui m'ont permis de franchir le pas. À commencer par le loup de "Juste Avant Le Crépuscule", sur son fond de montagne, qui m'a rappelé certains dépliants touristiques, que l'on peut trouver dans la plupart des parcs nationaux américains.

Ensuite, à chacun ses préférences et ses raisons d'aimer telles ou telles couvertures, que je respecte.

J'ai remarqué que vous aviez lus certains livres, qui sont sur ma liste de lecture.
Je n'hésiterais pas à partager avec vous ici mes avis, au fur et à mesure de mes lectures, c'est promis!
"Yanagi Ni Kazé" - Proverbe Japonais
"Un ami non éprouvé est comme une noix non cassée. On ne sait ce qu'elle renferme" - Proverbe Russe
"Draco Dormiens Nunquam Titillandus" - Devise d'Hogwarts, School Of Witchcraft And Wizardry
"May the Force be with you...Always" - Devise et bénédiction Jedi

Hors ligne Alaiya

Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #7 le: 12 août 2022 à 15:13:15 »
Comme @megrez alberich j'ai commencé à lire King au collège et j'en ai lu beaucoup. Vraiment. Beaucoup. Je dirais une bonne trentaine de romans & recueils de nouvelles, donc impossible à lister. Et j'en lis ou relis régulièrement aujourd'hui. D'ailleurs King est un des rares auteurs que je relis sans me lasser.


De façon très inhabituelle j'ai découvert King avec les Tommyknockers qu'on m'avait offert en grand format (il venait de sortir, j'avais 11 ou 12 ans). Or, ce type de récit n'est pas forcément le plus emblématique de sa production - plus dans "l'horrifique" - par ailleurs j'étais très jeune et je n'ai pas tout compris au livre en question (je l'ai relu plus tard, heureusement). En parallèle, qui dit collège dit "louonsdesvhsquifontpeurhihihi" et j'ai d'abord découvert des films comme Shining, Carrie ou Christine avant de découvrir qu'ils constituaient des adaptations des romans de SK. Que je me suis empressée de lire dans la foulée et c'est comme ça que je suis tombée dans la marmite King.

Parmi ses opus qui m'ont le plus marquée : Ça (en numéro 1 tout confondu), Misery, la part des Ténèbres, les Langoliers (une - longue - nouvelle), la Machine de traitement de texte (une très courte nouvelle), Bazaar, Jessie, le Fléau (que je n'ai jamais relu par contre mais dont je sais que la fin m'avait saoulée), les Tommyknockers (forcément).

Il y a aussi des titres que je n'ai pas aimés : la Tour Sombre (je n'ai même pas réussi à finir le tome 1 !), Mr Mercedes (me suis arrêtée au tome 1), Dead Zone, Sleeping Beauties.

Le plus récent que j'ai lu est "Après", que j'ai trouvé plutôt sympa mais pas extraordinaire.

Pour moi, King, c'est une référence absolue et d'une certaine manière, ma manie de l'introspection d'une part, le souci des détails d'autre part, auquel je rajouterais le "show don't tell", me viennent directement de lui.
« Modifié: 12 août 2022 à 15:17:41 par Alaiya »
http://archiveofourown.org/users/Alaiya

"When the fires, when the fires are consuming you
And your sacred stars won't be guiding you,
I've got blood, I've got blood - Blood on my name"

Hors ligne AZB

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Banned!
  • Messages: 36225
  • Total likes: 3143
  • ...Et son orchestre, bien sûr
    • Voir le profil
Re : Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #8 le: 13 août 2022 à 11:20:08 »
la Machine de traitement de texte (une très courte nouvelle)

Le titre exact c'est pas "Machine divine à traitement de texte" plutôt? C'est bien la nouvelle avec le type qui reçoit en cadeau une machine à traitement de texte ayant le pouvoir de modifier la réalité à sa convenance?

Celle-là je l'adore, le pitch est facile mais ça vend tellement du rêve [:shion] Et alors la fin

Spoiler (click to show/hide)
« Modifié: 13 août 2022 à 11:23:16 par AZB »
Hé, chuis ptet moche et rongé par la haine mais je... euh... c'était quoi la troisième chose? [:aie]

Hors ligne Samantha Rosenwood

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5187
  • Total likes: 327
  • Japon/Sanctuaire/Russie/Hogwarts/Coruscant
    • Voir le profil
Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #9 le: 13 août 2022 à 15:12:17 »
J'ai fini hier soir ma lecture de Salem. J'ai adoré.

J'avais aussi lu Dracula, et l'approche de King, à travers la déchéance et la chute en Enfer de la ville de Salem, d'abord progressive, étape par étape, puis accélérée par la mort des amis et soutiens de Ben Mears et de Mark Petrie, le seul enfant suffisament cultivé et intelligent pour s'être aperçu que quelque chose ne tournait plus rond dans la ville, est terrifiante. Mais aussi passionnante, car elle fait ressortir le meilleur de ceux qui sont prêts à tenir tête à Barlow, et la lâcheté de ceux qui préfèrent plier bagages, tels que Gillespie. La chute de Salem s'explique d'une part par certains vices et travers de ses habitants, assumés pleinement, et d'autre part, de leur méfiance envers Mears, alors que le véritable danger était Barlow. Autrement dit, ils ont vus le mal là où il n'était pas, et non là où il devait être. Ann Norton, la mère de Susan Norton, l'a ainsi payé de sa vie, en échouant à tuer le professeur Matt, allié de Ben. Je n'ai pas pleuré sur son sort, car elle est le genre de femme que je n'apprécie pas.

Combien même Salem s'inspire de Castle Rock, elle m'a plutôt fait penser à la ville fantôme de Bodie, en Californie du Nord, dont j'avais lu le cas de hantise d'une part, et l'histoire de son abandon au fil du temps d'autre part. Quand on voit l'intérieur/extérieur de certaines maisons de Bodie, on ne peut s'empêcher de faire le pont avec les descriptions de Stephen King, par rapport à Salem, même si elle ne vit que sur le papier.

À la suite de l'histoire originale de Salem, j'ai pu lire les deux nouvelles connectées à cette dernière: Un Dernier Pour La Route, et Jerusalem's Lot. La première nouvelle m'a rappelé le début de certaines intrigues de Buffy, du moins, dans son déroulement. J'ai apprécié le courage des deux amis, alors qu'ils essayèrent de raisonner Lumley, resté sourd à leurs recommandations, lui coûtant la vie. Quant à Jerusalem's Lot, elle levait le voile sur le passé historique de Salem, expliquant l'atmosphère oppressante qui y régnait déjà, avant l'arrivée de Barlow. Et là, les scènes se déroulant dans l'église décrépite et pourrissante de Salem, m'ont rappelé une enluminure, dont j'avais fait le sens de la lecture, pour mon mémoire traitant du Diable Et Le Dragon: on y voyait d'abord des chrétiens se rendre dans l'église de Dieu, pour ensuite se rendre dans celle de l'Antéchrist. Elle me racontait ce qui était arrivé à Salem des siècles auparavant, mais aussi sans doute l'origine des Messes Des Morts, très fréquemment rapportées dans le folklore. La description de l'église corrompue de Salem correspondait à ce que j'avais lu à propos de ces dernières, ici et là. C'est du moins mon ressenti, et je l'assume.

À présent, direction la prochaine station: 11/22/63 (JFK).
Le 22 Novembre 1963, Dallas, Texas.
« Modifié: 13 août 2022 à 16:15:50 par Samantha Rosenwood »
"Yanagi Ni Kazé" - Proverbe Japonais
"Un ami non éprouvé est comme une noix non cassée. On ne sait ce qu'elle renferme" - Proverbe Russe
"Draco Dormiens Nunquam Titillandus" - Devise d'Hogwarts, School Of Witchcraft And Wizardry
"May the Force be with you...Always" - Devise et bénédiction Jedi

Hors ligne Alaiya

Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #10 le: 13 août 2022 à 16:31:17 »
@AZB : yes, tu as raison pour le titre. En fait, si je me rappelle bien, c'est une vieille machine qui a été réparée et ce que son utilisateur écrit dessus se produit. Quand on prend conscience du pouvoir de la chose c'est délicieux  [:bave]

Spoiler (click to show/hide)


http://archiveofourown.org/users/Alaiya

"When the fires, when the fires are consuming you
And your sacred stars won't be guiding you,
I've got blood, I've got blood - Blood on my name"

Hors ligne AZB

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Banned!
  • Messages: 36225
  • Total likes: 3143
  • ...Et son orchestre, bien sûr
    • Voir le profil
Re : Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #11 le: 14 août 2022 à 08:59:21 »
En fait, si je me rappelle bien, c'est une vieille machine qui a été réparée et ce que son utilisateur écrit dessus se produit.

Non en fait c'est son neveu qui lui a carrément fabriqué à partir de rien pour son anniversaire, en récupérant des matériaux un peu partout, mais il avait pas eu le temps d'y apporter la touche finale ( d'où le côté instable du bouzin qui surchauffe très vite quand on l'allume [:shinobu1] )
Hé, chuis ptet moche et rongé par la haine mais je... euh... c'était quoi la troisième chose? [:aie]

Hors ligne Samantha Rosenwood

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5187
  • Total likes: 327
  • Japon/Sanctuaire/Russie/Hogwarts/Coruscant
    • Voir le profil
Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #12 le: 21 septembre 2022 à 14:58:22 »
Christine serait-elle le cameo-clé/fil rouge, dans les romans de Stephen King?

La question peut être posée, car au fil de ma lecture toujours en cours de 22/11/63, j'ai vu au moins deux fois décrite, au début de l'histoire et dans le chapitre que j'ai lu hier soir, une Ford Plymouth Fury 58 rouge et blanche. Avec deux plaques d'immatriculation différentes, la première de l'état du Maine, la seconde de l'état de l'Arkansas. Mais le même modèle, aucune variante dans les couleurs.

Christine voyagerait-elle au fil des pages, des états et des événements, en se fondant dans le décor? En changeant à chaque fois de plaque d'immatriculation? Cette voiture étant dotée d'une intelligence redoutable, elle en serait bien capable.

D'après Wikipédia, elle apparaîtrait brièvement dans Ça (même si à l'heure actuelle, il n'est pas dans ma liste de lecture), pour piéger un des personnages principaux. Même si elle m'a fait peur dans mon enfance, même si elle est l'antithèse de KITT, elle a ma sympathie. Elle est mon propre fil rouge, quelque part. Démoniaque, certainement, mais une silhouette à quatre roues, qui agit comme un guide et un témoin à la fois. Je vois les choses comme ça.

Et Stephen King, serait-il un passionné de ce genre de voitures, au point de toujours lui faire un petit clin d'œil, ici et là? La question mérite aussi d'être posée.
« Modifié: 23 septembre 2022 à 14:34:21 par Samantha Rosenwood »
"Yanagi Ni Kazé" - Proverbe Japonais
"Un ami non éprouvé est comme une noix non cassée. On ne sait ce qu'elle renferme" - Proverbe Russe
"Draco Dormiens Nunquam Titillandus" - Devise d'Hogwarts, School Of Witchcraft And Wizardry
"May the Force be with you...Always" - Devise et bénédiction Jedi

Hors ligne Alaiya

Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #13 le: 21 septembre 2022 à 15:40:55 »
L'un des fils rouges avérés et régulièrement utilisés par SK, est la ville de Derry, théâtre de "Ca" mais à laquelle l'auteur fait régulièrement référence dans ses livres. D'ailleurs, il me semble bien que Derry est mentionnée dans 22/11/63.

http://archiveofourown.org/users/Alaiya

"When the fires, when the fires are consuming you
And your sacred stars won't be guiding you,
I've got blood, I've got blood - Blood on my name"

Hors ligne Samantha Rosenwood

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5187
  • Total likes: 327
  • Japon/Sanctuaire/Russie/Hogwarts/Coruscant
    • Voir le profil
Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #14 le: 21 septembre 2022 à 16:25:44 »
@Alaiya: je confirme la présence de Derry dans 22/11/63, pour l'histoire du père du concierge, au début du livre.
Merci infiniment pour tes informations. Je garderais donc Derry à l'œil et à l'esprit.
« Modifié: 30 septembre 2022 à 14:50:37 par Samantha Rosenwood »
"Yanagi Ni Kazé" - Proverbe Japonais
"Un ami non éprouvé est comme une noix non cassée. On ne sait ce qu'elle renferme" - Proverbe Russe
"Draco Dormiens Nunquam Titillandus" - Devise d'Hogwarts, School Of Witchcraft And Wizardry
"May the Force be with you...Always" - Devise et bénédiction Jedi

Hors ligne Samantha Rosenwood

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5187
  • Total likes: 327
  • Japon/Sanctuaire/Russie/Hogwarts/Coruscant
    • Voir le profil
Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #15 le: 30 septembre 2022 à 15:35:46 »
22/11/63:

Quel voyage! Quel périple dans une époque aujourd'hui révolue! Des rencontres avec des personnages attachants, tels que Miss Mimi, Deacon Simmons, Mike Coslaw, Bobbi Jill, sans oublier Sadie Dunhill. Mieux qu'un documentaire, on découvre l'Amérique de Kennedy, avant qu'elle ne sombre définitivement, après son assassinat, dans la Guerre Du Vietnam. Le langage, les relations humaines, le mode de vie, tout est retranscrit avec la précision d'une horloge. L'époque de Kennedy devient nôtre, avec ses codes et son propre mode de fonctionnement, très éloignée de celle que nous vivons à présent. On en oublie presque, comme Jake, que nous sommes là pour empêcher son meurtre, et non pour faire...du tourisme et faire des rencontres, si on peut l'exprimer ainsi.

L'apparition de la Plymouth Fury 58 rouge et blanche, a trouvé son explication, ainsi que pourquoi il y a eut trois changements de plaques d'immatriculation successives: Maine, Arkansas et Oklahoma. C'est l'ex-mari dérangé de Sadie Dunhill, John Clayton, parti en chasse pour la retrouver, qui se cachait derrière le volant. Ce que j'en ai déduit, est que si la Ford Plymouth Fury 58 rouge et blanche, pointe le bout de son pare-chocs quelque part, il y a un danger que l'on sous-estime, qui s'approche à grands pas. Tout à fait dans les cordes de Christine. Par contre, je ne suis pas sûre qu'elle ait apprécié que Mr. Clayton s'amuse avec sa plaque d'immatriculation.

Stephen King soulève la question du fait que s'il nous était donné de changer beaucoup de choses avec des si, est-ce que ces changements seraient-ils réellement bénéfiques? Qu'apporteraient-ils à ceux à qui nous pensions rendre service, en interférant avec leur passé? En y perdant au passage quelqu'un de cher, que nous avons croisé et appris à connaître dans ce passé? King met très bien en lumière que peu importe les modifications, il y aura toujours des conséquences. Que jouer avec la grande et petite histoire se paye au prix fort, pour celui qui s'y risque. Jake a renoncé à sauver Kennedy pour revoir sa Sadie, en fin de compte. Sadie faisait partie de la petite histoire, et en étant sauvée, a fait énormément pour sa ville de Jodie, en contrepartie. Et je crois que pour Jake, c'est bien là l'essentiel.

22/11/63 va faire partie de mes préférés, précisément à cause de tous les points que je viens de mentionner.

Direction la prochaine station: L'Institut.
Ce train ressemble au Hogwarts Express, mais ce n'est pas l'Hogwarts Express...
« Modifié: 30 septembre 2022 à 20:36:17 par Samantha Rosenwood »
"Yanagi Ni Kazé" - Proverbe Japonais
"Un ami non éprouvé est comme une noix non cassée. On ne sait ce qu'elle renferme" - Proverbe Russe
"Draco Dormiens Nunquam Titillandus" - Devise d'Hogwarts, School Of Witchcraft And Wizardry
"May the Force be with you...Always" - Devise et bénédiction Jedi

Hors ligne Samantha Rosenwood

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5187
  • Total likes: 327
  • Japon/Sanctuaire/Russie/Hogwarts/Coruscant
    • Voir le profil
Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #16 le: 16 octobre 2022 à 15:30:28 »
L'Institut:

Si je devais retenir un livre glaçant et terrifiant à souhait, ce serait celui-ci. Je dirais qu'il nous met face-à-face au pire de la nature humaine, surtout quand c'est le destin d'enfants qui est impliqué. D'enfants possédant des dons qui les démarquent de leur entourage, qui intéressent des personnes, aux méthodes radicales et expéditives, pour se les approprier, et les ramener dans leur institut. Meurtre des parents, méthodes musclées qui avaient plus leur place sur un conflit armé, que pour convaincre des enfants arrachés à leur foyer et à leur enfance, en l'espace d'une seule nuit.
Tout ça pour quoi? Pour les vider complètement de leur énergie, de leur identité, quitte à en faire des zombies, ayant perdu toute lucidité. Pour définitivement les faire disparaître, une fois qu'ils avaient accompli ce qu'on leur demandait.

King fait très bien ressortir tout le cynisme, la cruauté, mais aussi parfois la bêtise du staff de l'Institut, qui se croit tout acquis et permis. Le plus choquant étant que la plupart sont des vétérans qui ont été en Irak et en Afghanistan, et qui de retour dans leur pays, voulaient continuer à pratiquer leurs méthodes quand ils étaient au front, sur ces enfants. Jusqu'à ce qu'une certaine Maureen, décide d'aider le jeune Luke Ellis, à s'enfuir. Luke réussit à prendre la fuite, mais il n'oublie pas ses camarades, tels qu'Avery, Kalisha, Nick, Georges et Helen, restés en arrière.

À partir de la fuite de Luke, les méthodes commando employées par l'Institut, trouvèrent leurs limites, face à une petite ville, déterminée à se défendre, et à défendre Luke de ses bourreaux. Mention spéciale pour le personnage d'Annie Ledoux, certes très branchée théories du complot, un peu à côté de la plaque, mais très courageuse et bienveillante. Suite à l'échec du commando de la directrice de l'Institut pour récupérer Luke, tout s'accélère: entre-temps, les amis de ce dernier se sont révoltés, ainsi que d'autres enfants retenus dans des instituts partout ailleurs dans le monde. Cette puissante force mentale détruit l'Institut, et tue la majorité de son staff au passage. Avery y laisse la vie, ainsi que les autres enfants, n'ayant pas pu fuir à temps. Les survivants trouvent un ami et un allié en Tim Jamieson, un ancien policier de Sarasota, en Floride, résidant désormais dans la petite ville de Caroline Du Sud où avait atterri Luke.

Ce n'est trois mois plus tard, que l'homme dont redoutait un coup de fil l'ancienne directrice de l'Institut, ose se montrer chez Tim. L'homme, au début très sûr de lui-même, perd peu à peu de son assurance face à Luke, qui le met devant ses véritables responsabilités: des familles entières décimées, effacées de la terre, afin d'empêcher une catastrophe nucléaire qu'il croit à venir. Et c'est là, qu'en tant que Spirite, que j'ai souri: en voulant trop anticiper des événements qui n'avaient pas encore eut lieu, l'homme se persuadait d'avoir enrayé le cours des choses, juste à temps, en prenant appui sur les dons occultes d'enfants, qui ne demandaient qu'à vivre normalement. Cet homme voulait contrôler le futur, en contrôlant le pouvoir occulte dont certains enfants étaient dotés. En Luke, il avait trouvé sa punition: son pouvoir, son véritable pouvoir, c'est-à-dire son intelligence, c'est à lui d'en disposer, et non une tierce personne selon ses volontés. Autrement dit, sur commande. Jouissif.

Direction la prochaine station: Charlie.
Il y a de l'eau dans la station. On se croirait chez le père Fouras...

« Modifié: 04 novembre 2022 à 15:22:16 par Samantha Rosenwood »
"Yanagi Ni Kazé" - Proverbe Japonais
"Un ami non éprouvé est comme une noix non cassée. On ne sait ce qu'elle renferme" - Proverbe Russe
"Draco Dormiens Nunquam Titillandus" - Devise d'Hogwarts, School Of Witchcraft And Wizardry
"May the Force be with you...Always" - Devise et bénédiction Jedi

Hors ligne Samantha Rosenwood

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5187
  • Total likes: 327
  • Japon/Sanctuaire/Russie/Hogwarts/Coruscant
    • Voir le profil
Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #17 le: 04 novembre 2022 à 15:21:23 »
Charlie:

L'histoire de la fuite désespérée d'un père avec sa fille, suite au meurtre de la mère de celle-ci, pour échapper à une agence gouvernementale, appelée La Boîte. À bien y regarder, les méthodes de cette dernière n'avaient rien à envier à celles employées des années plus tard par L'Institut. La différence étant que les parents de Charlie s'étaient rencontrés lors de l'expérimentation d'un sérum, sobrement intitulé Lot Six. Et que Charlie etait née des années plus tard, héritant du pouvoir de déclencher des incendies à volonté, tandis que ses parents avaient développés des capacités médiumniques. Charlie intéressait La Boîte, car son pouvoir devait être testé, avant d'étre éventuellement éliminée.

Pendant la fuite de Charlie et de son père, on apprend la mort cruelle de sa mère, Vicky, aux mains des agents de La Boîte, afin de la récupérer. Ces derniers avaient presque réussis, jusqu'à ce qu'Andy, le père de Charlie, fasse échouer leur mission en la leur reprenant. Charlie donna un premier aperçu de sa dangerosité en déclenchant un incendie dans la ferme des Manders, qui les avaient accueillis, alors que cette dernière était prise d'assaut par des agents de La Boîte. S'étant réfugiés dans la maison paternelle pour l'hiver, Andy et Charlie furent rapatriés au quartier général de La Boîte, au printemps suivant.

Isolée de son père, Charlie fut laissée aux bons soins de John Rainbird, un Indien rescapé de la guerre du Vietnam, comme s'avéra être par la suite la plupart des membres du staff, lors de la spectaculaire pyrotechnique confrontation finale, qui coûtera la vie à Andy. Le staff de La Boîte était plus intéressé par avoir des résultats, que du bien-être de Charlie et de son père. Il voulait des manifestations occultes sur commande, exactement comme l'Institut l'exigera des enfants qu'elle avait kidnappés, des années après. L'ironie voulut qu'Andy retrouvât son pouvoir occulte, alors qu'il n'était plus sous contrôle pharmaceutique, et que Charlie avait réussi à contrôler le sien entre-temps. Combien même La Boîte avait boosté, dopé leurs pouvoirs occultes, qu'ils fussent déjà latents ou non, le message était le même: n'essayez pas de contrôler des forces que vous ne comprenez pas, vous pourriez avoir des surprises.

Après la destruction du quartier général de La Boîte, Charlie retournât à la ferme des Manders. Elle y restât quelques temps, avant de se rendre à New-York, dans les bureaux du magazine Rolling Stones, pour y raconter son histoire.

Direction la prochaine station: L'Outsider.
Il y a un croquemitaine en ville, et il peut être n'importe qui...
« Modifié: 04 novembre 2022 à 15:33:53 par Samantha Rosenwood »
"Yanagi Ni Kazé" - Proverbe Japonais
"Un ami non éprouvé est comme une noix non cassée. On ne sait ce qu'elle renferme" - Proverbe Russe
"Draco Dormiens Nunquam Titillandus" - Devise d'Hogwarts, School Of Witchcraft And Wizardry
"May the Force be with you...Always" - Devise et bénédiction Jedi

Hors ligne Samantha Rosenwood

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 5187
  • Total likes: 327
  • Japon/Sanctuaire/Russie/Hogwarts/Coruscant
    • Voir le profil
Re : Stephen King: Le Maître Des Contes Du Fantastique
« Réponse #18 le: Aujourd'hui à 14:54:23 »
L'Outsider:

Si les cadences infernales ne vous font pas peur, ce livre est pour vous. Il n'y a aucun temps mort dans cette histoire. Qui, d'une part, dénonce l'engrenage juridique américain, broyant ceux assumés comme étant les coupables parfaits, et de l'autre, se fait l'écho du combat de ceux qui souhaitent les réhabiliter, quand l'erreur leur a sauté aux yeux.

L'Outsider dévoile toute la malveillance et la cruauté d'une entité, usurpant l'identité de ses victimes, sans aucun scrupule, afin de leur faire payer ses méfaits à sa place. Détruisant non seulement leurs familles au passage, mais également celles dont elle avait assassiné les enfants au préalable. Le coup classique, me diriez-vous, jusqu'à ce qu'elle commit des erreurs, comme tout criminel, beaucoup trop sûr de lui. Sauf que cette entité était un vrai caméléon, si elle n'avait pas des pailles à la place des yeux, pendant ses phases de transition d'une identité à une autre.

El Cuco n'avait aucun remords, aucun regret, aucun sentiment de culpabilité. Que ses victimes aient été faibles, ou plus fortes et irréprochables, la tentation de détruire leur vie avait été plus forte que le bon sens, qui disait "Stop".

Cette entité, qui retourne au néant auquel elle avait toujours appartenue, reflète le fait que sous les traits de la normalité, de tels individus passent sous les radars pendant des années, jusqu'à ce qu'ils aillent beaucoup trop loin. Leur impunité s'arrête à ce moment-là, il est temps de passer à la caisse, et de rétablir la réputation de ceux à qu'ils avaient fait endossé leurs crimes à leur place.

L'Outsider nous interpelle sur le fait de ne pas s'arrêter à des éléments trop évidents en surface, et de creuser plus profond, avant d'incriminer qui que ce soit. Et qu'on peut être reconnaissant que les vrais coupables fassent des erreurs, suffisamment grossières, mettant ainsi un terme à la sinistre mascarade.

Direction la prochaine station: Joyland.
Ce parc d'attractions aurait très bien pu inspirer Boyardland...
« Modifié: Aujourd'hui à 17:23:59 par Samantha Rosenwood »
"Yanagi Ni Kazé" - Proverbe Japonais
"Un ami non éprouvé est comme une noix non cassée. On ne sait ce qu'elle renferme" - Proverbe Russe
"Draco Dormiens Nunquam Titillandus" - Devise d'Hogwarts, School Of Witchcraft And Wizardry
"May the Force be with you...Always" - Devise et bénédiction Jedi