En dehors de Saint Seiya > Livres

Contes Mythologiques Et Folkloriques: relectures et adaptions modernes.

(1/1)

Samantha Rosenwood:
J’ai décidé d’ouvrir ce sujet, suite à mon achat du livre de Luna McNamara, revisitant l’histoire de Psyché & Éros.

Vous pourrez ici faire des résumés de vos livres préférés, et faire des suggestions.

Le domaine mythologique et folklorique étant très vaste, de l’Antiquité jusqu’aux légendes urbaines de nos jours, il n’y a que l’embarras du choix. Bien entendu, nous avons tous nos préférences, certaines adaptations étant plus noires que d’autres. Je n’ai rien contre, du moment que cela reste agréable à lire. Si votre livre s’adresse à un public averti, précisez-le. Vous avez carte blanche.

Prochaineoent:

- Psyché & Éros, par Luna McNamara.
- Baba Yaga, par Dominic Bellavance.

Samantha Rosenwood:
Psyché et Éros, de Luna McNamara.

Dans cette version du mythe, Psyché est une descendante de Persée et d’Andromède. Suite à une prophétie, elle décide de suivre l’enseignement d’Atalante, afin de devenir l’héroïne qu’elle est appelée à être. Elle devient une experte au tir à l’arc, ainsi qu’à la survie en milieu hostile. Jusqu’à ce que ses parents désirent la marier. Sa cousine s'avère être Iphigénie, la fille du roi Agamemnon. La guerre de Troie s’avance à grands pas.

Offensée par son comportement, Aphrodite se met en tête de la punir. Mais sa malédiction échoit à Éros, qui suite à un échange avec son ami de toujours, Zéphyr, celui-ci la lui ramène au sein de sa demeure en bord de mer. Si au début les relations ne sont guère faciles, des liens d’amitié se créent entre Psyché et Zéphyr, toujours très marqué par la perte de son propre compagnon, Hyacinthe. Sous son apparence espiègle, le Dieu du vent se révèle sensible, psrfois boudeur et taquin, mais avec le cœur au bon endroit. Quant à Éros, il évolue lui aussi, et apprend ce que c'est d’être aimé pour soi, tout en conservant son libre arbitre, et sa capacité à rebondir face à l’adversité. Psyché, de son côté, découvre qu'être aimé rapporte bien plus que des louanges à la veillée.

En ce qui concerne Méduse, la Gorgone tuée jadis par Persée, on apprend dans cette version qu’avant sa transformation qui devait lui coûter la vie, elle était une prêtresse d’Athéna. Et que cette dernière, émue par son viol par Poseidon, lui aurait donné la capacité de changer en pierre, quiconque voudrait l’approcher d’un peu trop près. On apprend également qu’elle était enceinte au moment de sa mort. Elle devient la psychopompe de Psyché, deux fois de suite, Hermès voulant avoir les faveurs d’Aphrodite. Si lors de la première visite de Psyché pour mettre un terme à la malédiction qui affecte Éros se passe moyennneoent bien, la deuxième pour remplir la troisième tâche d’Aphrodite, se passe nettement mieux, permettant à la Gorgone de retrouver sa beauté originelle et les siens. Avec un sourire bienveillant et chaleureux à Psyché.

Éris, elle, se révèle être la sœur jumelle d’Eros, et son antithèse. Si au début, elle est exécrable, et s’amuse à déclencher le chaos pour un oui ou un non, elle est largement capable d’improviser, quand une situation devient plan-plan. Surtout si elle peut aider son frère, lui offrant l’opportunité de se distraire, par la même occasion. Et de faire tourner Aphrodite en bourrique, bien entendu….

Si Éris était exécrable, Aphrodite est tout bonnement insupportable: elle ne possède ni la grâce, ni la beauté intérieure de Psyché, certes imparfaite, mais qui a su émouvoir le cœur d’Eros. Imbue de sa personne, acariâtre, jalouse, malveillante, prétentieuse, elle est la parfaite incarnation de la femme vénale qui veut plaire à tout prix, prête à tout pour éliminer toute rivale potentielle pour être le centre de l’attention, quitte à mentir et à manipuler son entourage, pour arriver à ses fins. En fait, elle correspond tout à fait à l’image que je me faisais de la déesse:une adversaire redoutable, et l’ennemie jurée des couples heureux. Pour l’amour, il faudra repasser.

Ce que je veux dire, cette Aphrodite-là aurait eut toute sa place dans Saint Seiya, n’en déplaise à Hadès.

Sur une note plus légère, j’ai été heureuse de revoir Déméter et Hécate. La mère de Perséphone deviendra une grand-mère de substitution pour la fille d’Eros et Psyché, touchée par la bienveillance et la bonté de sa mère, lors de sa deuxième tâche. Hécate m’a pensé à Baba Yaga, à la façon dont sa hutte était décrite, avec ses pieds de coq. Sous ses airs bougons, Hécate est très sage, et plus douce, que son équivalent russe. Et est également capable d’aller à l’encontre de la volonté des autres Dieux, quand ce qui doit se faire, se fera. Chez Hécate, on ne discute pas les décrets de la Providence, Dieux comme mortels.

Et  Zéphyr? Il devient un oncle épanoui au contact de sa nièce, à qui il montre ses plus beaux tours.

J’ai adoré lire ce livre. En le lisant, je suis redevenue, pendant un temps, la petite fille qui découvrait la mythologie.

Navigation

[0] Index des messages

Utiliser la version classique