Auteur Sujet: Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto  (Lu 73403 fois)

Hors ligne Oiseau Vermillon

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #25 le: 01 mars 2010 à 23:14:42 »
Mon égo scrolle ce topic très rapidement... mais j'ai un souvenir persistant remontant à mon CM2 quand, entre midi et deux, je rentrais de l'école pour manger et que je regardais sur TMC GE (berk :o !) Galaxy Express 999. J'aimais bien même si je n'ai jamais vraiment suivi le truc.

C'est bien en fait ? Je veux dire, ça vaut le coup, et est-ce trouvable en DVD ?

Hors ligne ArayashikiAlaya

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #26 le: 01 mars 2010 à 23:49:30 »


Je suis pas sûr de m'être fait comprendre... je parlais du film de GE999 ;)
Le mystère de l'Arcadia c'est du Harlock non? [:what]
Oups sumimasen: je n'ai pas vu le film de GE 999  [:jap]

Tiens, c'est marrant mais ça me fait penser qu'un des points les plus intéressants du film Galaxy Express concerne en fait Harlock.
Plus spécialement le personnage de Tochiro et qui plus est, ce point précis corrobore certain éléments présent de la manga Harlock (fin du volume 5 pour être extact) qui dans la série animée de 78 sont traités différemment ... vous me suivez ?  [:dawa]
Bon après ça ne change pas le fond principal de l'histoire ni d'un côté ni de l'autre, mais ça met le doigt sur une incohérence parmi les innombrables dont est truffé le Leijivers.

Bon, je donne un indice en image pour les curieux (et aussi parce que ça fait toujours jOli une image dans un post, ça décore) :



Sinon, Interstella 5555 ça déboîte! Y a pas à tortiller, les Schtroumpfs vu par Matsumoto, c'est la grande classe  :D
Nan, mais blague à part, j'ai trouvé super chouette et on peut vraiment dire que les Daft Punk se sont fait plaiz' sur ce coup là !
Je suis un peu perdu, je crois qu'il existe plusieurs films tirés de GE999 ou n'en existe t-il qu'un? cette image est tirée de quel film s'il y en a plusieurs?
Sinon pour répondre à OV ça a été diffusé à la télé dans une VF navrante mais je ne pense pas qu'il existe une version vost contrairement à Galaxy railway (que je n'ai jamais vu perso). Mais Pew te répondra bien mieux que moi  [:jap]
Sinon, ça vaut le coup surtout le manga (qui, lui, est plus facile à trouver).
« Modifié: 02 mars 2010 à 00:10:03 par ArayashikiAlaya »
Understanding is a three-edged sword : your side, their side, and the truth.

Hors ligne Pew

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #27 le: 02 mars 2010 à 01:01:24 »
Mon égo scrolle ce topic très rapidement... mais j'ai un souvenir persistant remontant à mon CM2 quand, entre midi et deux, je rentrais de l'école pour manger et que je regardais sur TMC GE (berk :o !) Galaxy Express 999. J'aimais bien même si je n'ai jamais vraiment suivi le truc.

C'est bien en fait ? Je veux dire, ça vaut le coup, et est-ce trouvable en DVD ?

Je sais pas trop si ça te botterait.
Ca raconte le parcours d'un petit garçon devenant adulte au travers de sa quête d'immortalité.
Le jeune Tetsuro rêve de devenir un homme robotisé pour devenir immortel. Pour se faire, il doit se rendre sur une planète très lointaine située dans la galaxie d'Andromède.
Le seul moyen pour y parvenir, monter à bord d'un train spatial mystérieux portant le matricule de Galaxy Express 999.
Une suite d'évènements tragiques et inattendus vont amener le jeune Tetsuro à rencontrer une femme étrange appelée Maetel. Cette dernière va lui offrir un des précieux et rares billets pour le fameux 999 et l'accompagnera tout au long de son voyage.
Chacun des arrêts correspondants à une planète sont pour Tetsuro l'occasion d'ouvrir les yeux sur le monde, la vie et réfléchir petit à petit au sens même de son but de départ.
Tout ça, c'est sous la plume de Matsumoto, donc c'est un mélange permanent d'humour, de réflexion, de divertissement, d'aventure, et de critique du monde moderne.
Y a aussi des jOlies filles avec des cheveux de 8 km (même si c'est pas l'oeuvre de Matsumoto où on en trouve le plus).
Par contre ça picole nettement moins que dans Harlock (où là, c'est presque à toutes les pages!  [:lol] ).

Maintenant, si t'es pas mort d'ennui en lisant les lignes précédentes et que tu veux vraiment découvrir tout ça, je te conseillerais plutôt le manga.
Les 14 premiers volumes composent la première histoire écrite à la fin des années 70. Les tomes suivants étant une autre aventure avec les mêmes "héros" écrite depuis les années 90.
En fait, si je te dis ça, c'est parce que c'est la solution la plus simple pour pouvoir suivre l'histoire (les 14 tomes) dans son ensemble.



La série animé, je la trouve plutôt propre, et elle semble plutôt bien suivre le manga ... après, faut pas craindre les vieux animés parce que la fluidité est pas toujours au rendez vous ^^
Le seul (gros) problème, c'est qu'au Japon, elle compte 113 épisodes il me semble et que les français, à l'époque des grands massacres, avaient eu la judicieuse idée de ne pas tout acheter ... résultat, ce qui est trouvable en français n'est pas complet du tout.
Il ne me semble pas qu'une VO sou-titrée officielle avec ces quelques épisodes existe. J'ai le souvenir du coffret VHS VF incomplet qui fut édité à la fin du siècle dernier mais bon ...
Le top, ce serait de trouver, comme ça a été fait pour Harlock 78, l'intégrale des épisodes originaux (sachant qu'il y a eu des coffrets au Japon) qui auraient été sous-titrée par des amateurs ... mais, perso, je n'ai pas eu vent d'une telle réalisation jusque là.

Après, en DVD et en VOSTFr, il existe le film de Galaxy Express, réalisé dans les années 80.
Visuellement c'est chouette, mais comme je disais quelques posts au dessus, c'est pas du tout le bon format pour faire passer le fond principal de l'histoire originale. La longueur du trajet, et ses nombreuses étapes font partie intégrante du bon déroulement de l'ensemble.
Avec ce film, on a une bonne introduction pis le reste complètement baclé alors bof ...

Enfin voilà, j'espère t'avoir un peu éclairé sur la question sans être trop trOp loOOong.

@ ArayashikiAlaya:
Si tu veux voir un film, regarde celui ci:

Produit par la Toei et sorti dans les années 80, graphiquement c'est propre ... il doit être à même pas 10 € dans les bonnes crèmeries, mais bon ...
Sinon, oui , il doit exister plusieurs films, et même des récents (genre avec de la 3D) ou alors ce sont des projets qui ont avorté et disparu tellement valait mieux pour eux  [:dawa] (c'est ça de vouloir trop tirer sur la corde des fois) ... à l'époque où Matsumoto à repris justement le manga papier de Galaxy express au tome 15 et aussi en 1999 car la date portant son chiffre fétiche, c'était trop tentant ... enfin, si le résultat avait été énorme, on en aurait tous entendu parlé ...
Mais là, j'ai suivi ça de trèèèès (trop?) loin. J'avoue que toutes ces séries animées dérivées de son univers d'origine partent un peu trop dans tous les sens, ne faisant que rajouter le bazar au milieu de ses créations qu'il est déjà bien capable d'embrouiller à lui tout seul  [:lol]
Je me pose d'ailleurs la question de savoir si il est vraiment derrière les projets de départ de série comme Galaxy Railway, Maetel symphony et j'en passe ... ou si il donne juste son accord et touche de pépètes sur des projets purement lucratifs proposés par des maisons de prod' d'animés ...

C'est un peu aussi pour toutes ces raisons que je creuse surtout du côté des années 60 et 70 pour ces oeuvres.
Je préfère et c'est un poil plus authentique côté créa.



Hors ligne Oiseau Vermillon

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #28 le: 02 mars 2010 à 11:37:20 »
Merci pour les précisions Pew =) .

Hors ligne LGC

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #29 le: 02 mars 2010 à 12:24:06 »
Je me rappelle d'une anecdote concernant Albator ; lors d'un conférence sur les mangas dans ma ville à un moment on commence a parler de Matsumoto et donc d'Albator (je prefere le nom VF  :D)  une petite vielle commence a nous dire qu'elle ne manque aucun épisode . Comme quoi il y a pas d'age pour aimer  [:aloy] !
http://www.dramabutton.com/

http://www.sadtrombone.com/

"Les gouts et les couleurs" c'est une phrase de m****!

Hors ligne Pew

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #30 le: 02 mars 2010 à 19:07:29 »
Cool si ça t'es utile OV :)

Sinon, juste pour le fun, et vu qu'on causait Galaxy Express, je vous glisse quelques images amusantes de trains japonais aux couleurs de la série:









Il en existe plein d'autres et pas seulement avec galaxy Exress, mais aussi avec d'autre perso de Matsumoto.
Si y a des curieux, je les ai en stock ;)

Sinon, vous saviez que Matsumoto a réalisé le design d'un bateau de tourisme ?


Hors ligne ArayashikiAlaya

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #31 le: 02 mars 2010 à 19:31:26 »
Très beau bateau  [:aloy]
Il faut dire que Matsumoto est un grand fan de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un engin motorisé: trains, bateaux, et surtout avions. Ça se sent et pas qu'un peu dans tout ce que je connais de lui.
Understanding is a three-edged sword : your side, their side, and the truth.

Hors ligne ArayashikiAlaya

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #32 le: 05 mars 2010 à 00:52:23 »
Verification faite il y a bien trois films "galaxy express 999" : le premier, galaxy express 999 , suivi de galaxy express eternal fantasy et adieu galaxy express (Sayonara Ginga Tetsudô Three Nine - Andoromeda Shûchakueki ).
une petite musique d'ambiance avant de partir au dodo


sur ce lien on trouve les titres des films et Oav tirés de l'univers Matsumoto
http://fr.wikipedia.org/wiki/Adieu_Galaxy_Express_999
« Modifié: 05 mars 2010 à 11:07:45 par ArayashikiAlaya »
Understanding is a three-edged sword : your side, their side, and the truth.

Hors ligne Pew

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #33 le: 05 mars 2010 à 09:15:27 »
Ah yes, excellent pour les précisions, merci.

Alors du coup, j'ai jamais vu le premier  [:what] (et j'avais pas percuté qu'il y en avait eu un si tôt en fait).
Celui que j'ai en stock et dont est tiré la scène que j'évoquais plus haut (se recoupant avec des éléments du manga d'Harlock et étant traité différemment dans l'animé d'Harlock 78) c'est "Adieu Galaxy Express" de 1981. (C'est pour celui ci que j'ai glissé le screen de l'épave du premier vaisseau d'Harlock).
Et l'autre effectivement date de la fin des 90's ... alors est-ce que c'est dans celui ci qu'il y a eu des tentatives de 3D, il ne me semble pas, pourtant j'ai bien souvenir d'avoir lu que Matsumoto avait travaillé sur un projet de ce type aussi y a pas si lOngtemps que ça ... c'est peut être ce truc qui a avorté ou qui est tombé dans les oubliettes ... [:fufufu] faudra que je refouine un peu pour retrouver cette info exactement.

En fait, pour en revenir au premier, je ne serais pas étonné que ce soit un "film" du même genre que celui qui a pu être tiré de Harlock 78: les "Mystères de l'Arcadia" (宇宙海賊キャプテンハーロック アルカディア号の謎, Uchu Kaizoku Captain Harlock Arcadia Go no Nazo).
Celui ci, je l'ai, et c'est vrai qu'après s'être envoyé les 42 magnifiques épisodes* de la série, le film fait un peu fade. En seulement 30 et quelques minutes (oui c'est un petit film) on a droit à une reprise et un mélange de scènes de la série, avec des petites modifs pas forcément dans le bon sens et surtout quelques petites incohérences qui font le secret cet univers ^^
*(Heu, 42 épisodes ... moins un ! ... oui parce que l'épisode du Sphinx ... Oh my gOd, mais qu'est ce qui leur a pris ??!!  [:lol] )
« Modifié: 05 mars 2010 à 12:50:24 par Pew »

En ligne Sergorn

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #34 le: 07 mars 2010 à 00:37:56 »
En fait "Eternal Fantasy" est un film sorti en 1998 et adaptation directe du second manga Galaxy Expresse de Matsumoto qui avait débuté en 1996 (et qui dans l'édition française commence au Tome 15).

Des soucis de production néanmoins on fait qu'il fut amputé de moitié, ne durant qu'une quanrantaine de minutes avec une fin annonçant une suite pour bientôt. Cette suite néanmoins ne se matérialisa jamais et on se retrouve donc avec une oeuvre sans fin comme souvent chez Matsumoto.

A part ça le film reste sympathique (et détail jouissif : l'Arcadia retrouve les même bruit de laser que dans Albator 84  [:jump]) mais anecdotique comparé aux deux autres du fait de son côté inachevé.

(Sinon moi être gros gros fan du Leijiverse, mais je m'étallerai plus tard là il est tard  [:lol])

-Sergorn

Hors ligne ArayashikiAlaya

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #35 le: 10 mars 2010 à 23:09:10 »
Vivement le gros post du gros fan du leijiverse (c'est terrible mais là je pense que je suis en train de devenir accro tant ça s'entrecroise dans tous les sens)  [:petrus yes]
Understanding is a three-edged sword : your side, their side, and the truth.

Hors ligne Pew

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #36 le: 11 mars 2010 à 10:02:10 »
(c'est terrible mais là je pense que je suis en train de devenir accro tant ça s'entrecroise dans tous les sens)  [:petrus yes]

Tu m'étonnes !
Et encore, il n'y a pas un dixième de sa production papier qui a pu arriver en France. Mais d'après ce qui semble être, il y a encore plus de recoupements que ce qu'on pourrait imaginer.
Le truc qui est intéressant aussi, c'est qu'il y a de veilles séries datant de la fin des années 60 ou début 70 dans lesquelles on croise des personnages qui, quelques années plus tard, après quelques modifs et changement de noms sont devenus les Harlock, Tochiro et autres héros qu'on connaît aujourd'hui.



Et puis, je sais pas si certains d'entre vous ont pu mettre le nez dans les aventures d'Emeraldas, mais là aussi, y a de quoi faire au niveau des recoupements avec Harlock, Galaxy Express 999, etc ...
Mais pourquoi ils n'éditent pas les 4 volumes de cette série en France !!



Idem pour la série Yamato !
Pourquoi n'en a-t'on jamais vu la couleur en France ??



Tiens, sinon, pendant que j'y suis, si certains s'intéressent aux dessins de Matsumoto lui même (c'est à dire en dehors des animés), on peut facilement trouver sur un site d'enchère plutôt connu un petit ArtBook sympa qui date de 1977 et qui n'est vraiment pas très cher (genre 10€ environ).
Y a de très jolies illustrations couleurs et une bonne variété de séries différentes représentées.
Je vous mets l'image de la couv' :



À part ça moi aussi, j'ai hâte de lire ton post Sergorn !
Tu as eu une riche idée d'ouvrir ce topic ArayashikiAlaya.  [:petrus yes]
« Modifié: 11 mars 2010 à 11:29:14 par Pew »

En ligne Sergorn

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #37 le: 21 mars 2010 à 00:38:22 »
Bon, par où commencer :o

Comme sans doute la majorité dans notre plat pays c’est évidemment par Albator que j’ai été initié au « Leijiverse » alors le plus simple sera évidemment de commencer par là.

Contrairement a beaucoup je dois avouer néanmoins que plus qu’Albator 78 qui est souvent considéré comme LE classique, c’est bel et bien le parfois mésestimé Albator 84 qui m’a le plus marqué.

Il faut dire que je n’ai aucun souvenir d’Albator 78 dans mon enfance étant trop jeune à l’époque pour m’en souvenir (sans parler du fait que la série n’est que très rarement repassée à la télévision) au contraire d’Albator 84 qui a toujours laissé un trace dans mon inconscient (et a été bien plus souvent rediffusé il faut l’avouer). J’ai d’ailleurs pendant longtemps pensé que Albator 78 (qui n’était pas appelée ainsi à l’époque) était la suite directe d’Albator 84, peu conscient que c’était une série antérieure.

Mais après ce n’est pas qu’une question de nostalgie – Albator 84 est vraiment à mon sens la quintessence de l’univers Matsumoto ; ce qui diminue en rien les qualités d’Albator 78, mais il faut bien admettre que cette dernière série prend bien plus de libertés (et j’ai cru comprendre que Matsumoto n’avait pas été très friand de cela, menant à un contrôle bien plus direct sur les autres créations animées de son univers).

Alors il est vrai qu’Albator 84 souffre un peu d’une fin clairement bâclée et précipitée (mais qui pour le coup, a le mérite d’être là) – mais le reste  [:love] Déjà impossible de ne pas citer Arcadia of My Youth, véritable chef d’œuvre s’il en est, mais la série elle-même reste à mon sens excellente – la réalisation est irréprochable et techniquement autant que visuellement c’est quand même magnifique pour l’époque. Mais autant la trame de la lutte contre les Illumidas reste classique, autant le développement de l’histoire et surtout des personnages est tout simplement fabuleux…

C’est d’ailleurs en ça que je préfère aussi Albator 84 à 78 – dans 78 tout est froid et détaché (ce qui contribue à son charme mais…), là où les personnages d’Albator 84 apparaissent beaucoup plus humains et attachants, et surtout Albator en tête. Les relations entre les personnages sont merveilleusement développées – notamment tout ce qui tourne autour des relations entre Albator, Tochiro et Emelraldas. Comment ne pas être touché et frappé par ce « sacrifice » final et le liant de son âme à l’Arcadia? C’est d’ailleurs aussi pour ces personnages que j’adore Albator 84 – et je dois bien avouer que l’absence de Emeraldas et Tochiro dans Albator 78 se fait cruellement sentir.

Mais ce développement des personnages se retrouve aussi dans sa relation envers ses ennemis – le mépris d’Albator envers les lâches et perfides Illumidas, avec à l’opposé le respect clair et affiché envers ceux de ses adversaires qui se comportent comme de « vrais marins ». Et j’aime aussi toute cette quête de la « Planète Idéale » et les thématiques diverses (tel la supériorité de l’esprit humains sur les machines) qu’on retrouve de par la série.

Et c’est aussi sans parler de l’ambiance – la musique Shunsuke « DBZ » Kinkuchi est magnifique, parfois touchante et contribue aussi à donner une ambiance très cape et d’épée à cette série. Car oui c’est aussi là qu’est la force d’Albator 84 face à a son ainé – cette sensation d’être réellement dans une série de cape et d’épée, où contrairement à 78 – Alabtor agit comme un vrai pirate, avec des abordages sauvage de vaisseau ennemis, de purs duels au sabre avec les adversaires… et j’en oublie… mais c’est là qu’est tout le charme de cette série car on a réellement le sentiment de suivre une histoire de pirate digne de vieux films de cape et d’épée, mais tout simplement transposé dans l’espace.

En bref à mes yeux, Albator 84 passe à deux doigts du chef d’œuvre, entaché uniquement quelque peu par le Deus Ex Machina final un peu facile, mais qui ne saurait gâcher la grandeur de cette œuvre. Albator 84 (autant la série que le film qui de toute façon sont indissociables)  est d’ailleurs la raison pour laquelle j’aurais toujours un respect inébranlable pour Tomoharu Katsumata, car on a réalisé une œuvre de cette qualité je ne peux que tirer mon chapeau, et peu importe si sa carrière a eu des errements par la suite.

Mais passons maintenant à Albator 78. Alors certes ça peut paraitre bizarre de l’évoquer après Albator 84, mais dans la mesure où je l’ai découverte après cela me parait logique. Ma découverte d’Albator 78 est en fait venue tardivement, sans doute vers 1996 ou 1997, à l’époque où AK Video (devant le prix exorbitant de la VF d’Albator) avait décidé de sortir la série originale en cassette vidéo directement en VO Sous-Titré. Ce fut frappant mais dans le bon sens – le côté visuel était certes délicat à digérer comparé à Albator 84, mais j’avais été frappé par l’ambiance globale de la série, aidée tant par la mise en scène très particulière de Rintarô que la magnifique musique de Seiji Yokohama. La différence avec Albator 84 m’a frappé aussi – parfois dans le bon, parfois dans la mauvais sens, mais après il faut bien avouer que cette série à  son identité propre.

Malheureusement AK Video mis un terme à cette édition après 4 volumes, et il me fallut attendre 2 ans de plus pour en découvrir la suite quand ils acquirent enfin la version française et sortirent l’intégrale en deux volumes. C’est sûr que mon impression sur la VF fut plus mitigée - il y a certes un doublage d’excellente facture (même si je ne suis pas très fan de Darbois en Albator – pour moi le regretté Francois Lecchia était vraiment LA voix française d’Albator, et j’ai toujours regretté qu’on ramène Darbois pour certaines VF d’œuvre récentes, d’autant qu’il semble s’en foutre clairement et ne fait même pas l’effort de le doubler avec la même voix)… mais alors la musique quelle horreur. J’irai pas jusqu’à dire que ça a gâché ma vision de la série… mais presque, car les horribles compositions de Charden/Barbelivien détruisent toute l’ambiance unique de la version originale. Bouh. J’ai d’ailleurs toujours voulu revoir la série entière en fansub, mais je n’en ai jamais vraiment eu le temps.

Après j’aime tout de même beaucoup cette série, mais pour moi elle n’a pas le charme d’Albator 84. Et je dois quand même avouer que tout le passage concernant le passé des personnages… j’aime moyen et j’ai toujours eu beaucoup de mal tant cela parait en contraste totale avec le Leijiverse. Par contre je dois bien avouer avoir plutôt bien aimé les ajouts de Vilka et Stellie/Mayu pour le coup, ainsi que le fait que la série ait une vraie fin, contrairement au manga.

Pour la suite je me souviens avoir été très enthousiasmé quand j’avais lu dans Animeland à l’époque que Matsumoto avait récupéré les droits de toutes ses œuvres et prévoyait de nouvelles adaptations. Je passerais rapidement sur Queen Emeraldas – je n’avais vu que le premier épisode sur GameOne (que j’avais trouvé correct mais anecdotique) mais je n’ai jamais vu les 3 autres sachant que les deux derniers ne sont de toute façon jamais sortis du Japon.

Venons en au controversé Harlock Saga – personellement j’avais vraiment bien aimé. C’est sûr que le graphisme choque (on remerciera Hideyuki Takashi d’avoir comme pour B’tX décalqué bêtement le style vieillot de l’œuvre originale), mais j’ai toujours adoré la façon dont Matsumoto avait adapté l’opéra de Wagner à son univers. En parlant de ça d’ailleurs je me sens obligé de mentionner le formidable travail de Kaoru Wada (si si !) sur la musique de ces OAVs, mélangeant brillamment composition originales et réarrangements de Wagner (On peut dire ce qu’on veut mais les scènes de bataille sur fond de chevauchée des Valkyries, que demander de mieux ?). Ma seule réelle frustration à l’époque venait bien évidemment de la fin par trop « ouverte » appelant comme souvent chez Matsumoto une suite qui ne viendra jamais.

Sur ce je vais citer simultanément les deux séries suivantes d’Albator : Cosmowarrior Zero et Endless Odyssey. Je les cite ensemble parce que je les ai découvertes en même temps, mais aussi car je trouve qu’elles offrent un saisissant contraste par leur contexte, avec Cosmowarrior Zero nous montrant sans doute l’Albator le plus jeune qu’on ait vu (mais aussi le plus humain) là où Endless Odyssey nous en présente sans doute la vision qui  la plus froide.

Cosmowarrior Zero est une série que j’aime beaucoup – et je classe dans la catégorie des mésestimée, voire des méconnues vu le peu dont j’entends les gens en parler. Alors certes la réalisation technique ne restera pas dans les annales mais par contre j’aime beaucoup l’univers et l’histoire présenté. Zero et son équipage du Kinryu sont très attachant et bien développés et la côté contrepied est intéressant, avec les premiers épisodes établissant clairement Albator comme l’antagoniste de la série et l’ennemi à l’abattre. En 13 épisodes tout passe très vite, mais le rythme ne retombe jamais. C’est parfois un peu cheap, mais pourtant c’est passionnant outre le côté préquelle d’Albator, le fait que ça ait aussi un net côté préquelle à Galaxy Express 999 contribue a faire de cette courte série un coup de cœur pour moi.

Pour Endless Odyssey c’est tout simplement du grand art. Plus que du Matsumoto, on est clairement dans une vision très personnelle du personnage par Rintarô, peut être plus encore qu’Albator 78 (dont il est par bien des points la « suite » et ça m’irrite d’ailleurs beaucoup quand j’entends des gens dire que Endless Odyssey est une sorte de remake). En ça c’est plus cérébrale et froid – mais l’ambiance est tout simplement superbe avec des moments réellement oniriques. C’est sans parler non plus de la réalisation technique époustouflante et du magnifique character design de Nobuteru Yuki [ :love]. Mon seul regret : la fin abrupte qui ne mènera jamais à rien, vu qu’on n’aura jamais d’autres « Outside Legends » (et je suppose que les conflits entre Rintaro et Matsumoto ayant eut raison du projet initial).

Pour finir sur les adaptations animées  du personnage, je mentionnerai le sympathique Gun Frontier, même si ce western un peu ‘hot’ a des rapports assez lointains avec Albator dans l’absolu (et avec une belle fin en queue de poisson pour changer !)

En terme de mangas, je dois dire avoir beaucoup aimé le manga original parut chez Kana – seule frustration évidement le fait qu’il y a si peu de tome, et pas de fin (je me suis d’ailleurs toujours demandé le pourquoi de cette annulation au Japon). J’ai aussi beaucoup aimé l’Anneau des Nibelhungen même si là encore l’absence du dernier Chapitre de cette tetralogie à son coté frustrant (ca me fait penser que j’ai quelque part les version anglais du début du Crépuscule des Dieu qui était dispo gratuitement sur le site de Mastumoto à l’époque – faudrait que je m’y mette à l’occasion ^^’)

Enfin le lecteur avisé notera que je n’ai parlé a aucun moment de continuité ou de cohérence sur ce long message – parce que effectivement la continuité dans le Leijiverse est très secondaire, mais pour moi c’est une qualité et c’est ce qui fait sa force : car dans l’absolu ça nous oblige à jauger chaque œuvre par elle-même, pour ce qu’elle est, plutôt que de partir dans des considérations futile sur un quelconque canon (d’ailleurs quand quelqu’un me saoule a propos de la canonicité dans tel ou tel univers, j’ai tendance à conseiller de faire une cure de Leijiverse – après ça on n’en a cure :D). Ceci dit il serait mensonger de dire qu’il n’y a aucune cohérence, mais le charme est là – quelque part tout se suit, mais tout est différent ; comme si chaque œuvre nous ouvrait une fenêtre légèrement différente sur ce même univers, avec une forme de continuité sous-jacente, mais totalement secondaire et faisant fis de ses incohérences car chaque univers est différent et c’est ce qui me penser que ce qui importe le plus à Matsumoto ce sont ses personnages.

D’ailleurs pour parler de cette « continuité » je trouve que le personnage d’Albator est un exemple parfait : il serait difficile de relier les différentes séries par leur univers ou leur histoire. Par contre malgré cela, on peut très facilement déceler une évolution du personnage selon s’il est plus ou moins avancé dans sa « carrière » et je trouve ça très intéressant quand on compare le personnage insouciant voir drôle de Cosmowarrior Zero, à celui très humain mais déjà meurtri d’Albator 84, pour enfin arriver au personnage très froid d’Albator 84 et encore plus de Endless Odyssey.

(J’ai d’ailleurs toujours pensé que la mort de Tochiro marquait cette rupture dans le personnage – son humanité disparaissant quelque peu avec la mort de son meilleur ami. Dans Albator 78, Mayu semble d’ailleurs être quelque part sa dernière once d’humanité… et le fait qu’il soit encore plus « froid » dans Endless Odyssey – cumulé à l’ambigüité de l’apparition fugace de Mayu – m’a toujours laissé penser qu’elle était peut-être morte. D’ailleurs le seul passage d’Endless Odyssey où il semble faire preuve d’humanité et de chauleur humaine me parait clairement être le moment où il retrouve Tochiro)

Et je trouve cela d’autant plus intéressant que c’est une évolution qu’on peut retrouver dans d’autre personnage du Leijiverse, notamment dans Maetel.

Sur ce je pense que ca suffira pour ce soir :D Je voulais faire un post sur tout le Leijiverse mais vu l’énormitude de mon message en ne parlant QUE de Harlock je préfère attendre une prochaine fois pour le reste :D

-Sergorn


Hors ligne GOLD SAINT AIOLIA

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 17832
  • Total likes: 15
  • Bourguignon tête de Poissons
    • Voir le profil
Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #38 le: 21 mars 2010 à 00:45:23 »

 Les relations entre les personnages sont merveilleusement développées – notamment tout ce qui tourne autour des relations entre Albator, Tochiro et Emelraldas. Comment ne pas être touché et frappé par ce « sacrifice » final et le liant de son âme à l’Arcadia? C’est d’ailleurs aussi pour ces personnages que j’adore Albator 84 – et je dois bien avouer que l’absence de Emeraldas et Tochiro dans Albator 78 se fait cruellement sentir.

L'épisode où Tochiro "Alfred" s'unit à l'Arcadia est en tout point excellent et très émouvant, mon préféré d'Albator 84

Hors ligne harsiesis

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #39 le: 24 mars 2010 à 13:24:09 »
Eh ben dis donc, à quand une thèse sur Matsumoto les gars? :)

Citer
Sur ce je pense que ca suffira pour ce soir :D Je voulais faire un post sur tout le Leijiverse mais vu l’énormitude de mon message en ne parlant QUE de Harlock je préfère attendre une prochaine fois pour le reste

J'espère que tu vas continuer, je suis impatient de te lire sur GE999  [:jap]

Hors ligne ArayashikiAlaya

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #40 le: 24 mars 2010 à 13:27:58 »
On est bien partis pour faire une matsumotopedia en effet: superbes les posts, sacré qualité. Plus qu'à décrire la collaboration avec les daft punk, les "avant harlock", avec des histoires de pilotes d'avions, etc [:petrus yes]
Understanding is a three-edged sword : your side, their side, and the truth.

En ligne Sergorn

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #41 le: 25 mars 2010 à 09:48:20 »
Bon bon bon. Et maintenant : la suite ! :o

Après Albator il parait logique de parler de l’autre œuvre emblématique de Leiji Matsumoto : à savoir Galaxy Express 999.

Pour le coup mon avis sera sans doute moins complet – parce que je dois avouer avoir une grosse lagune sur le sujet : si j’ai lu le manga et vu les trois films, je n’ai jamais regardé la série animée depuis ses premières diffusions, donc elle ne reste qu’un vague souvenir dans mon esprit (mais un très bon souvenir malgré tout – et déjà à l’époque j’avais tout de suite remarqué que c’était le même auteur qu’Albator).

Galaxy Express, quelque part c’est magique. Je dis ça, parce que plus encore qu’Albator le concept de base est totalement décallé : un train qui voyage dans l’espace. Dit comme ça - ça pourrait paraître risible mais pourtant on est captivé par ce train qui voile dans les étoiles et ça touche très clairement notre âme d’enfant avec ce desir comme Tetsuro de voyager dans les étoiles.    Tout ça offre un côté magique, d’autant que Matsumoto (à l’époque de moins) ne s’attardait pas sur une quelconque explication scientifique. Le train volait dans l’espace et c’était tout.

Pour moi le choc de Galaxy Express ce fut vraiment la vision en 1995 du premier film… en VO Sous Titré lors du cycle Cinemanga. Ce fut ma seule vision lors de ce cycle, mais qui m’a vraiment marqué tellement ce film est tout simplement magnifique. Une réalisation superbe pour l’épique, une mise en scène de main de maître par Rintarô, une histoire et des personnages captivants – et surtout une musique tout simplement magique. Cumulé à ça quelques apparitions bien senties d’Albator, Emeraldas et surtout Tochiro pour son sacrifice et ça en fait une petite merveille [:love]

La déception n’en fut que plus grande devant la vision de Sayonara Galaxy Express quelques années plus tard lors de sa sortie en VHS chez Kaze. J’ai vu parfois des gens le trouver supérieur au premier du fait de sa meilleure réalisation technique, mais j’ai du mal à comprendre pourquoi. Oh, le film n’est pas mauvais – loin de là – mais comme nombre de suites, il se contente malheureusement d’être une pale copie du premier épisode, reprenant à peu de chose près la même trame. En plus de ça le côté Dark Vadoresque du méchant (avec la révélation qui va bien en prime)  fait surtout lever les yeux au ciel, et les apparitions fugaces d’Albator et Emeraldas sont tellement gratuite qu’on aimerait presque qu’il n’en soit rien. Pour enfoncer le clou la musique est parfaitement oubliable et finit de réduire ce film au rang d’œuvre sympathique masi qui a du mal à s’imposer. Reste malgré tout de bonne idées, comme celle des humains servant de source d’énergie aux machines vingt ans avant Matrix :o

Pour le troisième film comme je le disais au dessus je l’avais bien aimé même si le côté « à suivre » laissait sur notre faim.

Venons en alors au manga : je me suis évidemment jeté sur Galaxy Express 999 dès la parution du premier tome chez Kana et ce fut un véritable plaisir de bout en bout je ne pourrais que me répéter par rapport à ce que j’ai dit sur le film (même si je dois avouer préférer l’apparence de Tetsuro dans ce dernier que dans le manga) et dire qu’il s’agit vraiment d’une œuvre maîtresse de Matsumoto avec en plus une fin digne.

Evidemment l’édition française étant basé sur la réédition japonaise elle nous permit d’enchaîner directement sur le second manga débuté en 1996. Je l’ai vu parfois critiqué, mais personnellement j’ai trouvé qu’il était parfaitement dans la lignée de la première partie – stylistiquement c’est tout simplement identique à ce qu’il faisait vingt ans plus tôt et c’est à peine si on remarque une vague différence dans les traits de Maetel. Mais scénaristiquement ça reste du grand Matsumoto avec cette destruction de la Terre qui fait froid dans le dos et ce Tetsuro en un des dernier représentant de la planète bleue.

Par contre ce qui frappe dans ce second manga, c’est à quel point celui-ci s’imbrique bien plus dans le Leijiverse. Le premier manga ne nous présenter que de très vagues apparitions de Harlock et Emeraldas – là au contraire les autres éléments de l’univers Matsumoto sont beaucoup plus présents (nos balafrés volant même parfois la vedette à Tetsuro dans les derniers tomes) y compris pour les œuvres plus récentes comme Galaxy Railways (le dernier tome établissant le lien de parenté entre le héros de cette dernière Manabu Yuki, et Kei Yuki de l’Arcadia).

Seul bémol sur ce second manga comme toujours : l’absence de fin :( Même s’il y avait eu près de 5 ans entre les tomes 20 et 21 (comme quoi il nous reste de l’espoir pour G :P), il parait clair maintenant qu’on n’en verra jamais la suite et c’est dommage – mais avec Matsumoto il faut s’y faire.

Comme je mentionnais Galaxy Railways : parlons-en ! Des créations récentes de Matsumoto c’est sans doute la plus marquante, voire même la meilleure. Ce spin-off de Galaxy Express (en plus d’être doté d’une réalisation technique irréprochable) nous permet de développer beaucoup plus l’univers de GE avec une histoire passionnante au cours de ses 26 épisodes, de l’action à couper le souffle et surtout des personnages forts comme Matsumoto sait les faire.

C’est avec une grande joie que j’ai appris que devant le succès de la série, Matsumoto allait enchaîner sur un Galaxy Railways 2. Malheureusement la déception allait être au rendez-vous. Je ne sais pas ce qui s’est passé entre les deux séries – mais ce qui frappe c’est l’énorme réduction de budget entre les 2 ; très clairement symbolisée par le passage du format 16/9 au format 4/3 et visible sur tous les plans : dessins, animations, mise en scène… (Comme quoi ça n’arrive pas qu’à Saint Seiya :D). En plus de ça la série est moins sérialisée que son prédécesseur, tournant plus autour de stand-alones ce qui est toujours dommage (même s’il y a tout de même une trame de fond).  Alors ça se suit sans déplaisir et c’est pas mauvais en soi, mais la qualité est tellement inférieure à la première saison qu’il est difficile de ne pas être déçu.

Je dois d’ailleurs avouer que je n’en ai vu que la moitié et que je n’ai toujours pas fini de la regarder, et que je n’ai pas vu non plus la courte série d’OAV « Letter from the Abandonned Planet » qui fait le lien entre les deux séries (bien qu’elle soit sortie après) et marque l’apparition du 999 et de ses personnages (et d’une réalisation de meilleure facture visiblement).

Après Galaxy Railways il est temps d’en venir aux autres spin off de Galaxy Express : ceux centrés sur Maetel, à savoir Maetel Legend et Space Symphony Maetel qui en est plus ou moins la suite.

Difficile de considérer Maetel Legend autrement que comme une œuvre fondatrice du Leijiverse. Il faut dire que le simple concept est assez énorme : faire le lien entre Queen Millenia, Galaxy Express 999 et Harlock. Nombre d’éléments simplement suggérés par avant y trouve alors une réponse précise : ainsi on y découvre que Maetel et Emeraldas sont sœurs, mais surtout que la maléfique Reine Promethium n’est autre que la « Reine Millenium » de la série éponyme. En ça la série est très intéressante en nous montrant certains fondements du Leijiverse, et notamment la transformation progressive la Reine Millenia en maléfique Promethium dans le but de sauver et mécaniser son peuple.    Hélas, trois fois hélas, la forme n’est pas à la hauteur du fond, cette série de deux OAV souffrant d’une réalisation tout bonnement médiocre, avec notamment de la répétition à outrance d’animation. Malgré tout c’est une vision essentielle pour tout fan du Leijverse, même si la réalisation technique gâche en partie le plaisir qu’on pourrait prendre devant.

Space Symphony Maetel est plus ou moins la suite de cette OAV – je dis plus ou moins parce que comme toujours avec Matsumoto la continuité entre les deux séries n’est guère développé (notament par le fait dont Space Symphony « oublie » le rôle jouer par Dager et ses manipulation de Promethium dans Maetel Legend), mais on reste bien chronologiquement après. En temps que préquelle de Galaxy Express, cette série joue néanmoins parfaitement son rôle – les personnages sont plus jeunes, Promethium est aussi plus ambigue et il y a beaucoup de parrallèles avec Galaxy Express et les aventures de Tetsuro. On y note aussi les apparition d’Emeraldas et de Harlock en plus jeune (qui comme dans Cosmowarrior Zero gouverne son « Death Shadow » qui visuellement est l’Arcadia de 78 en vert :o) – et c’est toujours un plaisir. La série étant courte on ne voit pas le temps passer et s’il garde un côté un peu anecdotique, c’est un tout cas un réel plaisir à suivre avec une fin très touchante.

Sur ce je dois de m’avouer une grosse lacune Leiji-esque de ma part. Je n’ai en effet jamais vu Queen Millenia, que ce soit le film (mais si je dois avoir un fansub qui traine quelque part), ou la série (si ce n’est quelque vagues épisodes choppés ci ou là sur Manga). Une lacune que j’espère combler un jour mais si je ne sais quand. En terme de lacune je me dois aussi de citer Super Submarine 99 que je n’ai encore jamais vu même si ça n’a pas de rapport avec le Leijiverse à priori. Je n’ai aussi toujours pas la collobaration complete de Leiji avec Daft Punk, juste quelques clips à la télévision…

Histoire de conclure avec les œuvres annexes du Leijiverse, je me dois de citer DNASyte 999.9. Que pour résumer j’avais vraiment trouvé daubique et sans intérêt malgré une bonne réalisation. Passe encore l’absence de suite mais le tout n’a pas grand sens, et les apparitions éclair d’Harlock et Emeraldas à la fin de l’unique OAV sont plus navrantes qu’autre chose. Je crois bien qu’il s’agit de la seule création de Matsumoto que je n’ai vraiment PAS aimé. Je me dois aussi de série la courte série d’OAV The Cockpit – qui là pour le coup est une véritable merveille, même si sans aucun lien avec le reste.

Ce qui nous laisse donc pour finir : Uchû Senkan Yamato. Là encore j’ai malheureusement quelques lacunes vu que ma vision de Yamato ce résume à l’heure actuelle uniquement à la première série – que j’ai d’ailleurs beaucoup apprécié avec son charme kitsch – et que je n’ai vu ni les deux séries suivantes, ni les multiples films. Après même si je sais qu’il l’a fait plus tard, j’ai beaucoup de mal à intégrer Yamato dans le Leijiverse, d’autant que même si Matsumoto a été très impliqué, il n’en est au final pas le créateur (Il a d’ailleurs perdu les droits qui sont revenu au co-créateur et n’a pas été impliqué dans le dernier film qui sort cette année). Ceci dit j’espère aussi avoir l’occasion de mater le reste de Yamato à l’occaz ^^

J’allais conclure ce post en disant que le gros soucis de Matsumoto en ce moment c’est qu’il semble n’y avoir rien de neuf à l’horizon depuis la fin de Galaxy Railways II – ce qui est un peu attristant vu la quantité de séries produite il y a quelques années. Sauf que quelques surfaces sur le forum AlbatorSSX m’ont révélé la sortie prochaine d’une nouvelle création originale de Matsumoto pour 2010 intitulée  « Zero Desigze ».

http://www.zerodesigze.com/

Et là comme on dit : c’est Noel ! [:jump]


Edit : Ah ben apparement la TOEI prévoit aussi un long métrage en CG de Harlock en 2012. Sceptique je suis même si les premières images sont pas trop mal.
http://www.animenewsnetwork.com/news/2010-03-24/captain-harlock-new-cg-pilot-images-staff-revealed

-Sergorn

« Modifié: 25 mars 2010 à 11:32:27 par Sergorn »

Hors ligne GOLD SAINT AIOLIA

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 17832
  • Total likes: 15
  • Bourguignon tête de Poissons
    • Voir le profil
Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #42 le: 25 mars 2010 à 11:48:40 »

Comme je mentionnais Galaxy Railways : parlons-en ! Des créations récentes de Matsumoto c’est sans doute la plus marquante, voire même la meilleure. Ce spin-off de Galaxy Express (en plus d’être doté d’une réalisation technique irréprochable) nous permet de développer beaucoup plus l’univers de GE avec une histoire passionnante au cours de ses 26 épisodes, de l’action à couper le souffle et surtout des personnages forts comme Matsumoto sait les faire.

C’est avec une grande joie que j’ai appris que devant le succès de la série, Matsumoto allait enchaîner sur un Galaxy Railways 2. Malheureusement la déception allait être au rendez-vous. Je ne sais pas ce qui s’est passé entre les deux séries – mais ce qui frappe c’est l’énorme réduction de budget entre les 2 ; très clairement symbolisée par le passage du format 16/9 au format 4/3 et visible sur tous les plans : dessins, animations, mise en scène… (Comme quoi ça n’arrive pas qu’à Saint Seiya :D). En plus de ça la série est moins sérialisée que son prédécesseur, tournant plus autour de stand-alones ce qui est toujours dommage (même s’il y a tout de même une trame de fond).  Alors ça se suit sans déplaisir et c’est pas mauvais en soi, mais la qualité est tellement inférieure à la première saison qu’il est difficile de ne pas être déçu.

Je dois d’ailleurs avouer que je n’en ai vu que la moitié et que je n’ai toujours pas fini de la regarder, et que je n’ai pas vu non plus la courte série d’OAV « Letter from the Abandonned Planet » qui fait le lien entre les deux séries (bien qu’elle soit sortie après) et marque l’apparition du 999 et de ses personnages (et d’une réalisation de meilleure facture visiblement).
J'avais acheté la saison 1 de Galaxy Railways DVD et je suis totalement d'accord sur tes propos, j'adore ce spin-off du en partie à ses persos charismatiques

Par contre ce qui tu as mis sur la saison 2 me fait peur et je dirais même que ça ne me donne pas envie de la regarder, préférant rester sur un bon souvenir de la saison 1(mais je pense que je la regarderais quand même par curiosité :D)

Pour les 4 OAV faudrait que je me les matte vu qu'ils sont dispos en VOSTFR sur dailymotion
« Modifié: 25 mars 2010 à 11:50:56 par GOLD SAINT AIOLIA »

En ligne Sergorn

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #43 le: 25 mars 2010 à 12:27:53 »
J'avais acheté la saison 1 de Galaxy Railways DVD et je suis totalement d'accord sur tes propos, j'adore ce spin-off du en partie à ses persos charismatiques

En parlant de ça d'ailleurs ils font chier de jamais avoir sorti la suite en France :(

-Sergorn

Hors ligne ArayashikiAlaya

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #44 le: 25 mars 2010 à 12:39:55 »
Vue la VF, ça serait une bonne idée de tout ressortir mais exclusivement en vost.
Understanding is a three-edged sword : your side, their side, and the truth.

En ligne Sergorn

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #45 le: 25 mars 2010 à 12:43:09 »
Vue la VF, ça serait une bonne idée de tout ressortir mais exclusivement en vost.

J'ai pas vu la VF, mais j'avais bien aimé la version Française du générique  :o

En parlant de VOST d'ailleurs faudrait que je me procure la version collector VOST d'Albator 84 aussi....

-Sergorn

Hors ligne GOLD SAINT AIOLIA

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 17832
  • Total likes: 15
  • Bourguignon tête de Poissons
    • Voir le profil
Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #46 le: 25 mars 2010 à 16:36:24 »
Vue la VF, ça serait une bonne idée de tout ressortir mais exclusivement en vost.
Il existe un coffret VO/VF de la série(c'est celui que j'ai) et il me semble bien que la série uniquement en VOST est sortie en DVD

« Modifié: 25 mars 2010 à 16:38:14 par GOLD SAINT AIOLIA »

Hors ligne SSK

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #47 le: 25 mars 2010 à 16:37:58 »
Je dois quand même avouer qu'en dépit de tout l'intérêt que je porte à RNK... je préfère quand même que la TOEI mettent dans la thune dans le nouveau film d'Harlock qu'ils viennent d'annoncer que dans ça....  [:miam]

-Sergorn
Moi aussi mais je me méfie du budget qu'ils vont mettre sur Harlock, perso j'aurais préféré que ce soit Madhouse qui s'en occupe, ils avaient fait du super boulot sur The Endless Odyssey, je n'ai plus confiance en la Toei
Mais powkoiiiiiiiiiii c'est eux qui lancent ça

Hors ligne GOLD SAINT AIOLIA

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 17832
  • Total likes: 15
  • Bourguignon tête de Poissons
    • Voir le profil
Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #48 le: 25 mars 2010 à 16:39:31 »
Je dois quand même avouer qu'en dépit de tout l'intérêt que je porte à RNK... je préfère quand même que la TOEI mettent dans la thune dans le nouveau film d'Harlock qu'ils viennent d'annoncer que dans ça....  [:miam]

-Sergorn
Moi aussi mais je me méfie du budget qu'ils vont mettre sur Harlock, perso j'aurais préféré que ce soit Madhouse qui s'en occupe, ils avaient fait du super boulot sur The Endless Odyssey, je n'ai plus confiance en la Toei
Mais powkoiiiiiiiiiii c'est eux qui lancent ça
A croire qu'ils veulent faire chi** leur monde jusqu'au bout [:pfff]

En ligne Sergorn

Captain Herlock et autres personnages de Matsumoto
« Réponse #49 le: 25 mars 2010 à 16:59:06 »
Moi aussi mais je me méfie du budget qu'ils vont mettre sur Harlock, perso j'aurais préféré que ce soit Madhouse qui s'en occupe, ils avaient fait du super boulot sur The Endless Odyssey, je n'ai plus confiance en la Toei

On parle de plusieurs milliards de yen pour leurs deux gros projets CG : Gaiking et Captain Harlock, qu'ils veulent qui plus est distribuer en occident et pas uniquement au Japon. Ils misent énormément sur ces deux films apparement, alors je me ferais pas trop de soucis pour le budget de Harlock - c'est plutôt pour tout ce qu'il produiront à côté qu'il va falloir s'en faire  [:lol]

Enfin il semble y avoir un staff plus que compétent derrière dont notament Shinji Arimaki (Appleseed) et Harutoshi Fukui (Gundam Unicorn) - donc j'aurais tendance à être relativement optimiste - à première vue, d'autant que le pilote a pas l'air dégueux.

Sinon après quelques recherces, j'ai lu que le tout dernier manga de Leiji Matsumoto "Out of Galaxy Koshika " (qui est disponible sur le WiiWare Japonais) serait lui aussi en train d'être adapté en anime.

-Sergorn

Tags: