Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Sbaka

Pages: [1] 2 3 ... 40
1
Non, la colonisation n'avait pas pour but d'émanciper les peuples qui y étaient soumis.

L'idéologie est un moteur du colonialisme.


Citer
Elle avait pour moteurs l'exploitation des richesses de leurs sols (sans leur en payer la contrepartie et sans leur en demander la permission), des ressources en transport, l'élargissement des pouvoir des gouvernants et cultes religieux en place (chrétiens, pour ce qui nous concerne), et le renforcement de positions stratégiques pour assurer l'équilibre entre les grandes forces qui dominaient le monde à l'époque (ou renforcer sa propre position par rapport aux autres).

C'est aussi le cas. Mais les intellectuels de l'époque qui soutenaient la colonisation ne le faisaient pas par cupidité. Ils pensaient qu'il fallait civiliser les sauvages, pour leur bien.

Citer
Ensuite, tu m'excuseras, mais la manière réductrice dont tu formules ta réponse me fait plus penser à du trolling qu'à une réelle question.
Par exemple, tu ne m'as même pas demandé de quoi je parlais en termes de "valeurs universelles",

Tu m'en as donné dans la réponse que je cité dans celle que tu quotes.

Ce n'est pas du "troll". Je pose la question parce que cela m'intéresse de savoir ce que pensent des gens qui ont réfléchi à la question.

Citer
tout comme tu ne t'es même pas posé la question des raisons qui ont pu pousser des sociétés à adopter des coutumes ou des traditions qui vont à l'encontre de valeurs telles que le respect de la vie humaine, par exemple.

L'article le décrit dans le cas d'espèce (en gros ils considèrent que c'est une forme d'euthanasie - selon le journaliste).

Citer
Quand tu parles de "gens qui ne veulent pas", qu'en sais-tu ? Il y a une énorme différence entre "gens qui ne veulent pas" et "gens qui ne peuvent pas faire autrement vu leur contexte et la situation dans laquelle ils vivent depuis des générations ou plus" ou encore "gens qui ne voient pas comment faire autrement vu leur situation et leur environnement", voire même "gens qui n'imaginent même pas qu'autre chose soit possible simplement parce qu'ils n'ont jamais côtoyé autre chose".

Certes mais concrètement, c'est un peu pareil. Or c'est le passage du théorique au pratique qui m'intéresse ici.

Citer
Bref, tu n'es pas dans l'argumentation, mais dans quelque chose plus proche d'une tentative de positionner mon avis comme invalide car il supposerait je ne sais quel usage de la force pour faire accepter ses vues par d'autres. Je me répète : nos avis sont irréconciliables, et c'est très bien ainsi.

En ce qui me concerne, cette discussion est close.

Fuu-chan.

J'oriente ma question sur un focus précis. On peut imaginer beaucoup de choses en théorie mais une difficulté importante est la mise en pratique. Ces sujets sont politiquement sensibles au point que l'immobilisme (absence de choix) est la non-solution la plus courante.

Pour ma part je suis ouvert à une poursuite de discussion.


Tu n'as de cesse de dire que nous n'avons pas le droit d'imposer nos manières à ces tribues, et qu'elles sont, de toutes façons, dans une posture de refus absolu. Oui, j'ai pris cela pour un avis figé, si c'est à tort j'en suis navrée, ta subtilité m'aura échappée, mais elle n'est pas facile à saisir.

Ce n'est pas bien grave, je sais que je suis lapidaire dans mes posts car assez feneant.

Citer
Je ne sais pas ce que dis BHL, et cela ne m'intéresse pas.

C'est dommage car le débat sur le sujet s'il t'intéresse, est passionnant.

Citer
Je dis juste, que la discussion et sûrement possible avec ces gens, et que des avancées sont certainement possible. Je ne prétends rien d'autre, pour cela il faudrait avoir leur opinion et je ne l'ai pas. Toi non plus. Pour quelles raisons ne s'adressent ils pas à nous ? Je ne sais pas. Toi non plus. À moins que tu n'aies interrogé la totalité des chefs, et qu'ils t'aient tous fait part de leur rejet de notre civilisation ?

En tout cas, l'appel à l'aide de la jeune fille sauvée et qui entame des études supérieures me laisse penser qu'il ne faut pas rester stoïque et se cacher derrière le devoir de respecter les coutumes des autres à tout prix.

Il faut voir aussi que tu répondais à un post dans lequel le problème de fond était abordé, nous avions donc déjà élargi le cas particulier de la tribu.

Concernant ton approche, dans les faits, elle a déjà été tentée, et parfois, ne suffit pas. Que fait-on alors ? Difficile de répondre.

2
J'ai répondu à cela : je n'ai pas d'avis figé.

Tu es manifestement de celui de BHL. Il ne t'aura pas échappé qu'il est controversé.

Je ne te ferai pas l'offense d'une remarque acerbe toutefois.

3
Au delà de la loi, je parle de bon sens ; s'il est possible pour des parents de sauver leur enfant, ils choisiront cette option.

Partir du postulat que le chef veut rester dans l'obscurantisme, c'est inepte : on n'en sait rien et c'est avoir l'esprit bien mal tourné que d'imaginer que ce sera forcément le cas et qu'aucun dialogue ne sera possible. La quasi totalité de ces tribues savent qu'il existe un autre monde autour d'eux.

Et faire un parallèle entre la colonisation et l'évangélisation avec les progrès de la médecine et le fait de sauver des vies, je trouve cela déplacé et de mauvais goût.

Vu que les tribus savent qu'il existe quelque chose d'autre, pourquoi n'ont-ils pas déjà demandé de l'aide à ce sujet ? Puisque les parents sont censés tout faire ? Pourquoi ne quittent-ils pas la tribu? Pourquoi n'envoient-ils pas des émissaires pour présenter les problèmes qu'ils rencontrent et demander si il existe des solutions pour ceux-ci ?

Peut-être en savent-ils justement trop sur ce que la société "moderne" implique en terme de mode de vie et que c'est ton mode de vie qu'ils qualifient d'obscurantiste.

4
Ni philosophe ni politique, j'essayais juste d'avoir l'esprit pratique.

C'est une question d'ouverture d'esprit : si des solutions existent, pourquoi les refuser ?

Une solution est de forcer la tribu en question de suivre la loi brésilienne. Si le chef refuse, on l'envoie en prison.

C'est une colonisation, et c'est politiquement "délicat" de le faire.


Pour le rajout:
Citer
Pose la question aux parents qui ont dû sacrifier leur enfant, je suis sûre de la réponse.

Tu réagis dans ton contexte culturel, avec ta vision, et ton appréciation de ta propre psyché. Mais je n'en suis pas aussi sûr que toi.

5
Je ne crois pas que "la vie" soit une valeur. C'est un fait, un état, mais pas une valeur dont on peut juger la pertinence de manière aléatoire et selon son point de vue personnel.


Une vie ne vaut rien mais rien ne vaut une vie, comme l'on dit.

Tu places le débat sur le plan philosophique pour ensuite le replacer sur le plan politique dans la dernière partie de ta réponse.

Déjà, concernant le plan philosophique, des exercices de pensée bien connus du type "laisserais-tu mourir une personne si ce meurtre permettait d'en sauver 2, Puis 10, 1000, un million ?" sont un peu du même ordre. À ce moment il faut justement se poser la question de si la vie est une valeur ou un compte numérique.

Citer
Vous allez dire que je réagis de manière primaire (et c'est peut-être le cas), avec mes tripes de maman, mais je ne crois pas que quoi que ce soit au monde puisse cautionner le meurtre d'un enfant, si ce n'est pour abréger de souffrances fatales. De plus il est clairement fait mentions de croyances/superstitions concernant des enfants de femme célibataire par exemple, ce qui rend la chose encore plus incompréhensible.

N'est-il vraiment pas possible de respecter ces peuples en leur laissant simplement entrevoir que d'autres solutions existent pour ces cas jugés difficiles, et qu'on peut leur apporter cette aide sans pervertir leur culture ? Ce serait certainement difficile au début (nous sommes tous rétifs au changement), mais toutes les civilisations évoluent, je pense que ce petit effort peut aussi être perçu comme une bénédiction pour eux, car au fond,  personne ne veut voir mourir ses enfants.

Donc en reprenant l'aspect politique : si ces gens ne veulent pas entendre parler de la moindre ingérence de ta part, que choisis-tu de faire - partant du principe que tu disposes de moyens cohercitifs à ta disposition ?

6
Perso c'est vite réglé, les coutumes tellement infectes qu'elles me donnent envie de gerber, je préférerais encore me faire arracher les deux yeux que de respecter ça  [:petrus]

Heureusement qu'on est à une époque où la barbarie est globalement réprimée ( quoique... ), sinon on serait encore à l'âge de pierre...



La question étant : souhaites-tu fermer les yeux si ces coutumes sont appliquées loin de chez toi ou faut-il agir pour qu'elles cessent, quand bien même elles n'ont aucun impact sur ta vie et celle du coin où tu habites.

7
Euh, personnellement, la repentance post-coloniale, ce n'est pas mon problème, je n'en souffre pas, merci. Reconnaître le mal que mon pays a fait à des populations n'implique pas que je me sente coupable du passé.

Et, "imposer mes valeurs" ?  [:tsss]
Tu poses ta question comme si je m'appelais Donald Trump ou si j'étais le fier dictateur qui commande au monde entier, ce que je ne suis pas (et c'est heureux, surtout pour moi, d'ailleurs).
La réponse devrait pourtant couler de source (même si elle est, je l'admets volontiers, idéaliste et utopique), si tu as déjà lu les avis/opinions que je poste de temps à autre.
Je te donne quelques indices :
- partage des richesses
- partage des connaissances et des moyens
- communication et échanges non basés sur la quête de profit maximal immédiat à tout prix
- éducation des enfants, et des petites filles et jeunes femmes en particulier
- émancipation

Ceci dit, peut-être es-tu de l'avis qu'il faut respecter de manière absolue toutes les coutumes et traditions de chaque société. Auquel cas, nous nous trouvons simplement devant une divergence irréductible de points de vue, et cela clôt la discussion.

Fuu-chan.

L'exemple le plus récent de mise en oeuvre de "un ensemble de valeurs universelles doivent s'appliquer à tout être humain, d'où qu'il ou elle vienne et où qu'il ou elle soit." étant la colonisation, qui n'a plus vraiment bonne presse, je me demande comment concrètement tu fais.

(Pour la dernière remarque, je me garderais bien d'avoir un avis figé sur ce sujet qui est ouvert et enflamme la planète depuis deux siècles)


8
"doivent s'appliquer"

En ces temps de repentance post-coloniale, comment imposes-tu tes valeurs aux gens qui n'en veulent pas ?

9
Je crois que ce sera le dernier film Marvel que j'irai voir au cinéma.

Celui d'avant c'était Gotg2 et je l'avais regretté, il était nullos ; j'avais aussi vu Spiderman dans l'avion, aussi insipide que le repas servi  [:lol]

Pas vu doctor strange ni black planter ni thor donc, mais vu la profondeur des persos je pense que ça ne m'a absolument rien fait louper.

Bref c'est n'importe quoi, c'est Ready Player One, sans enjeu, sans cohérence, sans émotion.

Le seul moment qui m'a accroché mais qui finalement a fait pshiiit
Spoiler (click to show/hide)
Mais on n'en entend plus du tout parler après.

Quand je pense à avengers 1 que je me souviens avoir bien aimé, que de chemin parcouru.

La suite sera un bon film d'avion entre le décollage et l'en-cas réchauffé...

10
Détartrer les chiottes au coca, j'ai essayé. Oui, ben j'ai obtenu de bien meilleurs résultats avec du WC Net  [:aie]
OK mais as tu bu un petit cocktail WCNet-Coca pour te détendre après le ménage ?

11
Une recherche Google donne beaucoup de résultats qui alimenteront le débat.

Mais ça paraît quand même assez évident au simple goût qu'une consommation excessive de ce truc ultra sucré et acide va pas faire du bien. Comme le whisky quoi, à la première gorgée tu sens que t'en boire une bouteille par jour va pas aider ta prochaine analyse sanguine....

12
Cinéma/TV / Re : Star Wars! NOOOOOOOOOOOOOOOO!!!!!!!!!!
« le: 09 avril 2018 à 18:13:40 »
Ça a l'air sérieux mais... Ça raconte quoi ?  [:petrus]

13
Cinéma/TV / Re : Re : Prêt joueur un ?
« le: 08 avril 2018 à 01:26:21 »
Alors déjà, si j'ai adoré les goonies étant gosse c'est pas pour le vulgaire mais bel et bien car c'était de l'aventure avec un grand A avec des persos de mon age a qui je pouvait m'identifier, avec des pirates, des pièges, des gadgets, des persos très sympa, des méchant cool, des bonnes réplique.

Et pour le reste, tu trouve vraiment positif qu'on ai plus la liberté de faire un film comme les goonies ou retour vers le futur à cause de la pression des SJW et que les grandes boites sont trop contente de les écouter?

Des films d'aventure il y en avait des tonnes, mais celui-là avait ce ton, très irrévérencieux qui était le petit plus qui l'a rendu culte. C'est comme les crados ou les gremlins, c'était une époque où on faisait du un peu crade, un peu dégueu, parfois vulgos, avec des gros mots.

Aujourd'hui ce n'est plus le cas, mais je ne pense pas que cela aie à voir avec les "SJW". Le politically correct date de bien avant.
Je pense que le gros des films pour gamins s'est déplacé des films live aux films en 3D, à partir de l'époque Toy Story. Or en dessin animé il y a une retenue, c'est plus lisse par définition. Un personnage de méchant ne peut pas, en 3D, être aussi "moche", plein de boutons, de rides et de cheveux gras, de barbe dégueu et de bave comme ceux des Goonies. Il est forcément lisse comme le rendu 3D. Du coup mettre de la vulgarité serait un gros décalage. Je pense que cela a dû aseptiser toute la production pour les enfants / jeunes ados. Le seul film qui m'ait fait penser au style des années 80 c'était super 8 mais il était très gentillet, les garçons et filles très propres sur eux. Idem pour strangers things.


Et justement, les persos du film sont moins développés, et donc moins intéressants que dans le livre.

Pardon mais cette remarque n'est pas pertinente.
Déjà ce n'est pas parce qu'ils sont moins développés, qu'ils sont mal développés.
Ensuite il faut voir ce qu'est le support. Un livre offre naturellement un développement de personnage plus important. Un film offre en général une intrigue ramassée. Un film est plus proche d'une pièce de théatre et son unité de temps/lieu/action que d'un livre qui s'étire dans la longueur d'une phrase ou de centaines de pages avec une structure qui peut être totalement différente. Un livre est fait pour être lu en plusieurs fois, pour que le lecteur reprenne sa lecture après un ou plusieurs jours de pause, alors qu'un film est fait pour être ingurgité d'une traite.

Certains livres sont très cinématographiques en ce sens qu'ils ont l'air d'être un scénario de film, et donc leur adaptation ciné est très simple, mais ce n'est pas le cas nominal.

On a le même cas avec les gens qui disent que le film CDZ legend of sanctuary est une trahison du dessin animé. Ces gens n'ont pas compris que dans cetta adaptation, le protagoniste est seiya, les autres shun, shiriu et hyoga sont des perso secondaires (donc aux intrigues et histoires pauvres). C'est fait exprès. C'est ce qui rend ce film digeste, contrairement aux anciens films dessins animés qui étaient, il faut le reconnaître, mal mis en scène.

Dans le cas d'espèce le personnage principal de RP1 est le garçon, et sont développement est bien fait. Il est présenté correctement, ses désirs et besoins sont clairs, l'objet de sa quête aussi, il est rendu sympathique.
Les autres persos sont comme shun, shiriu et hyoga dans legend of sanctuary : des persos secondaires. Il n'y a que la fille, comme objet de la quête "intérieure" du héros (décrocher son coeur) qui est un peu plus développée. Je regrette mais la structure du film est bonne et les persos à ce titre sont bien faits.
Peut-être que dans le livre "h" et les deux autres sont plus développés, mais c'est un livre, c'est pas le même support.

Ce n'est pas l'adaptation que tu aurais aimé, mais au final le film est bon.

14
J'ai rarement vu un tel niveau de fragilité dans une conférence de presse clandestine cagoulée.

Même le chien a l'air d'avoir peur des chats  [:shinobu1]

15
Cinéma/TV / Re : Prêt joueur un ?
« le: 06 avril 2018 à 22:08:02 »
Mais parce qu'on est plus dans les années 80.

Les Goonies ont plus aux gamins de l'époque parce que le film était aussi vulgaire qu'irrévérencieux. Aujourd'hui se moquer du petit gros de la bande avec la danse du bouffi bouffon ou mettre en avant un personnage comme synock handicapé physique et mental est impensable.

Je rappelle que Spielberg a remplacé les pistolets de ET par des talkie walkie.

Même dans retour vers le futur il y a des choses qui ne passeraient plus, comme les terroristes, l'inceste, le machisme.

16
Je reprends un article dont Pfedac a donné le lien en CB pour faire un point :
https://www.ladepeche.fr/article-amp/2018/04/05/2774159-etudiant-e-universite-jean-jaures-mirail-depeche-midi.htmlLes rectorats ont OBLIGATION de caser les candidats qui n'auraient pas été retenus. Charge aux personnes concernées de se manifester et libres à elle d'ensuite refuser ce qui leur serait proposé.C'est sûr que si on ne demande que du sélectif ou du contingenté, on s'expose au risque de n'être retenu nulle part.
Les places disponibles dans chaque Licence ont été calculées en fonction du nombre d'inscrits les années précédentes avec une majoration conséquente. A moins d'une explosion des demandes et d'une chute drastique de l'évaporation annuelle et automatique des admis avant même la rentrée, la situation ne peut pas être radicalement différente.Pour rappel, le budget d’une formation dépend en bonne partie du nombre d'étudiants qui y sont inscrits. Une filière n'a donc aucun intérêt à réduire volontairement le nombre d'étudiants qu'elle accepterait, à moins de contraintes matérielles empêchant la gestion d'un volume trop important d'étudiants. De ce point de vue, la stabilité est essentielle.
La mise sur liste d'attente est évidemment un problème pour beaucoup de gens, mais comment faire autrement quand il y a 1000 demandes pour 100 places ?Sauf qu'il n'est pas possible de faire de sélection, simplement établir des critères qui permettent de classer les candidats. Je vais l'écrire en gras, car j'ai l'outil sous les yeux, Parcoursup ne permet pas d'exclure qui que ce soit du classement d'une filière non sélective. C'est matériellement impossible à moins de mal paramétrer, ce qui revient à s'exposer automatiquement à un recours. Il n'est à aucun moment possible d'exiger un bac S pour entrer dans une filière. Un bac S (ou autre) peut se voir valoriser, mais un excellent bac agricole restera probablement toujours plus haut dans le classement qu'un bac S moyen.Nous sommes majoritaires parce que nous sommes légitimes, et comme nous sommes majoritaires nous sommes légitimes.Le système actuel, comme l'ancien, ne permet pas de bloquer l'accès à l'enseignement supérieur.Je vois pas le rapport avec une réforme de l'accès à l'enseignement supérieur.Je ne suis pas sûr qu'empêcher des gens de travailler (personnel administratifs, enseignants), empêcher les étudiants d'apprendre ou de participer aux examens et donc de réussir leur diplôme et dégrader le matériel (et donc d'imposer des dépenses publiques supplémentaires) soit une démarche profondément égalitaire.La destruction de biens publics, et la proposition de démarches impossibles à réaliser faute de moyen ou de réalisme, me permettent de douter.

C'est intéressant parce que cela parle directement de l'idéologie.
Est-ce que l'égalité, c'est que tout le monde puisse aller dans une filière par son seul choix, ou bien en fonction de son seul mérite et donc, de la compétition.

En gros c'est la compétition qu'ils rejettent. Or le mérite, c'est la compétition.

Ce qui m'étonne c'est qu'il me semblait que c'était déjà comme ça en fait. Au pire la compétition est faite à l'issue de la première année (exemple avec le concours de médecine qui élague pas mal).

17
Étonnant que tu insistes sur la définition de "collective" alors que c'est surtout l'autre mot qui est important.

Sur wiki:
"La responsabilité est le devoir de répondre de ses actes, toutes circonstances et conséquences comprises, c’est-à-dire d'en assumer l'énonciation, l'effectuation, et par suite la réparation voire la sanction lorsque l'attendu n'est pas obtenu."

Pour moi c'est différent de ce que tu énonces que je qualifierais de "faire un boulot d'historien".

18
En fait cette notion de "responsabilité collective" elle veut dire quoi exactement ? Tu es responsable de quoi ? Et tu coup en tant que responsable c'est quoi ton châtiment ? Est-on aussi responsable des choses bien qui ont été faites ? En mérite-t-on ainsi une récompense ?

Qu'est ce qui te rend responsable, le déclencheur ? Le fait d'être né dans un pays te rend responsable ? Ou juste le fait d'être belge ? Si tu es de nationalité belge mais né de parents de nationalité congolaise es-tu aussi responsable ou la responsabilité est une notion de droit du sang et pas de droit du sol ?

Ce sont des questions rethoriques évidemment.

Tout ceci n'est qu'une histoire de morale contemporaine.

La responsabilité collective pourrait très éventuellement être invoquée si tu votes pour un candidat qui propose dans son programme d'élections d'aller faire la guerre je ne sais où en employant des moyens que la morale d'aujourd'hui réprouve.

Sinon cela justifie la rancune perpétuelle : un japonais d'aujourd'hui devrait détester un américain pour la bombe.

19
Cinéma/TV / Re : Soirées ciné =)
« le: 31 mars 2018 à 19:19:56 »
Ben il y a des armes efficaces qui existent, les robots.

Sauf que les positionner près de la faille au lieu de les foutre juste à côté des villes en attendant que les monstres y arrivent serait moins con.

Enfin, ils y pensent à la fin du film, une fois la dose de spectacle achevée  :D

20
Cinéma/TV / Re : Prêt joueur un ?
« le: 31 mars 2018 à 19:15:50 »
Vu aujourd'hui.

Je l'ai trouvé très sympa !!  [:onion tears]

Dans le marasme émotionnel des films modernes celui-ci est au dessus du lot.

Techniquement parlant c'est tellement au-dessus des bouses actuelles, que ça en est presque honteux de penser au carton pâte et au ridicule de ce que sont devenus les films de super héros.
C'est visuellement original, et c'est tellement rare que rien que cela mérite d'aller le voir, mais à la différence de Valérian on a des personnages et des enjeux, clairs et identifiables, des énigmes intéressantes.

Le fait de faire une histoire qui confonde virtuel et réel avec une telle clarté de mise en scène me paraît hallucinant.
Les héros sont cools, bien écrits, on a envie qu'ils s'en sortent. C'est bien foutu. Tout s'emboite parfaitement. Enfin une histoire complète qui n'est pas faite pour préparer à des suites.


Je vois seulement deux remarques à faire.

1. Le début est narré par le héros extradiegetiquement et cela laisse en dehors du film en empêchant l'immersion. Je ne comprends pas trop l'intérêt vu que tout ce qui est dit pourrait être montré sans souci, c'est d'ailleurs presque le cas. Cela retarde l'effet de sympathie pour le héros.
Heureusement cela passe vite et on peut rentrer dans l'histoire et les héros sont attachants, certains persos secondaires aussi et leur arc narratif est complet. On rit et on pleure, on se demande même s'ils vont s'en sortir ! Donc ce serait presque parfait sauf que...

2. Il n'y a pas de violence.
Spielberg a manifestement été obligé depuis quelques années de se moderniser et pour moi le remplacement des pistolets par des talkie walkie dans E.T. en est le symbole.
Ici c'est pareil, on a des références à des films des années 80 où la violence était omniprésente et son absence ici saute ainsi aux yeux.

Le seul point qui me paraît ultra audacieux à ce titre et donc nuance cette critique, c'est le passage hommage à shining. Bon par contre pour celui qui n'a pas vu shining ça doit être un peu WTF.
Mais le passage où
Spoiler (click to show/hide)

est mal géré. À la rigueur il aurait du le faire sauter.

Concernant les références geek enfin, je n'ai pas de commentaire particulier, si ce n'est que le passage
Spoiler (click to show/hide)
est un climax parfait dans le morceau de bravoure du film, qui est OUFISSIME surtout comparé aux batailles insipides de ces dernières années genre l'aéroport dans civil war.

Mais le propos du film est : cessez d'être des gros geeks, sortez de chez vous et partagez avec des êtres humains. Donc au final, se repasser le film pour essayer d'en relever toutes les références, serait prouver qu'on ne l'a pas compris !
Bien joué Spielberg  [:jap]

21
Cinéma/TV / Re : Soirées ciné =)
« le: 29 mars 2018 à 16:06:19 »
Autant dans pacific Rim 3 on aura droit aux OVNI... À ce compte, restons chez nous

22
Cinéma/TV / Re : Soirées ciné =)
« le: 29 mars 2018 à 15:56:41 »
Pacific Rim en Nationale 3.

23
Cinéma/TV / Re : Re : Re : Soirées ciné =)
« le: 29 mars 2018 à 15:52:42 »
Des monstres de plusiers dizaines de m de hauteur qui ne croulent pas sous le poids de leurs propres organes, C PA REALISS'

En revanche attendre plusieurs centaines de morts pour sortir l'épée qui aurait fini le duel en 30 secondes c'est très realiss  [:lol]

24
Cinéma/TV / Re : Soirées ciné =)
« le: 29 mars 2018 à 15:48:50 »
On ose croire que même au bord de l'extinction les scientifiques militaires et politiques auront l'idée  de considérer concentrer les armes à proximité immédiate autour de la faille que construire un mur de 5 mètres de haut sur les côtes à plusieurs milliers de kilomètres plus loin.

25
Ce n'est pas le cas, d'autant plus dans un environnement bruyant où les gens sont focalisés sur autre chose, à l'exact opposé d'où pourrait venir les tirs. Il suffit de voir les vidéos de l'époque pour se rendre compte que même si quelqu'un avait eu une arme, il n'aurait non seulement pas pu réagir à temps, mais aurait dû viser à travers une foule en panique.
Quant à savoir si la sécurité du bâtiment aurait dû être armée, c'est un autre problème : ce n'est pas une banque et il n'y a aucun intérêt à attaquer un établissement de ce type, encore mins avec des armes de guerre. Sauf à être un terroriste. Et on ne va pas armer chaque vigile (qui sont des civils) du pays. On se heurte donc à deux notions totalement différentes du rapport aux armes, et c'est donc un dialogue de sourds.

Et l'actualité récente a prouvé que n'importe qui peut, en fonction de son état psychologique, peut être pris de pulsions plus ou moins irrépressibles. Que ce soit un gamin, un prof, un policier, un militaire, un infirmier, un agriculteur, n'importe qui peut péter les plombs, alors armer tous les vigiles du pays c'est risquer d'encourager la violence (envers les autres ou soi-même).

Être armé n'est pas suffisant, il faut aussi être "entraîné".
Effectivement si tu mets des flingues dans la main de jeunes Parisiens ils ne sauront même pas comment on s'en sert.

Dans d'autres pays ce n'est pas la même...

Pages: [1] 2 3 ... 40