See likes

See likes given/taken


Your posts liked by others

Pages: [1] 2 3 4
Post info No. of Likes
Re : [Opinion] Saga des Gémeaux Hanzo a raison [:valls]!!!

Edit: Damien soutient  [:okita] (tout ça pour dire qu'on est chez Hanzo et qu'on doit le soutenir pour avoir à manger).

Plus sérieusement, je ne comprends vraiment pas les gens qui trouvent Saga si fantastique. Ok, le gars a pris le pouvoir au nez et à la barbe de tous. Mais bon, faut être honnête, vous l'avez trouvé brillant, vous dans Saint Seiya classique [:haha pfff]? Déjà, niveau intelligence, reconnaissons qu'il s'entoure de suiveurs incompétents, Gigas, Phaeton, DM, Aphro, etc... Franchement, à part Shredder et Arthur dans Kaamelott, qui peut se targuer d'avoir recruté dans son équipe des boulets pareils?

Ensuite, sans déconner, niveau puissance, c'est une buse absolue. Le Gars a reconnu s'être fait battre par Shun  dans la troisième maison!!!!!! Shun quoi, vous voulez revoir la vidéo? Shun, donc, le mec que Mime a battu, que Rune a battu, que la Scoumoune a battu, que Bud a battu, que Siegfried a battu, que Kassa a battu, que Pharaon a battu, que Eligor a battu, que June a fouetté, et la liste est longue. Diantre même Cerbère le chien mutant des enfers l'a battu, quoi!!!

Et Saga, paf un coup de chaîne dans la tronche et il fait dans sa toge, quoi. Même pas il tente le round deux. Pitoyable!! Et je ne parle même pas de la dérouillée monstre de Saga dans Abel. Le mec se fait battre par Seiya quoi! Seiya quoi!!!! Vous voulez la liste des mecs qui ont battu Seiya en prime? Ensuite, pour cacher sa défaite, Môsieur Saga est obligé de se sacrifier pour vaincre Jao. Jao quoi!!! Le mec qui n'a jamais battu personne (tout seul)!!! Vous imaginez si Saga était tombé sur Atlas, il se faisait violer quoi!

Ensuite, étudions son tableau de chasse dans Hadès. Donc Saga a tué... le mec a qui il a piqué son armure et pis c'est tout

A-t-il tué Shaka (à trois contre un, à la régulière quoi)? Que nenni. A-t-il tué Milo (Milo quoi, le me qui a failli perdre contre Albior de Céphée)? Loser va [:pfft].

Et dans G, parlons en de G!! Qu'est-ce qu'il fout dans G? (Non c'est une vraie question, je m'en rappelle même plus).

Alors oui, SOG a tendance a (un peu) tenté de faire reluire son blason. Mais, n'est-ce pas mettre du polish sur une vieille 4L branlante, je vous le demande?


06 août 2015 à 20:54:39
11
Re : Prison School - Pour votre déviance, mangez 7 péchés par jour ! Ayé, j'ai fini de tout lire (même les derniers chapitres en date [:shura]).


Spoiler (click to show/hide)


31 août 2015 à 23:31:14
1
Re : Conneries du net ^^ Ca a été posté ça?


27 décembre 2015 à 18:32:56
1
Re : Re : Les films Saint Seiya
Des avis très divergents concernant les films 1,2,3 et 5. Seul Lucifer semble faire la quasi unanimité contre lui... Par curiosité, je voudrais bien lire les justifications de ceux qui ont choisi ce film comme étant leur favori.

En voilà une belle occase [:miam]. Pourquoi avoir mis Lucifer en tête? C'est à la fois simple et compliqué. Lucifer est le plus moche des films, l'action est du déjà vu et revu, les adversaire sont pourraves, etc, etc...  Ben oui, c'est vrai, mais Lucifer a plein de petits points qui le surclassent par rapport aux autres.

Déjà, première scène, quatre ombres descendent du ciel et dégomment Mû [:dawa] [:jump]! Oh mon dieu, monsieur Lucifer le film, quel coquinou vous faites!  Vous êtes le premier à m'avoir donné un orgasme aussi vite et sans préliminaires  [:bave]! Merci ô Lucifer le film pour cet instant de bonheur !

Et ça ne s'arrête pas là, comme Wild, j'adore la suite avec les quatre autres golds qui y passent aussi [:sparta1]. Ah le Saint Seiya d'origine, où le pouvait encore se permettre de dézinguer du gold sans craindre de faire chuter les ventes de Myth cloths, c'était quand même le bon temps! Entre parenthèses, même chose pour Abel, quand on voit ce qu'est devenu Saint Seiya, via TLC, G, Sog, etc... ça me donne encore plus envie de défendre ses pépites, devenues symboles de résistance à l'hégémonie dorée!

Bref, revenons en à Lucifer, pour l'instant. Là aussi, ça va faire grincer quelques dents, mais tout WTF qu'il soit, le doublage français du film est un plus indéniable. Diantre, mais le doubleur de Lucifer, c'est Jean pierre Leroux! Le comédien qui double Egon dans Ghostbusters  et Murdock dans Mac Gyver [:chiyo1]! Même si Lucifer le perso a un look contestable, je ne peux m'empêcher de savourer comme une madeleine de Proust chacune de ses lignes de dialogue. Parce que Leroux, c'est un comédien génial, avec une voix inimitable qui rendrait charismatique n'importe quel perso, même le plus pourrite. La preuve!

Ensuite, toujours sur Lucifer le personnage, j'adore son côté, j'ai plein d'ennemis parce que je suis un magouilleur de première. Viré de l'Olympe, il s'est déjà battu contre Athéna, Marishi ten (une illustre inconnue, à cette partie là de l'intrigue) et a été emprisonné par Hadès. Pour ce dernier, c'est un délire de la VF, soit, mais ça enfonce quand même bien le clou. On a donc un gars assez dangereux pour revenir à intervalle régulier a avoir nécessité plus d'un allié du "bien" pour le vaincre. Lucifer est donc un ennemi hors norme, détail qu'il confirme avec son alliance contre nature avec trois divinités connues. En Extrapolant, c'est peut-être ça qui le rend le plus dangereux et atypique. Il n'est pas très puissant, mais s'est démerdè pour exploiter les pouvoirs de trois Dieux. Ca vous pose un Ange déchu, ça ma bonne dame. Surtout quand, de base, on apprécie déjà tout la démonologie chrétienne.

Vient ensuite l'autre héros du film qui n'est autre que... le Pandémonium, le temple de Lulu. D'ordinaire, je ne fais pas trop gaffe aux décors, parce qu'en règle générale dans Saint Seiya ce sont:

soit des temples/colonnes/tours d’inspirations diverses et variées,

Soit des paysages de nature, souvent hostile la nature d'ailleurs.

Mais le Pandémonium, ça a beau n'être "qu'un" temple, il pète la classe [:???]. Dès que les bronzes retournent au front, on a l'impression qu'ils ne font que courir sur plusieurs kilomètres de long. C'est du jamais vu, dans Saint Seiya, un décor aussi immense et continu. Pour un peu, on se croirait dans une nouvelle de Lovecraft, tellement c'est cyclopéen. Surtout que voilà, ce ne sont pas juste des marches, y aussi pas mal de déco de ci de là, des statues de démons, par exemple. Bref, même si la qualité visuelle n'est pas toujours au rendez-vous, le cottage de Lulu est la vraie grande réussite graphique du film.

Viennent ensuite les musiques à l'orgue, genre fin du monde. Classe, pro, propre, ça colle bien à l'ambiance, surtout quand Leroux tape son monologue devant la statue d'Athéna. Rien que pour ça et la tannée des golds et des bronzes, la première partie du film est donc un pur moment de bonheur. Forcément, ça se gâte un peu dès que les bronzes y vont de leur petit sauvetage du monde [:haha pfff]. Les Anges déchus ne sont pas si terribles que ça, les combats sont courts (mais par soporifiques pour autant, comme c'est devenu la norme sur les productions Saint Seiya actuelles) et tout finit encore par une flèche d'or dans le fondement du méchant. Ha, conformisme quand tu nous tiens...

N'empêche que Lucifer est, pour toutes ces raisons, le meilleur du lot.

25 janvier 2016 à 00:14:57
2
Re : Re : Re : Re : Les films Saint Seiya
Oui enfin ça c'est comme dans le film précédent, c'est de la goldobranlette dissimulée, en fait  [:aie]

Genre "oh mon dieu ils sont kro forts, ils ont battu les chevaliers d'ooooooooooooor "

Oui et non, on n'est plus dans la même problématique qu'à l'époque. Avant les golds étaient des cadors, c'est un fait, mais on avait encore le droit de les battre sans que personne ne hurle au blasphème. Y avait rien d'illogique à montrer des ennemis capables de battre ce que l'armée d'Athéna avait de plus puissants. C'est même très shonen, comme approche, le coup de l'ennemi plus fort que le précédent, surtout quand ledit ennemi s'est rangé du côté du héros. C'est pour ça que, dans DB par exemple, Piccolo senior est plus fort que Tenshinhan, Nappa est plus fort que Piccolo, Freezer est plus fort que Vegeta, etc, etc..

Donc oui, même si rétroactivement ça fait grincer les dents de certains, voir Bud, Sorrento, Atlas et ses potes ou la clique de Lucifer étriller du gold, c'est logique et normal. Tout simplement parce que, pour puissants qu'ils soient, les golds n'étaient pas les héros, mais des seconds rôles que les bronzes devaient dépasser et, par corolaire, venger. Le hic est venu de la vénération des fans, qui a conduit aux abus actuels (quoique Kuru avait bien foutu la m... avec Hadès). Maintenant, y a plus moyen de tuer un gold sans :

- Qu'il y ait un voire plusieurs dieux en face, ou mieux un autre gold pour faire pleurer dans les chaumières
- Qu'il ait un Kekkai qui traîne et affaiblisse fourbement le sacro-saint Gold
- Que le Gold soit malade ou qu'il ne se sacrifie pour sauver un tiers

Les golds sont devenus intouchables, purement et simplement [:pfft] [:kred]. Et, comme à la différence des bronzes, ils sont sensés ne plus avoir de marge de progression (mouais, l'armure divine dans SOG, mais bon, pour ce que ça change...), leurs combats en sont devenus risibles, car déséquilibrés comme c'est pas permis.

Pour en revenir au sujet du topic, je dis merci aux films d'exister, au moins en tant que symboles de cette époque révolue où le monde de Saint Seiya ne se concevait pas qu'en doré.

25 janvier 2016 à 22:35:25
4
Re : Re : Les films Saint Seiya
C'était déjà le cas à l'époque, dès la fin des années 80... Les combats des Golds entre eux dans Hadès étaient des simulacres, afin qu'ils ne perdent pas trop la face. Ceux vaincus par Rhadamanthe voyaient leurs te, il t'est désormais impossible d'enflammer ton cosmos".

Tout à fait d'accord, alors que cela fait suite à Albior qui, besoin scénaristique oblige, tenait la dragée haute à Milo. Y avait aussi Cassios et son mode gros câlin qui contenait un temps Aiolia, même chose pour Shun-rei et DM. Sans parler de Bud qui se paye le luxe de mettre à mal Shaka dans l'outside story, et à la loyale en plus.  En ce temps, les Golds n'étaient pas si infaillibles que ça.

Les Golds, jusqu'à Hadès, je le voyais plus avec un rôle de Sempai. Ils avaient tout des vieux briscards qui allaient se faire remplacer dans leur fonction par les bronzes, si d'aventure ceux-ci étaient promus. Enfin dans Poséidon, c'est l'impression que ça donne avec les armures qui se transforment et l'appui des trois dorées. Et, dans une certaine mesure, Okada dans Assassin, Abel, Hadès et Omega respectent ce postulat. Mais ça, c'était avant...

26 janvier 2016 à 22:11:37
1
Re : Re : DBZ, Saint Seiya, Hokuto no Ken... À partir de quel âge ?
Le décalage, c'était vraiment au lycée, là ça parlait plutôt de drague, de sexe, de musique, de sport, de cinéma... Pas vraiment des DA du Club Do, non, sauf si l'on voulait se faire charrier toute l'année.

Ton époque lycée, c'est mon époque collège, donc ça colle. Faut croire qu'on devait être en pleine chasse aux sorcières anti-japonaiseries, en ce temps-là, et que ça devait jouer sur l'ambiance générale.

Sinon, pour ma part, Sans Famille d'Hector Malot était justement au programme de 6e, et The Adventures of Huckleberry Finn de Mark Twain au programme de littérature US en 2e année de DEUG d'anglais. Avoir vu les DA m'a bien aidé  [:petrus jar]

Ca c'est intéressant [:fufufu]. Ca veut dire que grosso-modo, Remy passait à la télé au moment où le livre était étudié en 6éme,  alors qu'il n'y serait plus six ans plus tard. Mais il me semble que Patrick Josso avait décroché le doublage de Rémy parce qu'il avait joué le même rôle dans un téléfilm juste avant. On était peut-être en plein revival de Sans famille, à l'époque.

Ben non comme je le disais au dessus, que ce soit en primaire, en collège, et même au lycée, tout le monde regardait le Club Do', ou plus exactement tout le monde regarder les animes qui y a passaient. J'ai jamais eu de sensations de mis au ban de quoi que ce soit, à plus forte raison considérant que la fin du collège et le lycée c'était la période où on commençait à avoir plein de mangas en librairies et plein de vidéos (Manga Vidéos, Kaze et j'en passe) qu'on se refilait entre potes.

Tu as eu de la chance de côtoyer des gens plus ouverts d'esprits que ceux que j'ai croisé. Tout le monde regardait aussi le Club Do' dans ma ville, mais il y avait vraiment une loi du silence établie entre les collégiens. Le premier qui l'avouerait en prendrait plein les dents, c'était comme ça. La seule fois où j'ai vu un mec (celui qui se prenait pour un wesh, en pime [:wesh]) se ramener avec un manga en cours, c'était au lycée, avec le premier tome de Gunnm. On était en 95, soit l'époque où le manga commençait vraiment à prendre de l'ampleur en dehors du cercle cloisonné du Club Do'. Ceci explique peut-être cela.

Quant à la perception des séries pour enfants au Japon, ce serait aussi un vaste débat. C'est quand même une culture franchement... étonnante. Quand tu vois que dans une boutique de mangas à Kyoto, j'ai trouvé  un étalage avec, d'un côté, une Myth Cloth saint Seiya et plein de figurines Sailor Moon (dont des portes-clefs SD trop choupi Kawai [:petrus girl]) et de l'autre des mangas Hentaï tendance bondage [:aie], même pas sous blister, faut croire qu'ils ont une vision différente de certaines choses...

07 février 2016 à 19:20:20
1
Re : Films Marvel par Fox (X-Men, Fantastic Four) Vu Deadpool et je suis partagé [:what].

C'est un bon divertissement, bien trash, très second degrés et ça fait du bien de voir un film rattaché aux X-men qui ne se prend pas du tout au sérieux, avec pleins de clins d'oeils et tout et tout.

Mais alors niveau humour, on se croirait dans Americain Pie ou n'importe quelle comédie US pour ados dégénérés. Ca ne me dérange pas en soit d'avoir un héros qui déconne sans arrêt et qui est très porté sur la chose, mais là c'est trop, beaucoup trop [:holl2]. La remarque de Wolverine dans Origins n'a jamais été autant d'actualité:



"Mais t'arrête jamais, toi!"

Au début ce côté décalé est plaisant, mais tout cet humour pipi-caca/braguette, à la longue, ça en devient étouffant. Ok, le perso ne se revendique pas comme un héros, mais était-ce la peine d'en faire autant? C'est d'autant plus dommage que ses dialogues avec Colossus (excellent personnage, lui) sont souvent très drôles, à cause du profond décalage qui existe entre eux. Par contre avec tous les autres personnages, j'ai trouvé que ça ne fonctionnait pas, surtout les joutes verbales avec la X-women ado et les couplets avec madame Pool (à dada sur ma s....  pitié [:pfff]).

Mais bon, le film vaut quand même le coup pour elle:



Hormis sa coupe de cheveux pourrave de la deuxième moitié du film, elle est [:petrus love] [:cerveau lent] [:disko].

13 février 2016 à 23:36:42
1
Re : Re : Re : Films Marvel par Fox (X-Men, Fantastic Four)
Un peu le même ressenti en ce qui me concerne, je comparerai ce Deadpool à Scary Movie 1. Aussi fun et bien trippant sur certains point (avec un scénario aussi inexistant sur le fond mais c'est assumé dans les deux cas) mais qui risque de s’essouffler comme l'autre franchise plus les suites s'enchaineront. 
IGN lui a mit un 7/10 et la note actuelle de Rotten Tomatoes est de 84%, je pencherai davantage du côté de la note d'IGN en ce qui me concerne. Le film était sympa, certes, mais aurais-je particulièrement envie de le revoir ou le prendre en Blu Ray comme un Creed, non.
Toute la partie Origin Story dans le labo était un peu longue aussi.

Ah oui, et en voyant Gina Carano en Angel Dust on ne peux qu'encore plus regretter le choix de Gal Gadot en Wonder Woman  [:pfff]

Copain!!

D'ailleurs, petite anecdote, par rapport au film, des collègues de boulot m'ont demandé comment était ce fameux Deadpool (le héros, pas le film). La meilleure comparaison qui me soit venu, c'est que c'était une sorte de Michaël Youn avec un masque. Auquel des deux la comparaison est la plus flatteuse, par contre, ça reste à déterminer [:trollface].

Et c'est sûr qu'il va y avoir un hic, avec les suites à venir. On est bien parti pour une grosses surenchère ad nauseam de tout ce qui à fait le succès du film: humour, scènes gores, etc...

21 février 2016 à 22:23:37
1
Re : Jaguar d'Orion Dans un livre pour enfants sur les félins (offert par madame Hanzo à mon fiston, détail qui intéressera tout le monde), il était écrit que le mot jaguar signifie "qui tue d'un bond".

Apparemment d'autres sources confirment cette origine:

http://www.dinosoria.com/jaguar.htm

Ca collerait assez avec l'attaque du personnage, qui saute pour tuer ses proies d'un seul bond.

17 juin 2016 à 20:34:19
2