See likes

See likes given/taken


Posts you liked

Pages: [1] 2 3 ... 12
Post info No. of Likes
Dai no daibôken (Fly)

Manga de Koji Inada et de Riku Sanjô, en 37 volumes. Possède aussi une adaptation animée de 36 épisodes sortie en France mais qui ne va pas plus loin que la rencontre entre Dai et son père Baran.

Ce manga est un grand classique et la plupart d'entre vous l'ont probablement déjà lu :o

Le jeune Dai, elevé sur une île de monstres, recontre Avan, héros qui avait autrefois vaincu le roi du mal Hadlar. Hadlar revient et Avan doit se sacrifier pour l'empporter avec lui. Dai et Poppu, un autre élève d'Avan, se mettent alors en route pour devenir des héros et rencontreront bien ddes compagnons et des périls lors de leur aventure.

 

27 juin 2009 à 17:46:04
1
Naoki Urasawa : Monster, 20th Century Boys, Billy Bat, etc. Quelqu'un a vu ce truc?
J'ai fini de regarder les 70 épisodes et quelques. Ca laisse un goût bizarre dans la bouche mais globalement c'est du très bon.

Le scénar en quelques phrases :
Allemagne de l'Ouest. On a le perso principal, le gentil de base, le neurochirurgien Tenma, expatrié Japonais. Il sauve un enfant touché d'une balle dans la tête, après le meurtre trouble de ses parents adoptifs. Sa petite soeur est retrouvée en état de choc. Le souci, c'est que pour sauver cet enfant, le docteur a désobéi aux ordres du directeur de l'hôpital, qui voulait soigner le maire en priorité. Dès lors, la carrière de Kenzo Tenma s'écroule, et petit à petit des morts mystérieuses surviennent au sein de la direction de l'hôpital, puis les enfants disparaissent.
Une dizaine d'années plus tard, alors que Tenma a pris du grade suite aux disparitions de ses supérieurs, d'étranges meurtres sont perpétrés à l'encontre de vieux couples sans enfant. Le commissaire Runge fait le lien entre ces évènements et les meurtres non élucidés de l'hôpital où exerce Tenma. Sentant que les enquêteurs font fausse route et vont le coffrer, celui-ci choisit la fuite.


Au fil de l'histoire, Tenma va perdre petit à petit sa naïveté au fil des déconvenues, même s'il gardera jusqu'au bout un côté nian-nian un peu exaspérant. Mais heureusement des personnages intéressants jalonnent sa cavale, Runge en tête, qui lui évoluera d'excellente manière. Parfaite tête à claques au départ, il apprend tout doucement à se servir de son coeur et à se remettre en question. C'est pour moi le gros point fort de la série. Ensuite, il y a ce détective ancien flic et ancien alcoolique, son traitement est superbe. On pourrait également parler de Nina et ses flashbacks déroutants, ou de Grimmer, faux journaliste et vrai rescapé d'un camp de lavage de cerveaux.
Je ne vais pas spoiler davantage, mais j'ai beaucoup aimé cette série, qui s'adresse quand même à un public averti. Pas que ce soit vraiment gore, mais l'ambiance est malsaine et puis ça pisse le sang de temps en temps.

21 juillet 2012 à 15:31:06
1
Bons ou mauvais mangasses : Vos avis lecture Un top 10, c'est chouette.
Un top underground, c'est mieux.

L'objectif est simple : présenter à la populace des titres que vous adorez mais qui n'ont jamais remporté les suffrages face aux avalanches des manga mainstream. Il peut également s'agir de titres plus ou moins connus mais qui, par rapport à vos lectures sur différents sites, vous paraissent manquer de visibilité sur les foras.

Là encore, je ne classe rien. J'espère que ça donnera des envies à quiconque souhaite découvrir des œuvres sacrément fortes mais n'ayant jamais acquis une popularité souhaitée.

C’est ti-par !

Subaru - Delcourt - 11 volumes - Série terminée

Citer
Subaru est une petite fille. Mais contrairement aux autres enfants de son âge, elle prend rarement le temps de jouer. A la fin de ses cours, elle se rend à l'hôpital où elle retrouve son frère, atteint d'une tumeur au cerveau. Chaque jour, la petite Subaru danse pour redonner le sourire à son frère jumeau. Mais très vite, la danse va prendre une importance primordiale dans la vie de la petite fille. Elle lui permet d´extérioriser tout son mal-être. Les bases de l´histoire posée, on retrouve une Subaru qui a bien grandi. Désormais adolescente, elle ne jure plus que par la danse et espère un jour devenir professionnelle. Mais la route est encore longue...
Warning : Gros crush !!
Cette série est un puissant cylindré en tutu ! Nous suivons les périples de l’impertinente Subaru qui est confrontée au dur monde de la danse, manufacture d’élastiques anorexiques où il faut savoir être très flexible au ainsi que dans sa démarche morale pour parvenir au sommet avec une bonne dose d’égoïsme logique et impitoyable. Au-delà de la danse, Subaru est tout surtout confrontée au monde et à la vie. Même si le manga n’en donne pas l’impression, la danse devient par moment secondaire lors des longs dialogues sur le combat à mener en soi pour réussir. C'est une quête de soi, par soi, pour soi et sans bankai pour aider à passer le level supérieur... La danse, vecteur universel pour exprimer ses peurs, ses joies et sa rage de trouver son étoile, seule. Le graphisme des ballets, exquis et renversants, transfigure le combat de Subaru au moyen de pleines pages et doubles pages qui se lisent avec le cœur. Le trait approximatif (pour ne pas dire souvent brouillon) cache injustement la force psychologique éblouissante d'une fille se détachant du protocole pour diffuser sa rage et trouver son étoile, seule. Oui, toujours seule.  Ses réactions virulentes et démesurées font le charme de cette renégate épanouie, respectueuse de ses pairs et ignorant ceux qui la manipulent. Attirant ou méprisant, le manga Subaru ne laisse personne indifférent. En suivant une stratégie précise (surélever le degré de compétition sous l’effet de l’adrénaline du parquet), l’héroïne met en exergue un adage : le temps, c'est de la danse. Et votre temps, c’est de l’argent à dépenser : ADOPTEZ-LA :o

Best of Golgo 13 - Glénat - 2 pavés - Série toujours en cours depuis 1969 (RESPECT)

Citer
Un homme à abattre? Une œuvre d'art surprotégée à détruire? Lorsqu'une tâche est jugée impossible à accomplir, on fait appel à Duke Togo; Nom de code : Golgo 13. Profession : tueur à gages. Froid et impassible, n'éprouvant aucun remord et prêt à accepter tous les contrats, il vient à bout de toutes les missions qu'on lui confie, moyennant une somme d'argent colossale. Magnats du crime ou de la pègre, politiciens, industriels... tous les "puissants" font appel un jour ou l'autre à ses services.
Le père spirituel de Ryô Saeba n’est pas un rigolo. Surnommé Golgo 13, Duke est un homme tout ce qu’il y aurait de plus antipathique : glacial, impitoyable, taciturne et le visage fermé avec ses légendaires cernes sous les yeux, le tueur préserve farouchement son passé à l’abri des journalistes et n’hésite pas à tuer quiconque voudrait trop s’aventurer sur ce terrain en faisant fi de ses avertissements. Pour couronner le tout, ce tueur à l’éthique professionnelle quasi-irréprochable n’a aucune difficulté à se trouver une femme le temps d’une nuit ou d’une heure. Ses connaissances en matière d’armements sont étonnantes. Il ne tergiverse jamais sur le choix et la fabrication du fusil pour éliminer sa cible. Que ce soit à un kilomètre d’un habitacle d’avion pour abattre un terroriste ou lors du concert d’un violoniste, il n’échoue à aucun de ses contrats avec un réel talent de telle sorte que personne ne s’aperçoit de sa présence ni de ce qui a pu se produire exactement. Une hypnose graphique percutante et un suspense haletant font de cette œuvre un incontournable à déguster pendant des heures ! BUY :o

Eden - Panini - 18 volumes - Série terminée

Citer
Un mystérieux virus décime la population de la Terre. On ne compte plus les cadavres, et pourtant les armées continuent de se renforcer et recrutent de plus belle parmi les survivants. Pendant ce temps, les chercheurs tentent désespérément de trouver un remède contre le virus...
Aaaah, Eden… Parler d'Eden, c'est comme décrire les Evangiles. Un seinen force 1000 avec de la mort en barre, de la bactériologie consciente, du glauque déconditionné, de la mélancolie sanguinaire et de l'entrejambe capiteuse. Bref, du post-apo mondial comme on en voudrait davantage. Parmi les survivants émerge une famille à la Kennedy. Les Ballade ont tout pour plaire : un père roi de la drogue sur le continent sud-américain, un fils formé dans la meilleure école du crime, une fille kidnappée dont on ne sait pas grand-chose et une mère abonnée aux services hospitaliers… Et nous voilà plongé dans un scénario géopolitique multi thématique et juteux comme du sang par hectolitres. Cette série joue avec les nerfs du lecteur dans une rotation d’histoires et de personnages. Ces derniers sont fauchés sans concession de façon sadique, même les plus attachants. Médias impuissants, régimes cyniques, indépendantistes reconvertis dans le terrorisme contre gré et manipulations à foison en toute impunité. LA TOTALE. Ce manga superbement dessiné et technique, non loin de Moonlight Mile par son aspect mondialisant, ravira les fans des œuvres d’Otomo et de Shirow. FONCEZ :o

Hansel & Gretel - IMHO - One shot

Citer
Il était une fois... Hansel, élève turbulent et bavard, et Gretel, jeune fille impulsive prête à jouer de son sabre en bambou pour défendre la veuve et l’orphelin. Dans un monde si parfait où les épinards poussent dans les cheveux et où les cochons n’ont qu’une seule envie, vous offrir leur côtelette, la vie aurait été trop facile sans l’arrivée de la Reine Maryline et de ses sorts maléfiques. Hansel &Gretel réussiront-ils à sauver le pays des rêves ?
Junko Mizuno appartient à mes auteurs fétiches de par ses démarches graphiques atypiques. Sa palette chromatique tantôt flashy tantôt pastel épouse un dessin rétro aussi épais et épuré qu’une œuvre de Roy Lichenstein ou de Nikki de Saint-Phalle. Continuatrice d’un style bigarré à la façon du film «Yellow Submarine», on ressort de ce titre avec des yeux au format de boules à facettes remplies de vamps «kawaii» se battant en tenue légères et prêtes à imploser une féminité outrancière proche de «Vixens» de Russ Meyer où des œuvres du mangaka Oh !Great, l’idolâtrie mammaire en moins. Bref, il était une psychédélique fois un lecteur qui couru aussi vite que possible vers son libraire préféré pour acquérir ce titre :o

Moonlight Mile - Panini - 10 volumes - Série stoppée en France et en pause au Japon (23 tomes)

Citer
Dans un future proche, diverses organisations internationales se disputent le contrôle d'une nouvelle source de minerai découverte sur la Lune...
Ce titre a reçu de très mauvaises critiques à cause des premières pages : sexe cru, trop cru. Et c’est bien dommage d’avoir voulu s’arrêter à ce qui n’est qu’un foutu détail.  Sur un fond géopolitique et scientifique réfléchis et instructifs, nous suivons avec sympathie les entraînements et examens des aspirants astronautes (dont font parti notre duo de baroudeur-baiseurs, Lostman et Gôro) pour quitter la Terre et œuvrer au projet Nexus qui consiste en la récupération de l’Hélium III sur la Lune pour subvenir aux besoins énergétiques de l’humanité pendant 10 siècles. Les événements se bousculent rapidement et réveillent de vieux démons (Guerre Froide, Apollo XIII), montant la tension d'un cran de ce manga "mondialisant" (comme ses pairs que sont « Eden » ou « Planètes »). Cette série est un condensé d’actions hallucinantes avec des attentats terroristes, des Chinois constituant une véritable menace destructrice dans la stratégie américaine ou encore divers sabotages. Un titre percutant ! LISEZ :o

C’est tout pour le moment. Si cela vous a plu, je vous en proposerai d’autres.

Your turn [:^^]

D’s©

04 mars 2014 à 00:25:39
1
Re : Les interviews des auteurs/scénaristes etc (MAJ: 2014/01/26 page 39) Je ne sais pas ce qui est le plus amusant : les propos tenus en interview ou les réactions outrées.

Pour quelqu'un comme moi qui ne suis plus SoG, ou alors uniquement de très loin, j'avoue que c'est fort divertissant  [:petrus yes]

25 juin 2015 à 21:12:51
1
Re : JOJO'S BIZARRE ADVENTURE : réédition française confirmée!!... Waaaaaah, super intéressant :o

Tu n'oublieras pas de nous indiquer le jour où tu commanderas une galette saucisse, un crêpe nutella et un donut à la chèvre dans une auberge flamande :o

D's©

02 juillet 2015 à 00:16:29
1
Re : [Jeu vidéo] Soldiers' Soul [PS3, PS4, PC] (automne 2015) Moi j'espère qu'on pourra jouer avec Docrates, Crystal Saint, Geist et les Ghost Saints, Ôko, la bande à Jango, Arachné, Reda et Spica.
Ben quoi ?

09 juillet 2015 à 15:04:18
1
Toei Animation : créateur de séries mythiques ou Mc Do de la japanim' ?
On a des preuve de ça? Des interview, des déclarations officielles?

Dossier sur le Tenkai + interview de Kurumada par Pierre Giner dans AnimeLand grâce auxquels on apprend que les scénaristes se sont succédé les uns après les autres, que l'histoire changeait de semaine en semaine si bien qu'Araki n'arrivait plus à suivre et que les scènes sur lesquelles il avait passé un temps fou finissaient à la poubelle, qu'il restait à peine 2 mois pour boucler le film à temps pour la Saint Valentin, et que Yamauchi a dû s'occuper lui-même du script vu que Toei ne voulait pas embaucher d'autres scénaristes. Et Kuru qui confirme qu'il avait donné des instructions bien précises sur tous les points qu'il voulait voir développés dans le film et que ceux-ci ont été soit à peine survolés, soit sont carrément passés à la trappe.

Info d'insider pour les détails (Kuru mis sur la touche car il n'arrêtait pas de soumettre des nouvelles idées et voulait s'assurer que son histoire serait bien respectée, alors que Toei mettait déjà la pression de son côté, etc.).

Pour l'article sur le Tenkai, je crois que c'était dans le n°100 (celui avec Kiki's Delivery Service en couverture). L'une des parties de l'article était d'ailleurs intitulée "Une production dans la douleur". Et PG concluait par cette phrase, ô combien prémonitoire : "On a du mal à ne pas garder au fond de l'esprit l'idée que Tôei Animation a, par le fait d'avoir bâclé le film, hypothéqué sérieusement les chances de voir une suite aux aventures des Chevaliers d'Athéna, car à l'heure où nous écrivons ces lignes, rien de concret n'a encore été décidé sur la suite d'Hadès".

Quant à l'interview de Kuru dans laquelle il revient sur ce qui l'a déçu dans le traitement du film, c'est dans AL 117  [:aloy]

Alors je sais que Pierre Giner traîne une mauvaise réputation à cause de ses nombreuses fautes de traduction dans TLC, mais je sais aussi qu'il a côtoyé pendant des années Araki, Himeno et Kurumada. Aussi, je lui fais confiance sur la fiabilité de ses informations, notamment sur ce qui se passait en coulisses. Et que concernant le Tenkai, ça ne se résume pas à "Kuru a fait sa diva et viré des gens bien plus talentueux que lui" ;)

Que l'on se comprenne bien, je trouve que le Tenkai est malgré tout un film magnifique, et je salue Yamauchi et tout le staff d'avoir réussi à sortir un film aussi beau quand on sait combien sa réalisation fut éprouvante.

Mais il n'en demeure pas moins que c'est ce film qui a compromis l'avenir de StS en animé. Si Toei n'avait pas tenu à le sortir coûte que coûte sans attendre patiemment que tout l'arc Hadès soit adapté, comme le souhaitait Kuru, non seulement on aurait eu un Meikai et un Elysion d'un tout autre niveau, avec toujours Yamauchi aux commandes et Bandai aux finances, mais comble de l'ironie le Tenkai aurait sans doute fini par suivre de toute façon, en 3 actes comme prévu.

Au lieu de ça, Yamauchi a dégagé comme un malpropre, Bandai s'est barré et StS est devenu une licence moribonde. Et pour ça, je ne dis pas merci Toei.

12 août 2015 à 21:19:57
1
Saint Seiya ~ Soul of Gold - topic principal
Je suis bien d'accord... et c'est bien triste, non ?
"Saint Seiya" serait-il devenu le nouveau "Maîtres de l'Univers" dont le dessin animé (moche) ne servait que de vitrine pour vendre des figurines ?
On en est là ?


D'un autre côté, StS a TOUJOURS été une vitrine pour vendre des figurines : les premières cloths de Bronze entièrement repensées et bien plus couvrantes que dans le manga, c'est uniquement pour pouvoir en faire des jouets. Les Steel Saints, imposés par Bandai. Le premier épisode d'Asgard n'est qu'une pub de 20 minutes pour les nouvelles armures de Bronze et les God Robes (qu'Araki/Himeno ont dû faire valider par Bandai).

Mouais... :D
J'ai regardé l'épisode 10 avec mes amis non fans, bah ils ont trouvé ça correct. Donc plutôt que critique lucides, c'est critiques de blasés je dirais. [:fufufu] (et j'en fais partie parce que j'ai trouvé ça naze.)

Ah, ben moi j'ai regardé Abel avec des amis pas fans de StS et pas trop branchés animation japonaise, sauf le haut de gamme : ils ont trouvé ça assez joli malgré les cheveux de toutes les couleurs et les proportions bizarres et autres particularités anatomiques (mecs sans fesses), ils ont aussi trouvé que la musique était belle mais un peu pompeuse par moments. Pour le reste ils ont trouvé l'animation déplorable voire quasiment inexistante, et l'histoire complètement indigente.

Et d'autres amis à qui j'ai dit que depuis quelques années, StS c'est de la daube bien décevante, qui me répondent que StS ç'a toujours été de la daube  [:aie]

Comme quoi, ça peut être intéressant aussi l'avis des non-fans. [:petrus yes]

16 août 2015 à 15:25:12
1
Re : Le topic des courts métrages et Animation en tout genre Un étudiant de Créapole a réalisé cette année un très bel hommage aux univers d'Hayao et de Jeannot.
Spoiler (click to show/hide)

D's©

20 août 2015 à 21:53:28
1
Re : Saint Seiya EPICS (graphiques only) Heu... t'es sérieuse, là?  [:???]
29 août 2015 à 15:40:55
1